Société

Qu’y a t’il donc de si juteux dans cette fonction ?

Nos élus se plaignent sans arret de l’épuisante charge de travail que constitue le rôle de chef d’édilité de leur commune. Et pourtant à chaque nouvelle élection il y a de plus en plus de candidats qui briguent cette fonction, à croire que l’autoflagellation est une vertu qui donne du courage et des ailes à tous ceux à la recherche de puissance et de gloire.

Si l’on fait le total de ceux déjà déclarés candidats et de ceux qui ont l’intention de briguer un mandat pour l’élection de 2020, on atteint des chiffres jusqu’ici jamais observés, avec une proportion élevée de femmes et de jeunes qui n’entendent pas laisser le terrain libre « aux professionnels » de la politique.

Qu’y a t’il donc de si juteux dans cette fonction qui fait que les candidats se bousculent au portillon pour se faire élire ?

Personne ne peut croire que la fonction de maire n’a que des désavantages. Personne ne peut croire qu’il s’agit là d’un sacrifice qui n’a aucun intérêt pour celui qui siége à la mairie de sa commune.

On constate que certains élus, malgré « leur épinglage » par la chambre régionale des comptes pour la gestion catastrophique de leur collectivité, s’entêtent à solliciter un nouveau mandat.

Malheureusement, et c’est peut-être là le drame, la fonction de maire ne requiert aucune qualité particulière, sinon celle de jouir de ses droits élémentaires de bon citoyen.

Alors à chaque nouvelle élection, c’est une boite de Pandore qui s’ouvre, de laquelle s’échappe toute une faune désireuse de se mettre à la disposition de la population, mais dans un but souvent inavoué de faire en sorte que leur porte-monnaie soit atteint d’embonpoint, tandis que celui de ceux qui les ont portés au pouvoir s’amenuise comme peau de chagrin.

Il ne s’agit pas simplement de changer les hommes pour changer les choses, encore faut-il que les futurs élus aient la volonté de se mettre au service de leur population, et de ce côté-là, ce n’est pas gagné d’avance.

Alors chers électeurs sans préjuger de la valeur du candidat que vous allez soutenir, soyez vigilants. La sincérité n’est écrite sur le front de personne et une fois l’élection passée, l’élu aura tout pouvoir d’agir à sa guise en reniant souvent les promesses faites pendant la campagne électorale.

Ceci dit, certains candidats ont vraiment à cœur d’agir pour leur commune. Sachez extraire le bon grain de l’ivraie et en votre âme et conscience, faite le bon choix.

Votre dernière chance de changer les choses c’est l’isoloir. Pensez-y !

Luc Bernardini

Previous post

"Je me souviens de ce jour-là... Le temps s'est arrêté, là-bas tout comme ici à Montréal"

Next post

Mael Disa nouveau dėlégué interministeriel. Pour quoi faire ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *