Culture

Marie PHEBIDIAS Prix artmajeur catégorie Platinium Award 2018

Marie PHEBIDIAS, Prix Artmajeur catégorie / Platinium Award 2018.

 Originaire de la Martinique Marie Phebidias, est une artiste autodidacte et internationale, active tant sur le marché local et international. Ses œuvres sont un réel métissage de technique et de couleur qui font naitre sur ses toiles son inspiration. L’intensité, la chaleur, l’apparence visible du monde extérieur. Une technique picturale, associée à des mélanges de différents pigments. Des œuvres modernes abstraites, mystérieuses, allient le dessin et les sculptures. Marie Phebidias présente une variété d’œuvres de qualité. Des expositions à différents endroits, collectifs et personnelles. Carrousel du Louvre, Galeries Evararts, la Rochelle et Mairie du 9eme. Et d’autres galeries. A travers ses œuvres elle nous interpelle et nous sensibilise de la dégradation de la nature et la biodiversité. Rencontre.

 

97L : Après le prix Artmajeur Award Silver, l’Artmajeur catégorie / Platinium Award 2018.  Quelles sont vos impressions pour ces récompenses ?

Les sélections se font par simple inscription car c’est un concours. Le but étant d’avoir un maximum de votes provenant de mes proches, de ceux qui me suivent mais également des autres artistes du site Artmajeur. Ces récompenses me conforte et me donne envie de peindre de nouveaux tableaux. Il n’y a pas de sélections d’œuvres pour ce concours Artmajeur Award, c’est l’ensemble du travail qui est noté par les internautes.

97L : Vos recherches dans les techniques, les matériaux et les effets recherchés ?

J’utilise en priorité l’acrylique et l’huile sur toile, mais il peut m’arriver d’opter pour des accessoires afin de remplacer le pinceau ou de parsemer mon œuvre de sable afin d’obtenir un relief, un effet. Il m’est arrivé aussi de faire un napperon au crochet mélangé à la peinture, afin de réalisé un nouveau tableau.

97L : Les différents jeux de lumières, les contrastes et les ombres dans l’interprétation de chaque toile ?

Etant autodidacte, je n’ai pas appris les techniques conventionnelles, ma peinture est une peinture instinctive. Je développe en fonction de ce qui apparait. Très souvent je me retrouve étonnée de découvrir des formes ou des personnages que je n’ai pas réalisés volontairement.

Inconsciemment nous sommes tous influencé par notre vécu, par notre passé. Dans ce cas précis, j’ai grandit dans la Caraïbes où il y a les cyclones, les volcans, la mer et aussi de magnifiques couleurs chaudes telles que le couché du soleil, ou les couleurs des fleurs… Il y a tant d’émotions à retranscrire quand on a connu tout cela.

97L : Quelles autres explorations et invitations proposez-vous au public ?

Je suis une fille des iles comme je l’ai énoncé plus haut, la nature et ses éléments font partie de nous. Chaque tableau est comme une symphonie de sentiments, de souvenirs, de vécu et d’espérance. Je suis également couturière, qui est ma plus ancienne activité, et je fais de la sculpture. Ce sont différents mode d’expressions de l’être et de ce qu’il ressent. J’invite à découvrir mes œuvres sur mon profil Artmajeur et à consulter le magazine « Top Outre-mer » Le top des structures d’outre-mer et des ultramrins qui m’ont honoré en référençant.

97L : Vous êtes aussi sculptrice, quelles sont vos différentes pièces ?

Mes différentes pièces en sculpture sont notamment « Aimé Césaire et son livre », « La mère et l’enfant », « la famille galet » et « La femme couchée ».

 Quels sont vos prochaines expositions ?

Mois de Mai 2018 au Carrousel du Louvre

97L : Quels sont les conseils donneriez-vous aux jeunes peintres des outre-mer ?

J’ai commencé la peinture en 2007 et aujourd’hui encore je m’exprime à travers elle. J’ai persévéré, j’ai comblé certaines lacunes avec le temps, j’ai multiplié les expositions et aujourd’hui j’ai reçu la certification d’un expert (Mr Akoun) et obtenu une cotation pour mes œuvres. C’est-à-dire qu’elles ont une valeur reconnue. J’incite les jeunes peintres à se battre, à croire en leur talent et à chercher à exposer afin d’être visible. L’art possède sa place dans notre société ne l’oubliez pas.

Propos recueillis par Wanda NICOT

Crédits photos : Marie Phébidias.

Previous post

Moun Gosier dèyè légliz ka met en wout

Next post

Mayotte : Un îlot de pauvreté dans un océan de misère (l’œuvre négative du colonialisme français)

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *