Société

Où en est la reconstruction dans les îles du Nord ?

Un mois après l’ouragan IRMA, le Premier ministre a réuni le troisième comité interministériel pour la reconstruction de St-Barthélemy et de St-Martin.

Ce comité a réuni 20 ministres, secrétaires d’Etat ainsi que Philippe GUSTIN, délégué interministériel pour la reconstruction des îles. Pour la première fois, Daniel GIBBS, président de la collectivité de St-Martin, et Bruno MAGRAS, président de la collectivité de St-Barthélemy, ont également pris part à la réunion.

Le bilan

L’ouragan a causé 11 décès. 20 000 constructions ont été touchées plus ou moins gravement sur les deux îles, 4 000 logements populaires ont perdu tout ou partie de leurs toitures. Les estimations actuelles évaluent à 25 % le nombre de bâtiments totalement détruits et irrécupérables.

Un accès à l’eau problématique

Aujourd’hui, les réseaux électriques et de télécommunications sont rétablis à peu près complètement sur l’ensemble des deux îles.  L’accès à l’eau reste toutefois problématique à Saint-Martin, avec seulement 63 % des foyers bénéficiant de l’eau courante et 4
quartiers de l’île encore totalement dépourvus d’eau potable.

La production d’eau désalinisée, unique ressource d’eau de l’île, a baissé de moitié du fait des dégâts considérables subis par l’unité de désalinisation. Dans ce contexte, l’Etat et la collectivité ont mis en place 13 fontaines publiques pour apporter de l’eau à l’ensemble de la population et plus de 2 millions de litres d’eau en bouteille ont été acheminés sur l’île en un mois.

La reprise des cours

Un effort important a été réalisé pour rouvrir les établissements au plus vite. L’urgence de la réouverture répondait à deux impératifs. Un impératif symbolique tout d’abord, consistant à redonner un cadre à des élèves choqués par la catastrophe afin de les aider à renouer peu à peu avec une vie normale. Un impératif économique ensuite, puisque beaucoup de parents ne pouvaient reprendre pleinement leur activité professionnelle tant que leurs enfants n’étaient pas scolarisés.

A ce stade, la totalité des établissements scolaires de Saint-Barthélemy et la moitié des établissements scolaires de Saint-Martin (soit 9 sur les 18 réparables) ont déjà rouvert leurs portes. A part 3 établissements saint-martinois considérés comme totalement détruits, l’ensemble des écoles, collèges et lycées devraient rouvrir dans les prochaines semaines à Saint-Martin pour permettre une reprise normale des cours pour la rentrée des vacances de la Toussaint, selon l’engagement du Président de la République.

La sécurité

La situation apparaît sous contrôle grâce à un fort déploiement de gendarmes et d’agents de la police aux frontières patrouillant sur l’ensemble du territoire des deux îles, couplé à la mise en place d’un couvre-feu limitant la circulation de 23 h à 5 h.

120 procédures concernant 105 personnes interpellées ont été diligentées et 10 mises sous écrou ont été prononcées. Plusieurs audiences pénales sont d’ores et déjà programmées pour décembre 2017 et janvier 2018 afin de juger les personnes mises en cause. S’agissant des saisies, l’action conjuguée des officiers de police judiciaire et de la justice a permis de saisir 6 armes de poing, des armes de catégorie B, des produits stupéfiants et de nombreuses marchandises volées qui seront restituées à leurs propriétaires.

L’économie

De nombreux commerces et services ont repris, notamment le principal supermarché de Saint-Martin. Les liaisons aériennes et maritimes commerciales fonctionnent également, même si à Saint-Martin l’aéroport international de Juliana est encore fermé pour quelques semaines. En revanche, beaucoup d’entreprises restent inactives du fait de la destruction de leurs bâtiments, du départ d’une partie de leurs collaborateurs, ou tout simplement de l’absence de clients, notamment dans le tourisme.

Outre la mise en œuvre des mesures déjà décidées ces dernières semaines, à savoir la mise en place de moratoires sur les dettes fiscales et sociales et de l’aide d’urgence pour les entreprises, le Gouvernement prendra de nouvelles actions visant à accélérer le
processus de reconstruction et aider à la reprise de l’activité économique des deux îles.
Afin de soutenir financièrement la population, en relais des secours déjà délivrés, un système de carte prépayée sera mis en place et délivré dans les prochaines semaines aux foyers les plus défavorisés. Cette carte ne pourra être utilisée que sur le territoire français, comme l’a demandé la collectivité de Saint-Martin.

Afin d’éviter les licenciements en apportant un soutien à la trésorerie des entreprises, le Gouvernement a par ailleurs décidé de coupler l’aide d’urgence à hauteur de 5 000 € avec le dispositif de chômage partiel : dès lors qu’une entreprise ayant un chiffre d’affaires de moins de 1 M€ aura mobilisé le dispositif de chômage partiel, elle recevra une aide de 5 000 €, complémentaire à la prise en charge d’une partie du salaire des employés.
Une concertation avec les banques est également réalisée pour que ces dernières acceptent d’autoriser, au cas par cas, des découverts permettant de faire le tuilage en attendant le remboursement du chômage partiel.

 

Previous post

VERS LE BOYCOTT DES ASSISES DES OUTRE-MER PAR LES ELUS GUADELOUPÉENS ?

Next post

Tahina Ralitera, LAURÉATE DE LA BOURSE SCIENTIFIQUE L'ORÉAL-UNESCO

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *