Société

MORGAN : LA BANANE, UNE TRADITION FAMILIALE

On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans disait Arthur Rimbaud. Mais une rencontre Hall 7.1 au salon de l’agriculture nous prouve qu’on peut l’être à dix-huit. Paraissant maîtriser l’espace du stand N001 comme un vieux routier, Morgan nous livre ses connaissances sur le fruit qui selon une légende indienne aurait permis à Adam et Eve grâce à ses feuilles, de couvrir leur nudité.

IMG_768897L : Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Morgan Narayaninsamy. Je viens de la Guadeloupe, de Capesterre Belle Eau, section Fromager.

97L : Connaissais-tu le Salon de l’Agriculture ?

Pas du tout. Je suis arrivé hier (vendredi, ndlr) avec la délégation de la Guadeloupe. En fait, c’est la première fois que je viens en France. J’étais déjà venu mais tout petit et je n’en ai aucun souvenir. Tout est nouveau pour moi.

97L : Alors, quelles sont tes premières impressions ?

Tout d’abord, il fait froid. Ensuite, il y a beaucoup de personnes. Je n’imaginais pas que ça pouvait être aussi grand : c’est impressionnant ! Tu fais 10 mètres, tu as des Corses, des gens de Mayotte. C’est bien de rencontrer autant de monde. Et il y a tout ce que je n’ai pas vu…

97L : Quel est ton rôle sur le salon ?

On vend pas mal de bananes de variétés différentes : la Cavendish et la banane rose. Certains demandent s’il y a des pesticides ou pas, le type de transport. Ensuite, les gens participent à notre jeu et nous interrogent sur le nombre de CDI dans la filière banane par exemple : c’est une des questions posées pour remporter un séjour pour 2. Pour les familles, on les oriente vers l’atelier goûter avec les enfants. Et ils nous interrogent de manière générale sur la Guadeloupe, la meilleure période pour y aller, l’hébergement…

97L : Tu t’es lancé dans l’agriculture. C’est plutôt rare de voir un jeune épouser cette profession ?

Pour nous, ce n’est rien d’extraordinaire. Dans la famille, c’est la 4ème génération dans la banane : mon arrière-grand-père, mon grand-père, mon père et maintenant moi. Il faut bien reprendre le flambeau. C’est une tradition familiale.

IMG_7684

La banane, une tradition familiale

97L : As-tu fait une filière agricole ?

Non malheureusement. J’ai voulu en faire une mais on ne m’a pas accepté. J’ai un bac mécanique. Mais je vais apprendre avec mon père et me former. C’est pour cela qu’il faut rencontrer d’autres agriculteurs et apprendre d’eux.

97L : Conseillerais-tu ce métier à un jeune comme toi ?

C’est un métier difficile mais qui rapporte si on est sérieux.

97L : En dehors de la banane, tes loisirs ?

Je mettrai en premier la pêche et la plongée, mais je pratique aussi la moto. Je suis un jeune normal.

Previous post

Projection-débat : Repeupler la Creuse avec des enfants des îles

Next post

Journée « Cré... Yoles 2016 » ! Mi bèl jounin !

Joël DIN

Joël DIN