Société

Reconstruire des Caraïbes résilientes et renouvelables

Stephen Doig, Justin Locke and Christopher Burgess dans Greenbiz réfléchissent à une reconstruction intelligente, adaptée aux réalités géographiques de nos pays.

La semaine dernière, l’ouragan Irma a dévasté les Caraïbes par sa fureur dévastatrice. Ses vents ont brisé des bâtiments, abattu des arbres et des lignes électriques, renversé des camions et jeté des bateaux à terre comme des jouets. Ses trombes d’eau ont transformé les rues en fleuves furieux et ont inondé des régions entières. Irma, l’ouragan le plus fort de catégorie 5 enregistré dans l’Atlantique Nord, a tué plus de trois douzaines de personnes et causé des dégâts irrémédiables.

Sur Barbuda, Irma a détruit 95 % des maisons et des infrastructures, y compris l’ensemble du réseau électrique. Dans les îles Vierges britanniques, les témoins parlent d’un «ouragan nucléaire». En outre, la tempête a laissé derrière elle la destruction et la misère sur Saint-Barth, Anguilla, Porto Rico, Cuba, la République dominicaine, les Turks et Caïques, les Bahamas et les îles Vierges américaines. Des milliers de personnes sont sans abri sans eau ou sans nourriture.

Au total, l’ouragan Irma a causé des dommages estimés à 10 milliards de dollars, et les pertes économiques globales pourraient être multipliées par dix. Et pourtant, Irma n’était qu’un des quatre phénomènes météorologiques dans l’Atlantique Nord ou le Golfe du Mexique au cours des trois dernières semaines. L’ouragan Harvey a abattu des lignes électriques et inondé les rues de la Barbade, déversant des précipitations record et infligeant des dégâts sans précédent sur le Texas une semaine avant Irma.

Les tempêtes ont un impact sociétal terrible sur les petites économies des Caraïbes, fragilisant ces pays du jour au lendemain.  L’ouragan Ivan, par exemple, a coûté 900 millions de dollars à Grenade en 2004, soit plus du double de son PIB.

Ces catastrophes mettent en évidence la vulnérabilité des pays des Caraïbes. Leurs réseaux électriques, alimentés par des combustibles fossiles font que si une tempête ferme l’unique centrale électrique, toute l’île plonge dans l’obscurité. Les dommages causés aux ports maritimes réduisent également la livraison d’un carburant désespérément nécessaire. Et les lignes électriques sont à la fois très vulnérables et coûteuses à reconstruire.

La première réponse cruciale à cette dernière catastrophe, est bien sur la crise humanitaire. Il faut fournir de l’eau, de la nourriture et d’autres produits essentiels; assurer la sécurité des résidents; rétablir les services de base; et aider les entreprises à se remettre en marche. Mais si nous nous mobilisons pour aider la région, il est possible de le faire plus efficacement. Au lieu de reconstruire le réseau électrique actuel sur le modèle du XXe siècle, nous pouvons aller de l’avant avec les technologies du XXIe siècle qui rendront la région des Caraïbes beaucoup moins vulnérable aux tempêtes futures.

L’étape clé consiste à remplacer ou à rééquiper le réseau électrique centralisé avec une énergie renouvelable résiliente décentralisée, combinée à des mesures d’efficacité énergétique. Cela apportera de nombreux avantages. Grâce aux faibles coûts pour le stockage de l’énergie solaire, de l’énergie éolienne, des petits systèmes d’énergie renouvelable répartis un peu partout réduiraient les coûts d’électricité dans les îles, parmi les plus élevées au monde actuellement.

Ils réduiraient également la vulnérabilité des pays aux grandes tempêtes. L’installation solaire qui gère la majorité de l’île Necker de Sir Richard Branson a survécu à Irma et les rapports de Fortis TCI pour les îles Turcs et Caïques, confirment la production ininterrompue de ses panneaux solaires sur l’île de Providenciales.

Les îles ne sont pas les seuls endroits où des stations décentralisées, résilientes et renouvelables sont envisageables. Aux États-Unis, l’Association nationale des constructeurs électriques (NEMA) envisage « qu’une infrastructure souple et robuste du futur puisse être construite à partir de microgrilles interconnectées dans les universités, les hôpitaux, les parcs industriels et les quartiers. Les microgrilles individuelles seraient nominalement connectées pour former un unique, mais pourrait également isoler de la grille et fonctionner indépendamment en cas de perturbations « .

Les énergies renouvelables extirperaient les îles des coûts faramineux des combustibles actuels, imposant des dépenses considérables à l’une des régions les plus défavorisées sur le plan économique. Plus encore, elles réduiraient leur dépendance vis à vis des importations de combustibles fossiles.

Saisir l’opportunité de reconstruire plus intelligemment était une option intéressante même dans un monde sans changement climatique. Mais avec la certitude de la montée du niveau de la mer, d’orages plus forts et plus fréquents, la tâche devient encore plus vitale. Elle offre aux Caraïbes l’espoir de survivre aux prochains défis tout en réduisant leurs coûts, en stimulant leurs économies et en améliorant leur compétitivité.

La tragédie de l’ouragan Irma peut être un catalyseur pour les gouvernements, les services publics et les populations des pays touchés – avec les partenaires internationaux et le secteur privé – pour transformer la destruction en opportunité…

 

Previous post

La Martinique lauréate aux trophées de l'innovation Régions Magazine

Next post

Maria : le FAFSEA débloque 6 millions € pour former l’ensemble des salariés agricoles

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. Bwino
    septembre 27, 2017 at 11:08 — Répondre

    Bonjour a tous,
    Les energies renouvelables ne date pas du XXI siecle. On n’avait la solution bien avant.
    A Marie-Galante les premiers Maisons isolees equipes en panneaux solaire dates de la fin des annees 80. La bas, on savait deja qu’un projet de construction de maison ne peu se concervoir sans citerne ( reserve d’eau, pour ceux qui on oublie)!
    Cela fait combien de temps que l’usine geothermique de Bouillante existe?

    Pouvez-vous me dire combien de foyer continantal les Sept eoliennes de la petite ile de Terre de Bas alimentent, cela meme qu’on oubli lorsqu’elle est dans la tourmente?

    La central Thermique de Jarry aura coutee plus d’un demi milliard d’euro a edf, Elle pollutantes pour 30 prochaines..
    Produce du courant en Gpe e 2.5 plus chere qu’en France, et pourtant..
    Pouvez pouvez vous me dire, pourquoi Edf a refusee de prendre part au projet de construction d’une unite de production geothermique in Dominica capable de rendre cette derniere autonme et d’alimenter les reseaux 97-1 et97-2?
    On dira que ces technologies a vont plutot etres mises au gout du jour, a marche forcee, dans l’urgence, la peur.
    On peu affirmer que jusqu’ici cette preoccupation de securite de base et non de confort ne faisait pas partie des preoccupation de la Grande majoritee des Guadeloupeens( champagne, 4×4, Suv, climatisation, jakousi..:).

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *