Culture

Non à la perte des concours de professeur de musique martiniquais

VAÏTY Simone et ARDANU Nathalie sont lauréates du concours de la fonction publique territoriale respectivement depuis 2013 pour le cadre A et depuis 2011 pour le cadre B. Ces jeunes femmes martiniquaises représentent en la matière un exemple de réussite et de compétences. Elles sont en effet titulaires de l’ensemble des diplômes pour l’enseignement de la musique, docteure et doctorante en musicologie. Elles enseignent la musique, la danse, la pédagogie et exercent leur activité artistique depuis de nombreuses années dans la plus grande précarité. De manière continue, elles ont fait acte de candidature dans nos collectivités territoriales. Cela s’est soldé par des fins de non-recevoir avec plus ou moins d’élégance.

Soutenez notre lutte en signant cette pétition. NON !!! La Martinique ne doit plus perdre ses cerveaux.

Simone Vaïty et Nathalie Ardanu les deux premières lauréates martiniquaises des concours nationaux hyper sélectifs de la fonction publique territoriale pour l’enseignement de la musique perdront de manière imminente le bénéfice de ce concours faute d’une intégration rapide par nos collectivités territoriales ou en s’expatriant en France.

Aussi, tenant compte des projets et promesses réitérées des collectivités territoriales et notamment de la C.T.M., notre association demande la mise en œuvre du Schéma Départemental d’Enseignement Artistique sur l’ensemble du territoire avec la priorité absolue de l’intégration de Simone Vaïty et Nathalie Ardanu expertes pouvant aider à le concevoir, l’accompagner, le mettre en œuvre. Aussi il est indispensable d’y associer et d’intégrer professionnellement le collectif des professeurs diplômés de musique, de danse et de théâtre.

Il est inimaginable d’envisager la Martinique, sans musique, sans danse, sans nos contes, nos groupes à pieds, nos ballets, sans nos nombreuses associations et troupes culturelles et artistiques, sans notre Chanté Nwel, et le Carnaval. Une telle éventualité laisserait craindre une déstabilisation de la cohésion sociale notamment un accroissement de la délinquance.

Or, le non accès pour les Martiniquais faute de moyens financiers à un service publique d’activités, d’éducation et de formation artistique de qualité constitue une inégalité et une injustice sociale.

Le secteur artistique mérite d’être considéré comme un atout économique, d’insertion professionnelle, un patrimoine immatériel et intellectuel, un support pour la formation générale (mathématiques et autres disciplines), un vecteur incontournable du rayonnement de l’identité martiniquaise.

La professionnalisation des artistes, du secteur culturel et artistique est indispensable pour la consolidation, la transmission et la pérennité de notre culture et de l’être martiniquais.

Les efforts constants et émérites de nombre de professionnels permettent à la Martinique de disposer désormais de cadres, d’enseignants de haut niveau en Musique, en Danse et en Théâtre qui lui faisait jusque-là défaut.

La perte de ses cadres tant attendus et espérés en la matière constitue une fuite des cerveaux et un pillage des connaissances intimes et spécifiques au détriment de la Martinique.


Quelques définitions pour comprendre

D.E.M. : Diplôme d’Etude Musical (équivalent au BAC), sanctionne la fin des études de formation initiale au conservatoire.

D.E. : Diplôme d’Etat de professeur d’enseignement artistique (BAC+3) sur épreuve en candidat libre, ou dans les centres de formation CEFEDEM (Centre de Formation des Enseignants de la Danse et de la Musique).

Le D.E. donne accès au Concours de la Fonction Publique : grade B, professeur assistant.

Le grade B est analogue au CAPES de l’éducation nationale.

C.A. : Certificat d’Aptitude (BAC+5) obtenu en candidat libre ; diplôme le plus élevé pour enseigner dans les  conservatoires.

Le C.A. donne accès au Concours de la Fonction Publique : grade A, professeur, chef de département, directeur de conservatoire.

Le grade A est analogue à l’agrégation de l’éducation nationale.

Nombre de diplômés en Martinique : 50 diplômés en enseignement de la musique, de la danse et du théâtre dont 1 seul emploi de titulaire.

La pétition du Collectif des Professeurs de Musique, Danse et Théâtre Diplômés de la Martinique est sur change.org
Previous post

Agression d’un sapeur-pompier à Sainte-Rose

Next post

HARCELEMENT MORAL AUX ANTILLES ? LA POLICE ENVOYEE CHEZ UN EMPLOYE MUNICIPAL

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *