Carte blanche à

Philippe Ramdini : Rien de grand ne s’est jamais fait sans passion

 2017 sera, vous le savez et vous le vivez toutes et tous, une année marquée par des échéances électorales décisives pour l’avenir de la France et de la Guadeloupe. Quels que soient nos choix politiques, l’enjeu est de restaurer la confiance et retrouver l’espérance chez nos compatriotes. Nous avons une grande responsabilité !
Restaurer la confiance et donner de l’espoir, c’est d’abord et avant tout de faire en sorte que la France renoue durablement avec la croissance et la compétitivité. C’est faire en sorte qu’elle redresse ses finances publiques, consolide son système de protection sociale, et enfin, qu’elle permette progressivement à chacun de retrouver le chemin du plein emploi.
Restaurer la confiance et donner de l’espoir, c’est renoncer à s’accoutumer aux 9 millions de pauvres dans notre pays et plus de 3 millions de chômeurs. C’est ne plus accepter que 2 millions de jeunes soient sur le côté de la route, sans solution. C’est engager les mesures et les actions qui feront reculer le chômage des jeunes guadeloupéens.
Restaurer la confiance et donner de l’espoir, c’est aussi redonner de la vitalité à nos territoires. Restaurer la confiance et donner de l’espoir, c’est assurer la sécurité de nos compatriotes.
Restaurer la confiance et donner de l’espoir, c’est donner un accès courant et sans rupture d’eau à tous les Guadeloupéens.
C’est ce qu’attendent les français et les guadeloupéens en particulier…
Nous devons, sans oublier le passé, toujours garder à l’esprit que le plus important reste les attentes que nous devons formuler pour un avenir meilleur. Notre défi consiste alors à donner du sens, de la lisibilité et de la cohérence à l’action menée au quotidien pour contribuer à faire avancer notre commune et notre pays.
L’actualité chaque jour se charge de nous rappeler les détresses humaines, la solitude, les violences, les désespoirs, les accidents, la crise. C’est pourquoi nous devons rester optimistes et avoir foi en l’avenir.
Pour Capesterre et la Guadeloupe, c’est la même chose. Nous devons être les acteurs de notre futur en gardant comme ligne de conduite le sens de l’intérêt général, avoir une ambition commune.
L’amour pour notre ville doit être le moteur de notre action. C’est ce qui doit nous guider.
Mon vœu le plus cher est de faire de Capesterre et de la Guadeloupe des exemples de tolérance. Des modèles de développement harmonieux pour les générations d’aujourd’hui et de demain.
L’heure de l’action est venue. Car ne nous y trompons pas, ce sont ceux qui regarderont toujours plus loin qui auront demain une longueur d’avance.
Regarder plus loin, ce n’est pas répondre avec les recettes d’hier aux interrogations de demain, mais d’en inventer de nouvelles. C’est tracer des perspectives en se posant les bonnes questions, en rassemblant les acteurs, en mobilisant les énergies, en se remettant en question à chaque décision.
Regarder plus loin, c’est savoir que les décisions que nous prenons maintenant auront des conséquences positives ou négatives dans dix , vingt ou trente ans, pour nos enfants et petits-enfants.
La politique ne doit jamais servir des ambitions personnelles. Elle ne doit pas non plus être le théâtre de règlements de compte. Elle doit rester un outil d’action.
Rien de grand ne s’est jamais fait sans passion. Les projets aboutissent uniquement si nous avons le courage d’avancer et d’agir, par delà les réticences de quelques-uns. Lorsque des propositions sont pertinentes et correspondent aux attentes des habitants, alors, nous y souscrivons. Quand elles vont à l’encontre de leur intérêt, alors nous nous y opposons sans réserve en motivant nos choix.
Evidemment, nous nous abstenons lorsque les éléments de réflexions sont insuffisants.
Nous avons à plusieurs reprises démontré à travers divers supports de communication que la gestion de notre commune n’est pas à la hauteur des attentes de ses habitants. Il faut pour Capesterre une vision neuve, un renouvellement des hommes, de l’ambition; lui donner un nouveau souffle.
Vous l’avez compris. J’aime ma ville. J’aime ce territoire qui a fait l’homme que je suis devenu. Je suis fier de mes racines, de mon identité, de nos histoires mélangées et partagées où cohabitent des cultures et des traditions multiples.
Vous l’avez entendu. J’ai, nous avons, le devoir d’oser le changement pour donner une chance à notre territoire de jouer les premiers rôles dans les grands enjeux qui s’annoncent.
« L’homme se découvre quand il se mesure avec l’obstacle», disait Antoine de Saint-Exupéry.
Croyez-moi, ma volonté reste intacte et je garderai le cap. Je veux m’engager sur les axes prioritaires.
EAU
TRANSPORT
ENVIRONNEMENT
CHOMAGE
CONTINUITE TERRITORIALE, avec des billets d’avion moins chers pour aller de Pointe à Pitre à Paris.
LE CHLOREDECONE.
Ces dossiers nous pouvons et je dirai même nous devons les porter à une autre échelle.
C’est la raison pour laquelle je vous dis ;
Ensemble nous sommes capables de grandes choses.
Nous avons l’opportunité d’être dans une grande ville
Et nous devons être présents en tant que territoire actif.
Cette conviction je souhaite la porter au plus haut,
Car je le crois, il faut changer d’échelle pour agir efficacement.
Pour ces sujets et pour toutes ces raisons, je vous annonce officiellement que je serai candidat aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017.
François Hollande a pris la décision de ne pas se représenter aux élections Présidentielles. Mais, tout le monde n’a pas pris conscience de son bilan. Sur le plan économique et de la sécurité il a fait un excellent travail. Il a rétabli la compétitivité et il a eu le courage de s’engager dans une lutte contre l’Islamisme radical. Je suis convaincu que l’histoire retiendra les actions de cet homme.
Maintenant, il s’agira pour le candidat de la gauche d’être capable de rassembler pour freiner les ardeurs de la droite extrême de François Fillon et de l’extrême droite de Marine Le Pen.
L’envie essentielle qui nous rassemble, c’est celle du vivre ensemble, l’envie de continuer à écrire une histoire commune.
Que 2017 soit placée sous le signe de la solidarité, de l’espoir, de l’audace et de la cohésion. Que cette nouvelle année s’ouvre sur une société plus juste et plus fraternelle avec la santé bien sûr, un emploi et la réalisation de mille projets qui contribuent au bonheur de tous les jours.
Hugues Philippe Ramdini.
Martiniquais
Previous post

Qu'est-ce qu'être martiniquais ?

radio
Next post

Pétition : Pour que radio Ô existe sur la bande FM

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *