Divers

Merci valeureux Artisan… par Serge Letchimy

Jean-Pierre Passe-Coutrin est mort,  terrassé par la maladie.

Jean-Pierre Passe-Coutrin… On apprend à le connaître au cœur de son combat pour l’Autre.

Nous,

les Martiniquais, les Guadeloupéens, les immigrés qui loin de leurs matrices familiales recherchent le mieux vivre  dans cette  quête inlassable  pour un  vivre ensemble,  porteur d’avenir.

Je veux lui rendre hommage,

et, que cet élan de générosité qui nourrissait son regard,

que son sacrifice  qui défiait les ombres

que ses actions dans cette ville d’espérance , Sarcelles, qui sublimaient l’impossible,

nous rappelle

depuis la Pelée,

depuis Boissard

depuis la Crique

qu’une part de nous-mêmes se trouve aussi sur une de ces parcelles de l’ humanité complexe, la banlieue, dont la beauté et la richesse humaine restent encore à explorer.

Merci Valeureux Artisan.

deces_jp

Previous post

PORTONS ENSEMBLE UN NOUVEAU MODÈLE RÉUNIONNAIS

Next post

ARY CHALUS SE TIRE UNE BALLE DANS LE PIED

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

2 Comments

  1. prudent
    mars 22, 2016 at 23:48 — Répondre

    Salut l’Artiste,
    Tu as toujours répondu présent aux sarcellois qui te sollicitaient
    Tu as mis en selle nombre d’ultramarins
    Tu m’as accueilli quand j’ai pris mes fonctions de Délégué du préfet du Val d’Oise tu m’as facilité les contacts avec les associations et les élus
    Ta gouaille ton charisme ta joie de vivre restera gravé dans beaucoup de mémoires.
    Tu es et restera un pilier de la communauté ultramarine.
    Cher Jean Pierre je sais que ton combat continuera par le biais de ceux que tu as accompagné et en temps que représentant de l’Etat je serai aussi a leur coté.
    une Pensée pour ceux qui restent, tes enfants et Lydia

    Antoine Prudent

  2. danchet marie-louise
    mars 24, 2016 at 15:42 — Répondre

    Salut J/P
    T’ai-je assez dit combien je suis fière de toi, fière d’être ton amie ?
    Ai-je pensé à te dire tout le respect que je te porte ?
    Je m’en veux de m’avoir pas vu venir ton départ, mais les hommes ne savent pas, n’est-ce pas !
    T’ai-je assez dit que la Moulienne que je suis t’aime ?
    Malheureusement je ne peux qu’espérer aujourd’hui, que Dieu veuille bien te transmettre ce petit mot !
    Pardonnes mon manque de rigueur quant à la diffusion de mes profondes pensées et te prie ainsi qu’aux tiens, de croire en ma sincère amitié.
    Marie-Louise DANCHET

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *