Divers

QUAND JE TIRE, C’EST POUR TUER ! ET QUAND JE CHANTE, JE TUE AUSSI !

BOOBA, MIKY DINGLA,  YOUNG CHANG Mc, GAMBI G de CHYEN LA RI

QUAND JE TIRE, C’EST POUR TUER ! ET QUAND JE CHANTE, JE TUE AUSSI !

ouf

 

Je suis un dealer, je suis un trousseur de jupons (doux euphémisme), Je suis un malfaiteur, Je suis une star des réseaux de drogue

En sé on drug dilè, en sé on bitch cokè, en sé on volè brakè, en sé on drug star dealer,

Alleluïa !  (Gambi G)

 

Sell drug 7 – je te vends de la drogue 7 jours sur 7 –  ( extraits des « œuvres » de Miky DINGLA )

 

Tant pis si les mains sont sales

tant que les Nike Air sont propres

A chaque ceau-mor, c’est à un crime que tu assistes

Comment ne pas devenir un pitbull quand la vie est une chienne ?

Ils ont tué le Christ, combattu le Prophète, donc moi ( extraits des « œuvres » de Booba )

 

« La violence a atteint dans l’île (la Guadeloupe) un niveau qui est sans commune mesure avec les autres régions françaises et qui menace les fondements mêmes de la société.

Ces faits sont liés principalement à des règlements de comptes entre bandes rivales, ou sont consécutifs à des altercations sur la voie publique survenues à la sortie de boîtes de nuit ou au cours de manifestations festives ». Bulletin officiel du Ministère de la Justice – Circulaire du 2/01/2014 de politique pénale territoriale pour la Guadeloupe – JUSD 1400157C

 

Les actualités nous renseignent régulièrement sur les meurtres commis pendant les soirées bouyon, soirées qui  mènent jusqu’à l’aube les fêtards dansant à un rythme effréné au son de la dance-hall et d’autres musiques, avec un débit de paroles très évocatrices.

En Guadeloupe, la prison de Baie-Mahault abrite près de 720 détenus. L’île est le département le plus criminogène de France.

Un ami me disait le mois dernier, qu’après avoir garé sa voiture, non loin de Lacroix, aux Abymes (quartier sensible), l’accoutrement de deux adolescentes l’avait intrigué et qu’à son interrogation, elles avaient répondu crânement : «  On fait partie d’un gang  ! »

 

Peut-on compter sur nos « artistes » pour répandre sur la Guadeloupe vibrations et ondes, se développant en arabesques et en volutes d’énergie positive (et non de ganja). Utilisent-ils leur musique comme une arme de PAIX ?

Et si au contraire, prédateurs, destructeurs, ils n’aimaient pas, mais ils flinguaient !

 

Miky deng la

Miky Deng La

Miky DING, autrement connu sous le pseudonyme de Miky Deng La, a été incarcéré le 1er décembre 2013 à la prison de Baie-Mahault pour tentative d’assassinat sur personnes dépositaires de l’ordre public. Trois gendarmes ont été blessés à Viard Sainte-Rose, après être tombés dans un guet-apens. Ce chanteur de bouyon, dans ses clips magnifiait le meurtre des forces de l’ordre, la consommation de drogues, l’usage frénétique du sexe et toutes autres gentillesses qu’il serait trop long d’énumérer. Il risque la réclusion criminelle à perpétuité. Les faits seront jugés prochainement en Cour d’Assises à Basse-Terre. Rappelons qu’il a comparu également le mardi 23 juin 2015 devant le tribunal correctionnel de Pointe-à-Pitre. Le chanteur Saïk avait été poignardé lors d’une soirée à Valombreuse. Miky Ding La a été condamné à cinq ans et six mois de prison pour ces faits.

Young Chang Mc

Young Chang Mc

 

« L’artiste » reggae dancehall Young Chang Mc, le 24 octobre 2013, a été mis en examen,  arrêté, et écroué, lui, à Nancy pour torture, tentative d’extorsion de fonds et tentative de meurtre, aux côtés de deux autres suspects, le tout sur trafic de drogue. (Young Chang Mc avait d’ailleurs déjà fait parler de lui dans la rubrique judiciaire. En août 2012, il avait déjà été impliqué dans des règlements de comptes entre groupes musicaux rivaux).

Les policiers ont remonté l’affaire depuis l’arrestation d’une mule chargée de transporter de la drogue pour les suspects depuis la Martinique. En colère après la saisie de la drogue par les douanes, ils se sont mis à la recherche de la jeune femme et l’ont molestée, avant de s’en prendre à l’un de ses amis. Ils ont appliqué à ce dernier  un couteau chauffé à l’huile bouillante sur les fesses, puis ils ont tiré trois fois sur la façade du hall de son immeuble avant de prendre la fuite.

Jimmy Laurent alias Gambi G

Jimmy Laurent alias Gambi G

 

Pascal et Jimmy LAURENT (ce dernier plus connu sous le nom de Gambi G du groupe Chyen La Ri), ont été reconnus coupables de viols en réunion, proxénétisme et actes d’intimidation. Entre 2009 et 2010, les pratiques scabreuses du salon de massage Zèbre et Citron détenu par Pascal Laurent ont été mis à jour par les forces de l’ordre.

Les « protégées » de ces souteneurs les ont accusés de les avoir violées dans le but d’assouvir leurs pulsions sadomasochistes. L’une d’entre elles n’avait que 14 ans au moment des faits. Pascal LAURENT déjà condamné pour proxénétisme dans le passé, les aurait également forcées à se prostituer. Le 8 mai 2014, Gambi G a été condamné à 12 ans de prison, et Pascal Laurent à 18 ans. Il s’agit de multi-condamnés. Ils avaient déjà eu à comparaître devant les jurés pour détention et trafic de drogues et vol avec armes.

Nous sommes en droit de nous interroger. Comment des criminels notoires peuvent-ils  parader sur des scènes musicales et profiter de leur statut d’artistes pour légaliser et organiser leur trafic de drogue ?

Johnny Halliday ou une autre star française, reconnue coupable de tortures sur autrui, ou impliquée dans des actes criminels effroyables, ça ne vous vient pas à l’idée ? Peut-être et sûrement consommateur de cocaïne ou d’autres drogues (il l’a reconnu dans son autobiographie), mais en aucun cas assassin.

booba

Les cavaliers de l’Apocalypse étant au nombre de 4, il nous a paru judicieux de rajouter à nos trois renégats, un chanteur de la scène nationale maniant les armes. Mais Booba que nous avons cité apparaît comme un enfant de chœur face à nos criminels compatriotes. Juste une « petite » condamnation de 6 mois pour braquage, et une incarcération pendant 18 mois après avoir tiré dans le parking d’une boîte de nuit. Il a même fait appel à la police en 2006, suite à l’enlèvement de sa mère et de son frère par deux hommes d’une cité de Meudon dans les Hauts-de-Seine.

Une rançon de 500 000 euros et deux albums étaient exigés ! L’intervention des forces de l’ordre à l’hôtel Ibis de Meudon a mis fin à l’enlèvement.

Joey Starr  traite même la musique de Booba de rap « prépubère ». «  Ma vie est une chienne, mais ça vit à Miami et ça roule en Lamborghini. Booba est un idiot. Il a fait des études. Il parle très bien l’anglais. Il fait semblant de parler comme un crétin. Moi, je suis trop feignant pour faire semblant…ça doit être mon côté antillais…( Le Nouvel Observateur du 10 novembre 2011 )

Et en effet, depuis « Le crime paie », un de ses titres en 1995, Booba encaisse. « Chaque jour c’est pour faire du biff’, mettre à l’abri la mi-f’.

« En établissant une équivalence explicite et répétée entre le rappeur et le criminel, Booba a construit un univers dans lequel il n’est plus possible de distinguer ce qui relève du biographique de ce qui appartient au fictif » ont écrit les critiques. Autrement dit, «  têt ay’ fou kan » ( il a pété un plomb ! ) car dans cet univers narcissique, seule la mégalomanie permet de s’affranchir du quotidien.

L’avenir nous dira s’il se sera montré suffisamment malin pour continuer à occuper la scène médiatique de façon perverse, sans repasser par la case prison.

Pour ceux qui croient en la rédemption, Gambi G poussait même le culot jusqu’à intituler une de ses chansons «  Alleluïa ». Mais avec lui, nous avons vite compris que c’était plutôt : Pile je te tue, Face tu es mort : on m’appelle Alleluïa ( Film de Giuliano Carnimeo, 1971). Et ses co-détenus ne manqueront pas de lui rappeler « Et maintenant, recommande ton âme à Dieu ! » ( film de Demofilo Fidani, 1968 )

Quoique le représentant du Ministère Public ne manquera pas de dire à tous ces gentils garçons :

« Dieu pardonne… moi pas » ( film de Giuseppe Colizzi , 1968 )

 Autre référence cinématographique : Quand je tire, c’est pour tuer ( film de Giuseppe Vari : 2008 )

Previous post

Valere Egouy au festival de Baden

Next post

UN GWADA AU BOUT DU TOUR DE FRANCE

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *