Société

Papa, quand tu as touché le ballon, nous avons entendu des cris de singe…

Alors que l’on assiste à un regain de cris racistes sur les terrains, Yaya Touré international ivoirien, ancien joueur de l’AS Monaco, du FC Barcelone et de Manchester City nottament a raconté au Mirror le cauchemar que les supporters de son club le Metalurh Donetsk lui ont fait vivre il y a une quinzaine d’années en Ukraine et le manque d’implication des instances internationales du football mondial pour lutter contre ce fléau.

« Au début, je me sentais humilié et très en colère. Les cris de singe, c’était pire que tout. Je devais m’habituer à cela…

Alors j’essayais de jouer au football, les supporters commençaient à chanter : Le noir ! Retourne chez toi ! C’était dur, très difficile. Et je devais continuer et y retourner, pendant tous les matches…

Je me rappelle avoir appelé mon père. Je lui ai dit : « Ils poussent des cris de singes en face de moi. Papa, je ne me sens vraiment pas bien ». Il m’a dit d’aller jouer, de rester fort. Il ne voulait pas que ça m’affecte mais il ne réalisait pas à quel point j’étais touché.

Un jour, il est venu me voir, il s’est assis dans les tribunes. Et toutes les personnes blanches se sont écartées. Il m’a demandé « Est-ce que je sens mauvais ? ». Je lui ai dit que c’était mon quotidien et il était en colère. »

Les années ont passé. Et Yaya poursuit sur Sky Sports. « Mentalement maintenant, je suis très fort. À ce moment-là, vous pouvez dire « OK, je vais essayer de les ignorer, ils sont stupides ». Mais c’est plus difficile quand vous rentrez à la maison et que votre enfant vous a dit :  » Papa, quand tu as touché le ballon, nous avons entendu à la télévision des cris de singe » …

La FIFA avait intégré Yaya Touré à sa Task Force pour lutter contre le racisme. Cet organe, a été étrangement depuis dissout par l’instance internationale, au grand dam de Touré.

« Ils savent juste s’assoir autour d’une table pour boire du café ou du vin. Et quand ils voient un cas comme celui de Raheem (Sterling, joueur de Manchester City d’origine jamaïcaine), ils se téléphonent pour se dire « Nous devons nous réunir ! Nous devons faire quelque chose ! Pour finir par se resservir ».

Recevant lundi le trophée FARE, football against racism in Europe, Touré réclame la fin de l’indulgence pour tout acte raciste dans les enceintes sportives.

« Nous avons beaucoup agi pour essayer de faire comprendre que nous sommes des joueurs de football qui voulons simplement essayer de faire notre travail – et nous méritons le respect.

Je pense que la FIFA et l’UEFA doivent envoyer un message fort aux clubs et aux supporters.

Les gens qui vont dans les stades ont été informés par la télévision et par messages. Il n’y a pas eu de changement… Maintenant, nous devons aller plus loin. Si un joueur est insulté, c’est toute l’équipe qui doit quitter la pelouse, le coach et même les supporters. Quelque chose doit être fait au plus haut niveau avec une personne de couleur qui a connu ces mésaventures ».

Previous post

Au nom des Guyanais : Nou gon ké sa ! Assez de paroles, de pata pata, de bloublou !

Next post

Après 11 ans de présidence martiniquaise, le CCEE Guadeloupe appuie la décision du pdt de l'UA pour un rééquilibrage entre les 2 pôles

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *