Culture

Maryse Condé : «La négritude est morte à Montrouge…»

 A l’occasion de la sortie de son 22ème roman, Le fabuleux et triste destin d’Ivan et Ivana, Maryse Condé évoque avec Tirthankar Chanda pour RFI le devenir de la négritude dans le monde contemporain

Ivan et Ivana sont les jumeaux d’une Guadeloupéenne et d’un Malien, élevés par leur famille maternelle. Adolescents, ils débarquent au Mali, chez leur père. Ivan se radicalise et se convertit à l’islam.

Des extraits de son interview

« … A cause de mon éducation coloniale et bourgeoise, j’ai longtemps cru que les Noirs étaient natifs des îles de la Caraïbe. C’est à vingt ans, en découvrant Discours sur le colonialisme d’Aimé Césaire que j’ai compris que la présence des Noirs sur le continent américain n’allait pas de soi et qu’elle était le résultat d’un processus historique. Grâce à Aimé Césaire, je suis partie en Afrique où j’ai vécu une dizaine d’années. Ce retour en Afrique m’a permis de m’assumer en tant que femme noire et de devenir cet écrivain que je suis devenue…

… Il faut peut-être parler du piège de la quête des origines qui nous a conduits, les Antillais et les Américains noirs, en Afrique. Nous nous sommes très vite rendu compte que nous n’étions pas Africains. Il n’y avait pas d’ancêtre fondateur, il n’y avait que le bateau négrier dans la cale duquel s’est constituée notre véritable identité… Pour douloureuse que soit cette prise de conscience, c’est sans doute parce que je suis passée par là que je vis bien et pleinement aujourd’hui ce métissage culturel dont je suis le produit, comme tous les Antillais, mais aussi tous ceux qui sont passés par la colonisation…

… En bavardant avec une chercheuse d’origine pakistanaise, j’ai appris que des Haïtiens, des Antillais étaient partis se battre en Syrie aux côtés des djihadistes. Et puis il y a eu en 2015, le meurtre de… Clarissa Jean-Philippe par Amedy Coulibaly, à Montrouge… Cette tuerie aveugle d’une femme noire par un homme, lui aussi noir, était un tournant pour moi. Nous avions atteint le summum de la violence. Il fallait que je réagisse…

… En abattant la policière antillaise, le Malien Amedy Coulibaly mettait fin au mythe de la négritude basée sur la solidarité intra-raciale. La négritude est morte à Montrouge ce jour-là car elle s’est révélée pour ce qu’elle a toujours été : un mythe. La violence dont le djihadiste malien a fait preuve ne se soucie guère de la couleur de la peau et n’épargne ni parents ni amis…

… L’histoire de l’homme n’est pas finie, mais les problèmes tels que les guerres civilisationnelles, les migrations que nous rencontrons aujourd’hui dans le monde, découlent aussi en partie des dysfonctionnements causés par l’esclavage et l’impérialisme occidental. Ces crimes ne sont pas étrangers aux ravages que connaît par exemple ma terre natale la Guadeloupe, plongée dans la violence et le chômage. La résolution de ces problèmes passe par un véritable dialogue des cultures.»

Previous post

Victoire de Damien Seguin FDJ au Tour de France à la voile

Next post

VaKband au Caribana Toronto 2017

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

1 Comment

  1. MOUSSAY Régis
    août 1, 2017 at 01:38 — Répondre

    Je suis auteur de 2 romans historiques Coïncidence et Corps de l’ivre. J’évoque les problèmes liés à l’histoire : colonisations et guerres livrés par la France en me replaçant dans notre monde et en extrapolant un futur proche

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *