Société

Monique Orphée : mon choix faire gagner la Réunion

Monique Orphé députée et candidate PS aux élections législatives se donne la possibilité de ne pas soutenir Benoit Hamon. Une prise éventuelle pour Emmanuel Macron après le ralliement sous sa bannière de Gilbert Annette ?

Cette élection présidentielle est incertaine et à haut risque. Nul n’ignore que le Front National n’a cessé de progresser de manière constante et inquiétante lors des dernières élections. Une des raisons de cette montée s’explique par la défiance vis-à- vis des partis politiques traditionnels.
Elle est justifiée également par un sentiment très fort chez les électeurs de subir des politiques publiques inadaptées à la réalité de leur quotidien. Et c’est encore plus vrai à la Réunion. La question qui mérite donc d’être posée est : comment entendre et respecter les électeurs ? La réponse se trouve dans la crédibilité d’un programme qui prend en compte les nombreux enjeux de notre pays : économique, social, environnemental et sociétal. C’est le seul prisme de lecture qui m’intéresse pour prendre position pour tel ou tel candidat pour les élections présidentielles de mai 2017.

Quitte à me répéter : je ne crois pas en l’Homme ou la Femme providentiel(le). Nous voyons que les territoires d’Outre-mer sont courtisés. C’est normal, nous représentons 2,8 millions d’électeurs potentiels. C’est donc une occasion de faire entendre notre voix et, en tant qu’élue réunionnaise, je ne manquerai pas de m’impliquer dans les débats qui arrivent. Bien qu’étant investie par le Parti Socialiste, mon ralliement ne sera pas de droit. Il se fera si j’estime que les intérêts des populations ultramarines, et notamment des Réunionnaises et des Réunionnais, sont pris en considération.

Je n’attends pas de promesses illusoires car étant en responsabilité, je connais les restrictions budgétaires auxquelles nous sommes confrontées. Tout sera alors une question d’orientations et de choix politiques pour répondre à nos besoins et nos attentes. La Réunion, comme les autres territoires ultramarins, a ses propres défis. Elle bénéficie d’atouts mais elle doit faire face aussi à des handicaps. Des politiques publiques ont été menées et certaines ont montré leur efficacité. Les nouvelles mesures pour les Outre-Mer devront se faire dans la continuité de ces politiques.

Des efforts nous seront demandés : ils devront être justes et adaptés à notre contexte économique et social. Aujourd’hui, les programmes ne sont pas définitivement arrêtés. Je note des idées intéressantes des candidats qui ont oeuvré dans la majorité de ce quinquennat. Je sais ce que je ne veux pas : un Président ou une Présidente qui
stigmatise, utilise la démagogie ou le populisme pour gagner l’élection présidentielle. Et je sais aussi ce que je veux: éviter de soutenir des engagements qui engendrent la gueule de bois ou des fortes désillusions une fois les élections passées.

C’est la raison pour laquelle ma décision sera prise à la lecture des mesures réalistes proposées pour la Réunion dans chacun des programmes présidentiels. Les petites retraites, l’avenir de notre jeunesse, le soutien à l’emploi, l’accès au logement notamment pour les travailleurs modestes, la réussite éducative, la formation professionnelle, le soutien aux très petites entreprises et à l’entreprenariat sont autant de sujets sur lesquels je porterai une attention exigeante.

Un seul objectif me guide : nous faire gagner par la désignation d’un Président engagé pour la France, pour notre territoire, et qui, surtout, respectera les trois piliers de notre République : l’égalité, la liberté et la fraternité.

Monique Orphé

Previous post

Les aventures de Théo : le sceptre d'Aulnay (pastiche)

Next post

Le groupe Magistral en deuil

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *