Culture

Nollywood : une esquisse de l’Afrique moderne (qui vous plaira)

Vous ne connaissez  pas Nollywood ? Il est temps de vous rattraper. Nollywood est le nom donné à l’industrie cinématographique du Nigeria produisant moins de films que Bollywood mais plus que Hollywood. La Nollywood Week est le seul événement permettant au public français de découvrir ce cinéma. Pendant 4 jours, les spectateurs ont droit à une dizaine de projections de films, de conférences et de performances musicales au Cinéma l’Arlequin à Paris du 4 au 7 juin.

Pour nous en parler, Benoit un guadeloupéen passionné par ce genre cinématographique.

Benoit Lambourdière un passionné de Nollywood

Benoit Lambourdière un passionné de Nollywood

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Bien sûr, Je m’appelle Benoît LAMBOURDIERE. Je suis né à Paris il y a bientôt 36 ans. Je suis originaire de la Guadeloupe. Ma mère est de Marie Galante et mon père de la commune de Saint-Claude. Pour résumer je dirai que je suis ce que certains appellent un « Afropolitain », c’est-à-dire un Noir vivant en France métropolitaine.

Love or something like that : la rencontre d'un ex petit ami peut bouleverser votre vie

Love or something like that : la rencontre d’un ex petit ami peut bouleverser votre vie

Comment avez-vous connu le cinéma Nollywood ?

La question de la position de l’homme et de la femme Noire dans le monde actuel est une question qui me travaille depuis longtemps. Il y a 4 ans j’ai créé le blog afro-conscient.com pour poser par écrit mes réflexions et aller à la rencontre de celles et ceux qui agissent en faveur de notre communauté. Il est important de préciser que la distinction entre Noirs d’Afrique, Noirs des Antilles ou d’ailleurs n’a que peu de sens à mes yeux. Bref je me suis mis à la recherche de toute information susceptible de nourrir ma passion et d’alimenter mon blog. C’est dans ce contexte qu’en 2013 j’ai découvert qu’il existait à Paris un festival dédiée à l’industrie du cinéma Nigérian : la Nollywood Week. Je m’y suis rendu et fut touché au cœur par les films présentés et les personnes rencontrées.

The last three digits : une comédie pour mourir... de rire

The last three digits : une comédie pour mourir… de rire

Quelles sont selon vous les caractéristiques du cinéma nigérian ?

Cette question mériterait d’être posée à un véritable spécialiste, ce que je ne suis pas. Je vais cependant tenter d’esquisser quelques éléments de réponse. A mes yeux le cinéma Nigérian est à l’image de l’Afrique Noire. C’est un cinéma rempli de diversités, par les sujets abordés, les publics visés, la qualité des productions et des scénarii. Un cinéma riche en ressources et en potentialités – certains films sont de véritables bijoux, « The Mother of George » d’Andrew Dosunmu est un des meilleurs films qu’il m’ait été donné de voir.

Il s’agit d’un cinéma dans lequel l’Afrique est toujours présente soit au premier plan soit en filigrane. Les thèmes qui sont abordés sont universels mais traités en fonction des croyances et des mœurs du Nigéria. Notons également qu’il s’agit de films anglophones ce qui peut décourager certains de nos compatriotes qui ne sont à l’aise ni avec l’anglais ni avec les sous-titres.

Une réflexion pour finir, si on prend pour référence le nombre de films produits chaque année, l’industrie cinématographique du Nigéria est la seconde puissance au monde devant les Etats Unis et derrière l’Inde. Il est saisissant qu’une telle puissance soit si peu connue et reconnue au niveau international notamment auprès de ceux qui, selon moi, devraient être les premiers à soutenir cette industrie à savoir les populations du sud du Sahara et les membres de la diaspora qu’ils soient anglophones ou pas.

Before 30 : 4 amies à la recherche de l'âme soeur

Before 30 : 4 amies à la recherche de l’âme soeur

La Nollywood Week débute aujourd’hui jeudi 4 juin. Y participerez-vous ?

Evidemment ! Impossible pour moi de faire l’impasse sur un événement comme celui-ci. Au-delà de la découverte des films et de l’univers de Nollywood si rafraichissant par rapport à ce que nous avons l’habitude de voir, j’apprécie particulièrement l’ambiance qui règne durant ce festival. Le fait de rassembler dans un même lieu des personnes qui partagent le même intérêt pour le cinéma africain, le fait de pouvoir se retrouver et échanger ensemble donne à cet événement quelque chose d’unique. J’ai beaucoup d’admiration pour Serge Noukoué, Nadira Shakur et Shari Hammond qui abattent chaque année un travail titanesque pour faire de cet événement une réussite. Ils savent qu’ils peuvent compter sur moi s’ils ont besoin d’aide d’une manière ou d’une autre.

Jimmy Jean Louis nous fait découvrir ce cinéma novateur

Jimmy Jean Louis nous fait découvrir ce cinéma novateur

Pour vous convaincre définitivement suivez  Jimmy Jean-Louis l’acteur des faubourgs de Pétionville ayant joué aux côtés de Jean-Claude Van Damme, Bruce Willis, Harrison Ford, Jane Fonda ou Jennifer Lopez se servant de la cérémonie des Africa Movie Academy Awards comme fil conducteur et vous plongeant au cœur d’un cinéma novateur dans le documentaire de 52 minutes  JIMMY GOES TO NOLLYWOOD en ouverture du festival jeudi 4 juin à 19 h 30. 

 

Previous post

La pollution atmosphérique en Martinique

Next post

JESSIE CLAUDE, NOUVELLE MINISTRE JUNIOR DU TOURISME DE MARTINIQUE

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *