Société

PUISONS DANS NOTRE PASSÉ, ASSUMONS LE PRÉSENT, POUR CONSTRUIRE NOTRE AVENIR !

Il y a 150 ans, 22 ans après l’abolition de l’esclavage, en septembre 1870 des milliers de martiniquais.es se soulevaient contre le régime colonial avec son cortège de racisme et d’inégalités sociales. Cette rébellion appelée « Insurrection du Sud » a été écrasée dans le sang. Des centaines d’hommes et de femmes ont été massacré.es par l’armée française et les milices des békés et de la bourgeoisie mulâtre. Ils vont faire régner un régime de terreur dans la population durant plusieurs mois. Par la suite, la justice coloniale a infligé des peines de mort, de bagne, de travaux forcés et des centaines d’années de prison aux combattants de la dignité martiniquaise.

Cette insurrection à caractère national avec un contenu révolutionnaire, n’a pas eu de suite positive immédiate conséquente. Les mouvements s’inscrivant dans une démarche de progrès se sont impliqués dans une logique d’assimilation qui a abouti en Mars 1946 avec le vote de la loi de départementalisation. La départementalisation n’a résolu ni la question nationale ni la question sociale, malgré les luttes constantes des masses laborieuses, menées avec courage et détermination pour l’amélioration de leurs conditions de travail et de vie.

En dépit des réformes coloniales attribuant à notre pays différents habillages institutionnels (département, région, collectivité territoriale), la réalité est que la société raciste et inégalitaire issue de l’esclavage s’est maintenue jusqu’à ce jour. Ce sont toujours les mêmes, les capitalistes européens, la caste béké avec quelques membres des autres couches de la bourgeoisie locale, qui détiennent la richesse et le pouvoir économique avec le soutien de la puissance coloniale française et la complicité d’une « élite » petite-bourgeoise aliénée.

Aujourd’hui, comme en 1870, dans sa même logique coloniale, le pouvoir français  utilise le système militaire, éducatif et judiciaire sous l’égide d’un préfet gouverneur pour frapper les militants de la cause légitime du combat contre l’empoisonnement au chlordécone et autres pesticides qui réclament condamnation et réparation aux coupables.

La réalité se sont des maux de plus en plus grands qui frappent les travailleurs, les masses populaires de notre société (chômage massif, émigration massive des forces vives, forte immigration d’une population européenne, renforcement de la dépendance financière et alimentaire, destruction des terres agricoles, entrave à la production, empoisonnement etc…) mettant même en danger notre existence en tant que peuple.

Les évènements récents liés à la pandémie de COVID ont à nouveau montré que seuls les hauts fonctionnaires français ont un pouvoir de décision sur la santé et la vie de notre peuple.

Les luttes populaires n’ont jamais cessé depuis 1870. Aujourd’hui, la résistance martiniquaise existe bel et bien, notamment incarnée par une fraction importante de jeunes inquiets vu les perspectives d’emploi et la situation en matière de santé, qui se battent contre les injustices, pour leur identité et leur dignité, pour leur avenir, pour leur existence. De plus en plus nombreux sont les Martiniquais et Martiniquaises qui aspirent à prendre leur destinée en main.

Aujourd’hui, la société martiniquaise est ankayé. Le cadre statutaire colonial ne permet pas au peuple martiniquais de maîtriser son destin et de construire son avenir. La participation à la gestion des institutions coloniales a largement montré ses limites, la « démocratie » restera toujours un leurre sous la domination coloniale.

Nous, organisations soussignées, dénonçons à l’attention du monde le fait que la Martinique est une colonie depuis 385 ans, où les droits élémentaires légitimes de notre peuple ne sont nullement reconnus. Seule la prise en mains par les martiniquais.es  de leur destin peut permettre d’arrêter la course à l’abîme et à la destruction que connaît notre société. La condition nécessaire minimale pour y parvenir est l’indépendance de la nation martiniquaise. Nous nous démarquons fermement des géreurs d’habitation semeurs d’illusions qui visent à pérenniser le système. La victoire ne pourra être acquise qu’au prix d’un haut niveau de conscience des masses et de l’engagement total des militants de la cause nationale pour l’indépendance de notre patrie et la souveraineté de notre peuple.

Nous organisations soussignées, appelons le peuple Martiniquais à bâtir cette conscience nationale sur des bases durables

– d’implication large de recherche de solution devant aboutir à notre souveraineté pleine et entière

– de respect de notre identité

– d’union entre les mouvements populaires du pays

– de solidarité entre les pays de la caraïbe

– de consolidation de nos liens avec les peuples du continent mère

– de saine collaboration avec tous les peuples du monde.

Nous, organisations soussignées, proclamons qu’en ce 150ème anniversaire de l’insurrection de septembre 1870, reprenant le flambeau de la dignité et du courage de nos ancêtres combattants, héros de notre histoire. nous entendons prôner une ligne politique et des actions de rupture avec le système français d’oppression. Notre objectif est clairement de poser les bases d’une Union Nationale Martiniquaise et d’une offensive populaire pour arracher notre pays de la nuit coloniale et pour ériger un État Martiniquais démocratique, agissant sous le contrôle du peuple, pour construire une Martinique solidaire débarrassée du racisme et des inégalités structurelles.

GLORIYÉ LÉ KONBATAN SEPTANM 1870 !

ANSANM NOU KA VANSÉ, ANSANM NOU KÉ GENYEN !

 

CNCP, MODEMAS, MPREOM, PKLS

Martinique, Le 10 septembre 2020

Previous post

POURQUOI JE SUIS DEVENU BOUDDHISTE EN GUADELOUPE

Next post

Reza, notre roi de la petite reine

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *