Société

Procès de gendarmes : les Réunionnaises, elles sont chaudes…

C’est le procès de deux gradés accusés d’avoir harcelé pendant un an Marie, une gendarme d’origine réunionnaise à la brigade de Joigny dans l’Yonne.

A la barre, l’adjudant, 39 ans, crâne presque totalement rasé, petites lunettes. Le second prévenu est maréchal des logis, blouson en cuir, cheveux très courts lui aussi. La jeune femme est là en uniforme. Elle dénonce ses supérieurs avec qui elle a travaillé d’octobre 2012 à novembre 2013.

C’est le maréchal des logis chef qui est appelé à la barre en premier. Décrit comme obsédé par le sexe, il peine à répondre et finit par reconnaître avoir harcelé sexuellement Marie. C’est ensuite au tour de l’adjudant qui fait office de tuteur.de s’expliquer.

Dès la première prise de contact ont démarré les allusions sexuelles. Marie, jolie fille championne de boxe arrive à sa brigade avec le sourire.

« Ça te dit un plan à trois? » dans une voiture de patrouille. « Fais-moi une pipe » en réponse à une demande de formulaire « Les Réunionnaises, elles sont chaudes, montre-moi ce que tu sais faire ». « Quand est-ce qu’on baise? Je te niquerais bien… ». « C’est quand qu’on se pète les maxillaires? » pour une tentative de baiser. » Il paraît que les Noires, c’est rose à l’intérieur. Je te niquerais bien pour le savoir. »

La jeune gendarme passe plusieurs semaines en arrêt maladie, terrorisée à l’idée de retourner dans sa brigade.

La santé de la jeune femme, aujourd’hui affectée en région parisienne où elle y a rejoint son compagnon périclite : prise de poids, eczéma, ulcère, perte de cheveux… Elle enchaîne les soucis de santé. Dernier en date : un problème de thyroïde.

Marie se défend d’avoir dénoncé les faits pour obtenir sa mutation, comme l’avance la défense. Comment parler de ces persécutions à la hiérarchie dans les premiers temps ? Fragilisée, elle se confiera à un collègue puis sera soutenue par l’Association de défense des droits des militaires l’Adefdromil.

Le parquet a requis un an de prison avec sursis à l’encontre des deux gendarmes, assorti une interdiction d’exercice de cinq ans pour l’adjudant et définitive pour le maréchal des logis. Le délibéré est attendu pour le 5 avril.

Previous post

Les NAACP Image Awards

Next post

Nou té la an imaj : gordon henderson au Grand méchant kompa

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *