Musique

QUE DEVIENT DOC GYNECO ?

Les rumeurs sur DOC GYNECO retournant à Pôle Emploi et retournant vivre chez ses parents, dans le 18ème arrondissement, étaient fondées. « Ma meuf m’a mis dehors, vous croyez quoi ? Je n’avais plus d’argent, j’ai été obligé de gérer mon budget comme tous les Français ».

Mais en avril, il débutera une tournée d’une vingtaine de dates à travers la France pour célébrer le 20ème anniversaire de son tout premier album culte, Première Consultation, avec deux concerts programmés à l’Olympia de Paris, déjà complets.

En septembre 2012, le magazine Les Inrockuptibles a publié un classement des 10 meilleurs albums de rap français de tous les temps. Son album Première Consultation arrive à la première place.

doc gy 1

Le vrai nom du « fumeur de pétard ricaneur » brocardé par les Guignols de l’Info  est Bruno Beausir. Il est né le 7 juillet 1974 à Clichy-la-Garenne. Sa mère, guadeloupéenne est assistante sociale. Son père disparaît peu de temps après sa naissance sans laisser d’adresse.

L’album,  Première Consultation, sorti en 1996, pour les uns, merveille de poésie urbaine pour les uns, pour les autres machiste et vulgaire, peine à démarrer. Toutefois, le titre Né ici, ( le plus consensuel ), va faire de lui une superstar.

Au début des années 2000, sa nonchalance (comme avachi par les joints) et son sens de l’humour sur les plateaux télés où il est omniprésent font de lui un produit qu’on s’arrache.

Lors des universités d’été de l’UMP à Marseille le 29 avril 2007, Doc DYNECO déclarait : «  Nicolas Sarkozy est un ami avant tout, c’est quelqu’un qui m’aide à penser, un petit maître à penser…  J’ai vécu 25 ans sous perfusion sociale… Les banlieusards, c’est des clowns. Ils sont choqués d’avoir entendu racaille et Karcher quand tous les jours entre eux ils s’insultent ».

Aie ! Ça changeait furieusement de :

Ma mère est née là-bas, Mon père est né là-bas

Moi je suis né ici, Dans la misère et l’air gris (…)

J’y vais quand c’est gratuit, congés bonifiés

Dis moi Timal, est ce que tu connais

Suis moi dans les hauteurs de la Soufrière

Je suis le guide touristique qui t’emmène en Basse-Terre (…)

Dans les cours d’école on ne sniffe plus de colle

Drogue et alcool ont pris le monopole

LES GALERES

Il explique qu’à l’époque ça l’arrangeait d’ être inscrit à Pôle Emploi et d’avoir le statut d’intermittent du spectacle (il avait une grosse ardoise aux impôts qu’il a payée – plus d’un million d’euros  avec les majorations)…

« J’ai arrêté de fumer, de boire, de dépenser mal à propos. J’ai travaillé dans un commerce qui appartenait à mes proches. J’allais le matin, je rentrais le soir. La vie, quoi !»

«  Moi, je vais avoir du mal à jouer au père digne de ce nom pour mes enfants. (Il a deux filles et un fils, âgés de 15 à 17 ans). J’ai aucune autorité ; Parce que j’ai pas été présent.  Et je sais que j’ai pas de leçon à leur donner ».

Il s’est livré sur son histoire d’amour improbable avec Christine ANGOT, expliquant dans l’interview  de NEXT ( supplément de Libération ) du 8/02/2016, tout en faisant part de son immense respect pour l’écrivain,  que c’est son amour des lettres qui les a rapprochés, et déclarant ; «  Ce que j’aime chez Christine, c’est son côté araignée, veuve noire… On m’a demandé pourquoi je ne m’étais pas plaint, mais c’est ce que j’aime chez elle. C’est comme ça qu’elle nourrit son art : elle mange ses amants ».

doc gy angot

Le 3 janvier 2013, il se disait dans VSD   très marqué  par les «  bourgeoises ». «  Elles m’ont emmené voir des films intellectuels, des défilés de mode, elles m’ont emmené au musée. Je préfère être chez une meuf, une bourgeoise, regarder des films intellectuels, avoir des discussions sur l’actualité, refaire le monde et fumer un pétard avec un verre de vin  »

Christine ANGOT a fait de leur histoire un roman : Le Marché des amants, dans lequel elle dresse un portrait très impudique du chanteur.

LA POLITIQUE

Il regrette son engagement politique avec Nicolas SARKOZY qui a été très mal perçu, car cela a créé un débat entre ceux qui pensent qu’un artiste ne doit pas s’occuper de politique, et qu’il est fou de risquer sa carrière et ceux qui pensent qu’il a droit à une vie privée.

doc gy 3

En 2007, est publié son livre : «  Les grands esprits se rencontrent : Sarkozy et moi, une amitié au service de la France » « J’assume mes choix, j’en ai payé les conséquences, mais avec le recul, je ne le referai pas…. ( C’est comme ) lorsque je traînais avec des mecs qui étaient nuisibles pour moi, ils m’ont racketté et j’ai laissé d’autres sur le côté alors qu’ils étaient bien pour moi ».

«  J’ai envie de redevenir Bruno. Redevenir moi-même, parce que de toute façon, vous n’êtes plus dupes aujourd’hui… J’ai trop joué au con. J’avais aucun mode de communication »

PENSE-T-IL ÊTRE ENCORE CREDIBLE MUSICALEMENT ?

En effet, on a surtout parlé de lui depuis «  Première Consultation », pour des raisons autres que musicales, son attitude, Nicolas Sarkozy, ou encore « Nice People «   une émission de télé-réalité..

«  Je ne suis pas lisse, il y a eu des débats à mon sujet sur ma façon d’être. Comme je fais les choses sans réfléchir, la plupart du temps, instinctivement, après j’ai du mal à m’expliquer. Maintenant je vais me concentrer sur la musique et éviter tous ces engagements, toutes ces occupations extra-musicales »

STOMY BUGSY et PASSI ?

Stomy est son frère à vie, mais c’est compliqué parce qu’il vit à Los Angeles. Par contre, il voit souvent Passi qui est venu sur scène avec lui lors d’un showcase à la Bellevilloise, fin septembre 2015.

doc gy sto

Et en ce qui concerne la nostalgie du public, aujourd’hui trentenaire, pour les années 1990, et surtout  pour l’époque du Ministère Amer ?

« Les gens sont adorables. La grande majorité du temps, ils me demandent un nouvel album et ils me disent : «  J’ai rencontré ma femme ou mon mari, grâce à tes chansons, je suis banquier, policier et j’ai des enfants ».

 

Les propos ont été recueillis par Julien Gonçalvez dans PURE CHARTS du 6 novembre 2015 , VSD du 3 janvier 2013, et Libération du supplément NEXT du 8/02/2016.

Previous post

Les victimes polynésiennes des essais nucléaires enfin indemnisées ?

Next post

SURF A LA REUNION : NOU LARGE PAS

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *