Société

Réunion : La pérennité des entreprises s’améliore.

C’est la conclusion de l’enquête réalisée par Ludovic Besson dans le cadre d’un partenariat entre l’Insee, la chambre de commerce et d’industrie, la chambre des métiers et de l’artisanat et de La Région Réunion, avec la collaboration de Nexa.

La création d’entreprises à La Réunion cumule cependant des handicaps structurels par rapport au niveau national : des créateurs chômeurs plus nombreux, des entreprises individuelles aux moyens financiers plus faibles.

64 % des entreprises créées en 2010 à La Réunion sont encore en activité 3 ans après leur création.

Le profil des créateurs évolue : ils sont mieux formés, plus diplômés ou mieux conseillés que leurs prédécesseurs. Les sommes investies au démarrage de l’activité sont également plus importantes.

Les entreprises créées dans les services sont les plus pérennes. L’entreprise est la forme juridique la plus souvent choisie par les créateurs d’entreprises 63 % contrairement au niveau national 39 %.

Des entreprises à perreniser

Des entreprises à pérenniser

Avoir déjà une expérience entrepreneuriale est un atout majeur. 76 % des créations réalisées par des dirigeants d’une autre entreprise sont toujours en activité après trois ans. À l’opposé, les anciens chômeurs ont plus de difficultés : seulement 60 % franchissent le cap de leur troisième anniversaire.

Plus l’investissement initial est élevé, plus le projet a des chances de réussir. Les entreprises réunionnaises sont constituées avec moins de moyens qu’au niveau national : 7/10 ont un financement de départ de moins de 16 000 euros contre 6/10 en France. Les chances de pérennité d’une entreprise sont d’autant plus grandes que le montant investi au départ est important.

 

Les entreprises aidées ne sont pas les plus pérennes.

 

L’emploi salarié augmente sensiblement dans les entreprises toujours actives. Au lancement de leur activité, seulement 2 entreprises sur 10 emploient du personnel. Après 3 ans, 44 % des entreprises toujours en activité ont des salariés.

 

Les créateurs réunionnais sont plus souvent confrontés à des difficultés financières.  27 % des créateurs réunionnais toujours actifs déclarent des problèmes financiers comme principale difficulté et 24 % des problèmes de débouchés ou de concurrence. Au niveau national, les difficultés financières sont moins souvent citées que celles d’ordre commercial. En revanche, à l’instar des autres créateurs français, 1/3 des Réunionnais ont affirmé n’avoir rencontré aucun problème particulier depuis la création de leur entreprise.

En 2013, parmi les créateurs toujours actifs, 8 sur 10 se disent satisfaits de la santé de leur entreprise. La moitié espèrent maintenir le niveau actuel de leur activité à l’horizon d’un an, et un tiers envisagent de la développer. Inversement, 15 % des créateurs pensent qu’ils devront redresser leur entreprise en difficulté et 4 % envisagent la cessation de leur activité dans l’année qui suit.

 

 

Previous post

Sans courage, pas d’audace !

Next post

Le théâtre amateur à Fort de France

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *