Société

Politique en Guadeloupe : C’est le temps de l’amour.

Après le pitoyable spectacle donné par le couple Bajazet et les révélations faites par l’épouse-maire d’être constamment battue et d’avoir échappé miraculeusement à la mort grâce à l’intervention de son fils, on attendait la réponse du mari. Ce dernier, adepte sans doute d’une forme d’humour plutôt caustique devait déclarer : Ma très chère épouse est une menteuse.

On savait déjà qu’en politique certains élus faisaient tout à fait le contraire de ce qui était à leur programme alors qu’ils n’étaient que candidats, mais là on a la confirmation. Et c’est un ancien maire qui le dit à propos de sa femme devenue maire à sa place.

Quand Alain Lascary, ex troisième adjoint déclare que madame le maire aurait pu éviter de mettre son amant au poste de directeur de cabinet alors qu’elle pouvait l’affecter à la caisse des écoles ou à la cantine, je vous l’accorde ça commence à être compliqué.

Mère et également maire mais certainement pas mèmère, le chef d’édilité de Sainte-Rose ne s’en laisse pas compter et décide de soutenir Lurel aux prochaines élections de décembre. Qu’à cela ne tienne rétorque le mari.  » Moi ce sera Chalus car je ne suis pas marié politiquement avec ma femme ». Et voila encore une nouvelle raison de discorde entre ces époux qui jouent à la perfection la partition bien connue: du « je t’aime, moi non plus.  »

Il y a sans doute un virus qui touche nos hommes et femmes politiques, car après l’épisode Bajazet on apprend qu’au Moule un mini séisme opposant le maire à l’un de ses fils aurait perturbé un peu une réunion du conseil. Préférant un fils plutôt qu’un autre pour figurer sur la liste des régionales, celui écarté aurait manifesté rageusement sa désapprobation à l’égard de sa mère. Mais nous ne dirons pas plus, car le linge sale se lave en famille. Cela ne nous regarde donc pas.

Seulement toutes ces affaires sont révélatrices de ce qui semble devenir en Guadeloupe une habitude. Certains observateurs n’hésitent pas à dire que la politique dans ce pays devient un bien familial et quand l’élu en place arrive en fin de mandature, souvent comme il l’aurait fait pour un héritage, il tente si possible de léguer le pouvoir à un de ses descendants ou de ses proches.

Ah la politique ! Et dire que c’est nous électeurs qui les portons à la tête de nos assemblés. Tchipp !!!!

Previous post

CEDRIC BOYER : POLICIER ? SI C’ÉTAIT A REFAIRE, JE DIRAIS NON !

Next post

PAWOL KREYOL : BAGAY-LA TÉ CHÔ !

hugo FRAN

hugo FRAN

2 Comments

  1. Nèg
    novembre 6, 2015 at 00:09 — Répondre

    Manjé kochon : et si on faisait confiance aux Mélina, Alain, Mona, Luc etc … enfin ?

  2. PAJA
    novembre 8, 2015 at 21:02 — Répondre

    Regardez Pointe à Pitre et ce que 50 ans de Bangouïsme ont fait. Une ville fantôme la nuit où toutes les classes moyennes ont fui vers Petit bourg et le Gosier.
    Le père, le fils,… Le petit-fils doit se préparer.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *