Société

PLAINTE DU CREFOM suite à la publication d’un « appel de 80 intellectuels contre le décolonialisme »

COMMUNIQUE du Conseil représentatif des Français d’Outre mer (CREFOM)

Le conseil représentatif des Français d’Outre mer (CREFOM) a déposé, le 10 janvier 2019, entre les mains du doyen des juges d’instruction du tribunal de grande instance de Paris, une plainte contre X avec constitution de partie civile pour : diffamation publique, injures publiques, diffamation publique envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, injures publiques envers une personne ou un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.

Cette plainte fait suite à la publication, le 29 novembre, par l’hebdomadaire Le Point et le site Causeur.fr, d’articles accompagnant ou relayant un appel de 80 intellectuels contre le décolonialisme, signé notamment par Alain Finkielkraut, Pierre Nora, Elisabeth Badinter, Mona Ozouf, Anne-Marie Le Pourhiet, et Gaston Kelman, dans lequel le CREFOM, explicitement qualifié de « relais associatif complaisant » d’un prétendu « mouvement décolonial », et mis en parallèle avec le chanteur de rap Nick Conrad, est notamment accusé de « pousser à la guerre civile », de « légitimer le communautarisme », d’utiliser « des méthodes relevant d’un terrorisme intellectuel communautariste […] qui rappelle ce que le stalinisme avait naguère fait valoir aux intellectuels les plus clairvoyants », d’avoir tenté « d’ostraciser » divers intellectuels, de se livrer à des « polémiques diffamatoires », d’avoir perpétré « un harcèlement sur les réseaux sociaux, utilisé pour diffuser la calomnie », d’être « anti-Lumières », d’introduire des procédures abusives et d’ « encombrer des [ses] vindictes les tribunaux de la République », d’ « attaquer les institutions culturelles, universitaires, scientifiques (sans compter [les] collèges et les lycées) », de « réactiver l’idée de race », de nourrir les haines interethniques et les divisions », de pratiques le « ségrégationnisme […] selon la couleur de la peau », de mener « une stratégie d’entrisme dans l’université et dans la culture », de « neutraliser le pluralisme intellectuel », d’instrumentaliser « les autorités et les institutions contre la République », notamment en utilisant des subventions publiques et d’être « ouvertement raciste […] anti-blancs ».

Le CREFOM, actuellement présidé par le comédien Jean-Michel Martial, et dont les présidents d’honneur sont le sénateur et ancien ministre Victorin Lurel et le vice-président de la région Île de France Patrick Karam, a été créé le 18 janvier 2014 afin de promouvoir, valoriser et défendre les intérêts des originaires d’outre-mer vivant dans l’hexagone et où qu’ils soient dans le monde. Partenaire de nombreuses collectivités publiques, le CREFOM réunit parmi ses fondateurs et adhérents de nombreux élus, des personnalités du monde politique et de la société civile.

Les 80 signataires :

Waleed Al-Husseini, essayiste – Jean-Claude Allard, ancien directeur de recherche à l’Iris Pierre Avril, professeur émérite de l’université Panthéon-Assas – Vida Azimi, directrice de recherche au CNRS – Elisabeth Badinter, philosophe – Clément Bénech, romancier – Michel Blay,historien et philosophe des sciences – Françoise Bonardel, philosophe – Stéphane Breton, ethnologue et cinéaste – Virgil Brill, photographe – Jean-Marie Brohm, sociologue – Marie-Laure Brossier, élue de Bagnolet– Sarah Cattan,journaliste – Philippe de Lara, philosophe – Maxime Decout, maître de conférences et essayiste – Bernard de La Villardière,journaliste – Jacques de Saint-Victor,professeur des universités et critique littéraire – Aurore Després, maître de conférences – Christophe de Voogd,historien et essayiste – Philippe d’Iribarne, directeur de recherche au CNRS – Arthur Dreyfus, écrivain, enseignant en cinéma – David Duquesne,infirmier – Zineb El Rhazaoui, journaliste – Patrice Franceschi, aventurier et écrivain – Jean-Louis Fabiani, sociologue – Alain Finkielkraut, philosophe et académicien – Renée Fregosi, philosophe et politologue – Jasmine Getz, universitaire – Jacques Gilbert, professeur des universités – Marc Goldschmit, philosophe – Philippe Gumplowicz, professeur des universités – Claude Habib, professeure des universités et essayiste – Noémie Halioua, journaliste – Marc Hersant, professeur des universités – Marie Ibn Arabi, professeure agrégée de philosophie Pierre Jourde, écrivain – Gaston Kelman, écrivain – Alexandra Lavastine, philosophe Françoise Lavocat, professeure de littérature comparée – Barbara Lefebvre, enseignante et essayiste – Jean-Pierre Le Goff, sociologue – Damien Le Guay, philosophe Noëlle Lenoir, avocate au barreau de Paris Anne-Marie Le Pourhiet, professeure de droit public Laurent Loty, chercheur au CNRS – Catherine Louveau, professeure émérite – Yves Mamou, journaliste – Laurence Marchand-Taillade, présidente de forces laïques – Jean-Claude Michéa, philosophe – Isabelle Mity, professeure agrégée – Yves Michaud, philosophe Franck Neveu, professeur des universités en linguistique – Pierre Nora, historien et académicien – Fabien Ollier, directeur des éditions QS ? – Mona Ozouf, historienne et philosophe – Patrick Pelloux, médecin – René Pommier, universitaire et essayiste – Céline Pina, essayiste – Monique Plaza,docteure en psychologie – Michaël Prazan, cinéaste, écrivain Charles Ramond, professeur des universités et philosophe – Philippe Raynaud, professeur des universités et politologue – Dany Robert-Dufour, professeur des universités, philosophe Robert Redeker, philosophe – Anne Richardot, maître de conférences des universités – Pierre Rigoulot, essayiste – Jean-Pierre Sakoun, président du Comité Laïcité République – Philippe San Marco, essayiste – Boualem Sansal, écrivain – Jean-Paul Sermain, professeur des universités en littérature française – Dominique Schnapper, politologue – Jean-Eric Schoettl, juriste – Patrick Sommier, homme de théâtre – Véronique Taquin, professeure et écrivaine – Jacques Tarnero, chercheur et essayiste – Carine Trévisan, professeure des universités en littérature – Michèle Tribalat, chercheuse démographe – Caroline Valentin, avocate et éditorialiste – André Versaille, écrivain et éditeur – Ibn Warraq, écrivain – Aude Weill Raynal, avocate – Yves Charles Zarka, professeur des universités en philosophie.

Previous post

Découvrir Maryse Condé

Next post

Justine Benin : Quels moyens pour que les élèves ultramarins bénéficient des mêmes chances que ceux de l’Hexagone ?

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *