Société

Prorogation de l’Etat d’urgence : l’opinion de Gabriel Serville

L’Assemblée Nationale a adopté après 7h de débats la prorogation de l’état d’urgence pour 6 mois.

Gabriel SERVILLE, député de la 1° circonscription de Guyane n’a pas souhaité prendre part à ce vote.

En effet, s’il est parfaitement conscient de la menace terroriste et de la nécessité d’apporter des garanties aux citoyens français, il ne pense pas qu’une quatrième prorogation du régime exceptionnel qu’est l’état d’urgence soit la bonne solution.

En dépit de l’émotion et de l’effroi, il appelle au courage politique afin de s’attaquer aux causes structurelles de la montée de la violence que connait le pays, qu’il soit question de terrorisme ou de violence quotidienne, comme celle qui gangrène le quotidien des guyanais.

Aussi, il demande au gouvernement et aux parlementaires de prendre du recul afin de construire ensemble, et rapidement, une réponse réfléchie et à long terme aux difficultés que la France rencontre aujourd’hui et qui ne sont que la résultante de décennies de politiques publiques qui ont notamment laissé la part belle à la montée du communautarisme.

Il appelle la classe politique tout entière à faire preuve de sang-froid et de lucidité pour s’atteler à la construction d’une réponse globale et pérenne aux déboires que connait la société française en lui donnant la force et l’énergie d’affronter la violence en portant haut les couleurs de l’Etat de droit.

Cela suppose d’étudier, de comprendre et de concevoir, enfin, des mesures  qui s’inscrivent dans une démarche combinée de prévention et de répression adaptée aux réalités des territoires. Sans cette introspection, sans cette réflexion, la violence et l’affaiblissement de l’Etat de droit ont de beaux jours devant eux.

Le combat contre la violence nécessite une stratégie claire, globale et collective qui ne peut se contenter des seules mesures exceptionnelles et dérogatoires au droit commun dont l’efficacité n’est manifestement pas prouvée.

Dans ces moments troubles, il continue toutefois à soutenir le gouvernement, raison pour laquelle il a préféré ne pas prendre part au vote plutôt que de s’abstenir.

 

Previous post

TROIS-RIVIÈRES – RECHERCHE DE MR GUSTAVE DIT DUFLO, LUCIEN, ÂGÉ DE 57 ANS

Next post

Nice et... le grand n'importe quoi !

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. Capresse Jean-Claude
    juillet 21, 2016 at 03:15 — Répondre

    Félicitations pour ce parlementaire, dont les propos sont remplis de bon sens et de vérité. Je rappelle, qu’il y a au moins une bonne dizaine d’années, le président du CESE, ( Conseil Économique Social et Environnemental ), tire le signal d’alarme sur les profondeurs des malaises de la société française. Bien des livres et des rapports existent, qui permettent de connaître et de comprendre les échecs des politiques publiques. Merci à Mr Gabriel Serville pour son Courage et sa clairvoyance. Je partage son point de vue. Combien de parlementaires et de citoyens sont prêts à travailler cette question qui interpellé le tryptique républicain. Ce Chantier est la clef fondamentale de notre devenir commun dans une république rénovée. Ce Chantier va au-delà des échéances électorales. Il s’agit de créer un Projet à long terme, pour le nouveau siècle. …

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *