Evénements

Myriam COTTIAS : LE CNMHE a un rôle fédérateur

Le Comité National pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage (CNMHE) composé de quinze personnalités qualifiées s’apprête à célébrer dimanche 10 mai la journée nationale en souvenir des esclaves. L’occasion  d’échanger avec la Présidente, Madame Myriam Cottias, Directrice de recherche à l’Université des Antilles.

affiche-mois-des-memoires

Pouvez nous parler du rôle du CNMHE ?

C’est un rôle de conseil auprès du gouvernement sur les questions de mémoire et d’histoire de l’esclavage. Il a aussi un rôle de soutien et de vigilance par rapport à l’enseignement de l’esclavage et de la traite dans les manuels scolaires, de soutien pour la recherche puisque nous décernons un prix sur ces questions. Nous organisons aussi la diffusion du savoir avec nos rencontres citoyennes mensuelles où à partir d’un livre nous ouvrons une discussion. Nous soutenons et nous travaillons sur les répertoires des lieux de mémoires dans l’hexagone et outre-mer et nous avons crée un site internet à ce sujet qui répertorie par carte de façon précise ces lieux : www.esclavage-memoire.com.

Nous allons lancer cette année un concours pédagogique dans toutes les écoles de France sur la question de l’histoire de l’esclavage et de la traite : « la flamme de l’égalité » puisque les esclaves se sont battus pour cette égalité. Au jardin du Luxembourg, nous allons annoncer les lauréats. C’est important car cela donne des idées aux professeurs sur cette thématique. Nous faisons aussi un grand colloque les 21 et 22 mai sur les mécanismes de patrimonialisation de l’esclavage. Comment décide-t-on que tel ou tel lieu devient emblématique? Enfin concernant les réparations dont beaucoup de personnes parlent, et dont chacun a des attentes différentes nous proposons des pistes de réflexions. Il s’agit de recueillir la parole des uns et des autres : de décortiquer, de déterminer le contenu des termes employés.

Votre poste est-il facile à tenir vu les revendications diverses  ?

Le comité a un rôle fédérateur, une position de surplomb et d’analyse. On est plus dans la tempérance que dans l’extrémisme. C’est un espace de réflexion qui nous a poussé à construire ce mois de mémoire des abolitions et des combats pour l’égalité. On affiche et on fédère toutes les initiatives prises autour de cette thématique du 27 avril, signature du second décret de l’abolition de l’esclavage jusqu’au 10 juin abolition effective en Guyane. On associe la Réunion pour qui la date est en décembre. Il y a des dates différentes, des dates locales qui rendent compte de l’histoire de France et en même temps cette mémoire est vivante et citoyenne. On a répertorié plus de 100 événements sur le territoire dans l’hexagone et outre-mer. Notre site est évolutif. Il se passe des choses que ce soit au niveau associatif, scolaire, municipal voire individuel qui marquent une prise de conscience.

slaves_in_chains

Justement, en consultant votre site, j’ai découvert avec surprise des manifestations dans de très nombreuses villes de France. Ne pensez-vous pas être sous-médiatisé ?

Nous répondons à toutes les sollicitations, on diffuse le plus possible. Mais c’est aussi le premier mois, il fallait bien commencer. On espère renouveler l’opération chaque année pour qu’il y ait un renforcement du message, pour que ce soit affiché de façon plus solide dans l’espace national.

Quel est le programme de ce dimanche ?

Le 10 mai il y a deux événements. Vous savez que le président est en Guadeloupe pour l’inauguration du mémorial ACTe et en même temps la journée nationale des commémorations dans le jardin du Luxembourg, je dirais de façon traditionnelle. La configuration sera un peu identique à celle des années précédentes. Le Premier ministre sera accueilli par Gerard Larcher Président du Sénat et moi-même présidente du CNMHE. Après un dépôt de gerbe et un instant de recueillement à la mémoire des esclaves et des combats abolitionnistes, il inaugurera l’exposition « Traite, Travail forcé et Abolitions en France et dans le monde Atlantique » Cette année correspond à 2 anniversaires : 1815 au Congrès de Vienne les puissances européennes décident d’abolir la traite transatlantique, 1905 c’est l’abolition de la traite dans les pays africains. Enfin 200 lycéens de toute la France seront présents et la ministre de l’Education Nationale qui annoncera les lauréats de « la Flamme de la Liberté ».

RENCONTRES CITOYENNES

IMG_9699

Dans le cadre de ses rencontres citoyennes, le CNMHE recevait Gervais Loembe congolais d’origine, auteur de Parlons Vili – Langue et culture du Congo, prix de la promotion de la langue maternelle de l’Unesco, entouré par Antonio Mendez, spécialiste de la traite portugaise et Florence Alexis chargée de mission.

Avant l’arrivée des Européens, l’Empire Kongo est un État très développé avec une administration, un roi élu pour une période déterminée et une monnaie. Le navigateur portugais Diogo Cão est le premier à évoquer un grand empire qui contrôle le commerce dans la région. Puis l’Empire Kongo tombe aux mains des Portugais qui pratiquent l’esclavage planifiée. Victime de la dépopulation et des attaques des États voisins, l’Empire Kongo décline. Les Portugais profitent de la situation pour augmenter leur prélèvement d’esclaves dans la région.  Aux mains de concessions privées, avec la Conférence de Berlin en 1884-1885 par le Portugal, la Belgique et la France, le royaume Kongo se disloque. La traite et le colonialisme l’auront vidé de ses forces vives.

Loin de nier l’existence de l’esclavage entre peuples noirs, Gervais Loembe cite l’exemple de deux rois : Soundiata Keita, fils d’esclave et Samori Kunte esclave devenu roi, prouvant que la condition d’esclave est évolutive. Enfin au risque de choquer, il soutient que c’est le Congo qui a pâti le plus de ce trafic d’ébène, le port principal Mpinda, plaque tournante de cette tragédie.

Previous post

Guadeloupe : PÊCHE, Une merveilleuse initiative

Next post

Bientôt la 4G à la Réunion

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *