Divers

Présidente… (pour) mater les hommes de ce pays ?

Au-delà des accusations de harcèlement sexuel contre le député écologiste Denis BAUPIN, deux sujets connexes doivent être mis en relief : les violences faites aux femmes dans le monde politique, et la place de ces dernières dans cette même sphère politique.

woman strong 2

Lucette Michaux-Chevry semble avoir son idée sur la question.  « Nous les femmes devons mater les hommes de ce pays tout en les maternant pour les garder, car ce sont à la fois des enfants et des coureurs »

Lucette Michaux-Chevry avait fait cette déclaration à la Mairie de Basse-Terre devant Lionel Jospin premier ministre, médusé, et des journalistes extérieurs à l’île tout aussi consternés.

Laurent Farrugia, écrivain et professeur de philosophie dans «  L’ïle aux miroirs brisés », écrit en 2000, revient sur cette déclaration. Il l’avait proposée comme sujet de réflexion à ses élèves.

«  J’imaginais, écrivait-il,  que ce morceau de bravoure qui a choqué les journalistes étrangers, occasionnerait quelque réticence, au moins chez les garçons de la classe, et qu’un brin d’indignation vivifierait le débat.

Quelle ne fut pas ma surprise. D’abord 27 élèves sur 30 ne connaissaient pas le mot  materner.

Ils connaissaient mère, maternel , maternité, mais pas materner ».

Les explications nécessaires ayant été apportées, il s’aperçut que le verbe mater posait également problème.

Certains pensaient que mater voulait dire regarder avec convoitise, d’autres savaient que mater pouvait vouloir dire aussi : dominer, maîtriser, vaincre, écraser. Il indiquait, défaitiste, qu’il n’y avait pas eu de débat, car les trente jeunes étaient convaincus que les hommes guadeloupéens sont exactement comme Chevry les a décrits : des enfants et des coureurs. Ses élèves répétaient : « Chevry connaît mieux que quiconque l’homme guadeloupéen ; elle a le courage de dire ce que tout le monde pense ; elle tient un langage vrai ; doit-on lui en tenir rigueur ?

Si l’homme guadeloupéen est un grand enfant, pourquoi Chevry devrait-elle dire le contraire ?

La philosophie ne recherche-t-elle pas aussi un langage vrai ?

Le professeur de philosophie essaie de recadrer le débat :

– Ne voyez-vous pas quel mépris énorme à l’égard des hommes ce texte renferme ?

– Il faut mépriser ce qui est méprisable. Vous préféreriez peut-être que Chevry mente ? »

Dans la même veine, Laurent Farrugia revenait sur le soutien apporté par l’UPLG ( Union pour la libération de la Guadeloupe ), mouvement indépendantiste, à l’ex-ministre.

La chaîne RFO interviewait L. Michaux-Chevry :

–    Madame la Présidente, on dit que l’alliance que vous venez de contracter est une alliance contre-nature.

–    De quelle alliance parlez-vous, monsieur Rayapin ?

–    De l’alliance avec l’UPLG.

–    Mais je n’ai signé aucune alliance. Comment voulez-vous que je signe une alliance avec des gens qui ne représentent rien ?

–    Dans ce cas, si vous  n’avez rien signé, pourquoi ont-ils décidé de vous soutenir ?

–    Parce que je suis la Présidente.

–    La Présidente ?

–    Oui, je suis la Présidente de la Guadeloupe.

–    De la Guadeloupe ?

–    Oui, je suis la Présidente de la Guadeloupe. Et si vous ne le savez pas, tout le monde vous le dira. »

Selon l’auteur, L. Michaux-Chevry avait transformé les membres de sa cour politique en esclaves serviles. C’était la grande castratrice, l’androgyne sublime  qui hantait l’inconscient politique.

Hector Poullet avait recensé les aspects positifs de notre culture créole : la tolérance religieuse, la diversité raciale, l’aptitude à la fête, le sens du partage et de la solidarité.

Les aspects négatifs consistaient en la quémande perpétuelle, le fatalisme, l’attente du Messie en politique, l’absence de vision à moyen et à long terme, et… la suprématie de la femme.

women strong 1

«  Regardez votre ville, disait-il aux Basse-terriens, en 2000, avec humour : Le Maire, madame Michaux-Chevry est une femme ( Sa fille , Madame Penchard est le maire actuel). Le proviseur du Lycée Gerville-Réache est madame Borel-Lincertin (actuellement présidente du Conseil départemental de la Guadeloupe). Le proviseur du Lycée de Versailles établissement privé -est une femme- La directrice de la scène nationale est une femme, Claire-Nita. La directrice du collège est une femme. La directrice de la DRAC est une femme. La directrice de la Médiathèque Caraïbes , Odile Broussillon, est une femme ».

Previous post

ECONOMIES CIRCULAIRES EN OUTRE-MER : 1ere réunion de Comité de Pilotage du Rapport LETCHIMY

Next post

BLACK M ... blackboulé à Verdun

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *