Culture

Polémique : FRANSWA LADREZEAU… THE « GWO KA’S » VOICE

Ce serait bien triste s’il n’y avait pas eu de polémiques après le passage de « Frènswa » à l’émission « The Voice » de TF1.

Soyons honnête, nous avons tous été surpris par cette « candidature », en tout cas, je l’ai été. Et puis, j’ai su par la suite qu’il avait été désigné (étant juste venu accompagner quelqu’un), car (pour faire court), il y avait trop d’interprètes « américains » lors de la sélection, du moins ce jour là, é nou té GWADA !
Il y avait déjà là une leçon à retenir…

Je restai tout de même un peu troublé, et interrogatif sur sa présence à cette émission… A ce « concours de chant » national.
Je ne cédai pas à la colère, et à la déception, car je lui fais confiance !
C’est Franswa quoi ! Ladrézo ! Bablafaya !
Un des dignes héritiers de Vélo, de Guy Konkèt, membre du Gran Manman Mas Akiyo. Je n’ai aucun doute quand à son engagement pour le Gwo Ka.
Moi je chante « Chimen an mwen », lui il le vit quotidiennement ! C’est sa chanson, plus que la mienne !

Donc je me dois de lui faire confiance, malgré une certaine incompréhension, une petite gêne…
Loin de le « brûler » sur la place publique virtuelle, je lui envoyai un message d’encouragement. Je devine ce qu’il a en tête musicalement, et je suppose qu’il connait les « risques ».

Le Gwo Ka est un sujet sensible en Guadeloupe ! Ou pa ka fè sa ou vlé konsa… Lé Gran-Mèt ka véyé… Sé konsa… E sa pa mové.
Et puis je connais la fébrilité du milieu musical hexagonal pour tout ce qui vient des «Antilles». Nous n’avons pas la côte !

Eh ouais je sais, vous vous dites : Mais Kassav ? Zouk Machine ? La Compagnie Créole ? Franky Vincent ? Zòt vlé mwen kontinyé Oben zòt ja konprann ?
D’ailleurs vous avez tous vu comment ils ont été troublés par la langue créole, et le son du Ka.
Et vous avez tous entendu notre « cousin » Julien ! Ne nous moquons pas, nous avons tous un « Julien « dans notre famille… Non ? Bref… Ce n’est pas si simple de rester tel qu’on est dans certaines circonstances.

On se doit d’être accompagné, aidé, soutenu par des forces qu’on ne voit pas, mais qu’on sent à ses côtés, pour peu que l’on soit sincère, et surtout habitué à communiquer avec eux.
J’étais noué comme si c’était moi qui passais à cette émission, un peu tendu, car c’était Fanswa, et pour nous ça veut dire beaucoup.
Un échec, et j’aurai eu l’impression que c’était la Guadeloupe qui aurait été rejeté.

Et c’est justement ça ! Ce n’est pas n’importe qui Franswa Ladrezeau.
Alors que cela fasse bondir le grand frère Joël Nankin, quoique de plus normal ! C’est l’inverse qui aurait été surprenant.
Je me suis fait moi aussi remonter les bretelles (à une moindre mesure ouf), la fois où je me suis produit en live sur l’esplanade du MACTE pour la Route du Rhum.
Lieu où j’ai déjà croisé bon nombre d’intellectuels guadeloupéens « choqués » par cette participation télévisuelle d’un de nos maîtres Ka.
Cela ne m’avait pas agacé (manti an mwen)… J’y ai réfléchi longuement… J’y réfléchi encore..
C’est blessant en vérité ! Mais ma foi, chacun milite à sa façon avec les moyens dont il dispose.

C’est le public qui nous donne ces moyens. Le peuple… Notre peuple singulièrement.
Si vous ne le faites pas, ou le faites à moitié… Nous ne serons sûrement pas exempt de tout reproche. Les gardiens du temple continueront alors de crier au scandale, et contesteront encore certains choix artistiques.

L’Art est « Résistance » écrit le grand frère ! Le peuple doit en être le socle.

Je n’ose imaginer ce qui se serait passé s’il s’était comporté comme un bouffon, mais il a été digne, humble et authentique ! Kon nou ka di : Menm moun la !
Je comprends tout a fait ce que Joël veut dire. Nous devons l’entendre également Elle doit compter cette parole ! Elle est légitime à bien des égards. J’y vois de l’Amour et un engagement sans faille !

Pour d’autres pleines d’injures, d’insultes, j’y vois de la haine. D’autant qu’ils ne sont pas si irréprochables que celà eux… Dèpi kitan ?
Nous devons avoir confiance en l’artiste, et surtout en l’homme Franswa Ladrezeau.
Il s’est attelé à une tâche difficile, un exercice délicat. Il aura besoin de nos forces ! Et ce n’est pas un vain mot.

Il garde tout mon respect. Senmbèlèk !

Dominik Coco

 

Previous post

Face aux gilets jaunes, la résignation des banlieues

Next post

DARLING LÉGITIMUS, MA GRAND-MÈRE, NOTRE DOUDOU

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *