Société

MA VISION DE LA FAMILLE RFO ET L’AVENIR DE FRANCE Ô

Sans remonter jusqu’à l’époque de RFOM, celle de l’Ortf ou celle de FR3 Dom, je voulais évoquer avec vous, ou du moins vous faire partager ma vision de ce qu’était la famille RFO​, afin d’aborder le sujet de l’avenir de France Ô​.

Car oui, nous étions une famille. Lorsque l’on s’appelait RFO, par ordre alphabétique, il y avait Rfo Guadeloupe, Rfo Guyane, Rfo Martinique, Rfo Mayotte, Rfo Polynésie, Rfo Nouvelle Calédonie, Rfo Réunion, RFO St Pierre et miquelon, Rfo Wallis et Futuna.

Puis est arrivé le dernier venu de cette famille : Rfo Sat.

Je ne parle pas de l’offre qui était mise à disposition du téléspectateur, mais je parle de la famille, la famille Rfo, dont nous faisions tous partie, quel que soit le lieu géographique où l’on se trouvait, quelle que soit notre origine.

Puis, cette famille a commencé à se déchirer, car elle a été divisée.

Alors que tous les autres membres de la famille changeaient de nom en 1999 pour s’appeler TéléPays (Guyane/Guadeloupe/Réunion etc soit radio Martinique/ Nouvelle Calédonie/St Pierre etc.), seul Rfo Sat garda le même nom jusqu’en 2005, où, suite à l’intégration de RFO dans le groupe France Télévision, Rfo Sat devint France Ô.​

Petit à petit les changements arrivent à FRANCE Ô​, qui, et c’est important de le dire, sous la direction et l’impulsion des équipes dirigeantes de France Télévisions, voit sa ligne éditoriale baladée, tanguer de droite à gauche, au gré des décisions politiques, des changements de gouvernance et/ou de gouvernements.

A ce moment, notre canot, doté d’un budget supérieur suite à son arrivée sur la TNT, se voit déjà devenir un yacht Luxueux, alors qu’il est tout simplement en train de devenir une tapouille à la dérive. Tapouille qui n’a pas de cap, qui navigue à vue, tantôt en suivant le courant, tantôt à contre-courant.

Puis, les ex Rfo « Pays » (pour faire plus court), devenus Télé et radio « Pays », se transforment en « Pays » 1ère, dans le même temps, une partie de l’établissement de Malakoff, travaillant à destination du réseau des stations ultramarines se voit renommé OUTREMER PREMIERE (puis la 1​ère​)​, quand l’autre partie continue de s’appeler France Ô​, et reçoit de nouvelles directives de la direction de FTV, afin de s’ouvrir sur le monde et de quitter l’Outre-mer…

De nouvelles équipes dirigeantes arrivent, de nombreuses embauches sont faites, et petit à petit certaines mentalités changent. Parmi ces nouveaux arrivants, certains découvrent l’Outremer pour la première fois et en tombent amoureux, y adhèrent, d’autres l’ont en horreur et le dénigre, certains n’y portent que peu ou pas d’intérêt, mais sont motivés par leur travail et compétents, ce qui est le principal.

Pendant que l’on maintient l’unité de la flotte navale des stations ultramarines, on isole la tapouille hexagonale.

Le fossé se creuse entre Les 1ères et France Ô​, les reproches pleuvent de part et d’autres. Les chaines Premières reprochant x choses à France Ô, et France Ô faisant de même aux 1ères. Un comportement digne d’une chamaillerie.

Oui, chamaillerie, entre frères et sœurs, car la famille est à présent totalement divisée, déchirée, et ne se souvient même pas qu’elle fait partie d’une seule et même famille.

Certains membres ignorent même que les organes de cette famille sont constitués de la même séquence d’ADN, l’Outremer​. Complexe d’infériorité, de supériorité, frustrations, ambitions personnelles, querelles de bas étages, opportunisme, égoïsme… Tous les ingrédients sont au menu de la discorde. Recette réussie.

Je félicite d’ailleurs au passage le chef cuisinier qui méritait bien ses 5 étoiles même s’il tient aujourd’hui à se délester d’une ou deux étoiles, les menus étant devenus bien trop chers à son gout, il prétend ainsi faire des économies et gagner une nouvelle clientèle.

Nous voilà donc aujourd’hui avec une famille totalement divisée qui se déchire autour d’un héritage, celui de l’Outremer​. A la clé, le miroir aux alouettes d’un trésor budgétaire : Une plus grosse part du magot pour les autres membres de la famille si CalimerÔ venait à disparaitre, ainsi qu’une plus grande valorisation de l’Outre-mer sur les chaines du service public NOBLE​.

Je tiens juste à dire une chose, valable pour tous les membres de la famille RFO : Il est vrai qu’on ne choisit pas sa famille, mais on ne la renie pas, et quels que soient les différents qui nous opposent les uns aux autres, ma famille je l’aime et je l’aimerai toujours​.

Voici donc mes propositions concernant notre jeune frère CalimerÔ qui, j’en suis convaincu, sont totalement compatibles avec l’objectif du Président de la République, tel qu’il l’a évoqué le Jeudi 28 Juin au cours de son discours sur les Assises de l’Outremer :

PROPOSITIONS pour l’avenir de France Ô

Notre souhait est d’accroitre la valorisation de l’Outremer dans l’audiovisuel Public et d’améliorer la qualité des services que nous offrons aux téléspectateurs. Mais cela ne passe pas par la suppression de la chaîne France Ô sur la TNT Hexagonale.

DOUBLONS A SUPPRIMER

Il existe au moins deux doublons à supprimer, un dans les Outremer et un dans l’hexagone :

– ARRET DE LA DIFFUSION DE France Ô sur la TNT en Outremer.
La diffusion de France Ô sur la TNT en Outremer n’a pas de raison d’être puisqu’il existe déjà les chaines 1ères, qui ont déjà accès au catalogue de programmes de France Ô, et sont déjà primo diffuseurs sur ces programmes. Donc Oui, France Ö n’a pas sa place sur la TNT en Outremer​. Cela créé de la division entre nous, ainsi que de la redondance dans certains programmes.

– CHANGER ​LE NOM​ DE France Ô​.
En Hexagone, le doublon réside dans l’appellation Première et France ô​, deux marques et donc deux logos qui n’ont pas lieu d’être. Reconstituons la famille audiovisuelle ultramarine et oublions le nom de France Ô pour laisser toute sa place à LA 1ère sur la TNT dans l’hexagone, ainsi que sur internet et en radio. (Nom qui existe déjà, logo qui existe déjà, et qui est cohérent avec le reste des chaines 1ères).
Fini l’électron libre France Ô, fini l’opposition 1ères / France Ô, fini les doubles logos sur les supports de communication. Une seule et même famille, qui défend le même objectif, la valorisation de l’Outre-mer​. Car c’est de cela dont il est question.

Nous ne sommes pas attachés à un nom, ou à une lettre, ce fameux Ô​, mais nous sommes attachés à notre famille, à notre ADN, l’Outremer​. Notre combat est de valoriser l’Outremer sur tous les supports : Radio / TV / Internet.

Je suis d’accord avec le président lorsqu’il dit que la valorisation de l’Outremer dans le PAF à l’heure actuelle est insuffisante, et qu’elle ne doit pas uniquement rester en périphérie avec notre chaine.
Tout à fait, cette visibilité de l’outremer doit également être présente sur « l’audiovisuel public NOBLE​ » (pour reprendre ses propres termes). Mais ceci n’est pas incompatible avec le maintien de notre chaine et ne demande pas plus de budget. Ce n’est pas l’un ou l’autre​, ce raisonnement binaire est, lui, impur​, et n’est pas digne de la République.

Aux politiques, aussi haut placés soient-ils, qui prônent la fermeture de cette chaine ultramarine sur la Tnt hexagonale, je leur formule la question suivante : En suivant le même raisonnement, pourquoi ne fermez-vous pas le Ministère des Outremers qui n’a pas sa place dans la république, car l’outremer doit être présent dans tous les ministères de la République ? Surtout que chaque territoire ultramarin possède déjà sa propre collectivité, ou autre instance pour se gérer soit même localement. A l’image des Premières, présentes dans chaque territoire ultramarin.

Et l’on voit bien que ce raisonnement est totalement absurde car la diversité des Outremers, la
complexité des problématiques qui en découle, ses spécificités, tout ceci justifie l’existence d’un ministère de l’Outremer ainsi que la prise en compte de ces problématiques dans tous les autres ministères. Le ministère de la justice s’occupe bien également de la justice en Outremer. Pareil pour la santé, ainsi que tous les autres ministères. Et pourtant ce n’est pas incompatible avec l’existence d’un ministère des Outremer. Ce n’est pas l’un ou l’autre​.

Le cas échéant, si c’est la direction qui était envisagée (suppression également du ministère des
Outremer), je demande alors que ce choix soit clairement assumé par nos politiques.

PLUS GRANDE VALORISATION DE L’OUTREMER

Dans la lignée de ce qu’a dit le président de la république, nous sommes pour une plus grande
valorisation de l’Outremer dans le Paysage Audiovisuel Public, elle ne doit pas uniquement rester en périphérie avec notre chaine afin de s’adresser au plus grand nombre. Nous proposons :
– Que des contenus d’information soient produits par la rédaction de La 1ère (ex France Ô) et diffusés sur France 2 et France 3 à des horaires acceptables et adaptés.
– Que des documentaires produits par La 1ère (ex France Ô) soient diffusés par France 2, France 3 et ou France 5. Ces documentaires pourraient également être coproduits par La 1ère et la chaine qui est amenée à la diffuser​. Après tout, nous faisons partie du même groupe, n’est ce pas ?
– Que des programmes ou magazines Ultramarins soient produits par La 1ère (ex France Ô) dans le but d’une diffusion sur une des autres chaines du groupe (France 2 par exemple).

Comme évoqué par Wallès Kotra, on pourrait peut-être définir un certain nombre de Prime-Time à l’année, diffusés par France 2 ou autre.

Ces programmes, Primes, ou quel que soit le nom qu’on leur donne, pourraient toucher un large public, avec une très grande ambition, nationale, demandant plus de moyens et pourraient donc être également coproduits par la 1ère et FRANCE 2 par exemple. Encore une fois, nous faisons partie du même groupe, et nous pouvons travailler ensemble sans que cela ne coute plus cher.

TRANSFORMATION

– LA 1ERE (ex France Ô) doit se réformer d’abord de l’intérieur​, afin de se réconcilier avec son public ultramarin, et garder une seule et même ligne éditoriale. (plus de proximité, directs dans les manifestations importantes, plus d’interactivité etc etc.) Cela ne se fait pas en un coup de baguette magique, mais nous en sommes tous capables. Des enquêtes ou sondages peuvent être menés auprès du public ultramarin afin de connaitre ses attentes. Les équipes internes doivent également être questionnées à ce sujet, et être impliquées dans ce projet. Cela passe aussi par la prise en compte des publics de tous les bassins de notre ARCHIPEL ​et pas seulement du bassin atlantique, voir uniquement les Antilles par moment. Exemple concret : « Z’antiye Football Club ». (beaucoup n’apprécieront pas, mais ce n’est pas grave, la vérité est parfois dure à digérer)

– LA 1ERE (ex France Ô) doit continuer de produire, fabriquer et acheter des contenus à destination des autres chaines 1ères,​ en concertation avec les autres chaines et surtout en produisant AVEC les autres chaines 1ères. Nous parlons de véritables programmes ou projets communs, construits ensemble et non pas dictés de manière unilatérale par Paris. Nous devons améliorer notre collaboration avec les autres chaines premières, arrêter de les prendre de haut comme cela est parfois le cas. Nous devons être à l’écoute de tout un chacun, tout comme chacun doit également être à notre écoute. Dispositif Gagnant-Gagnant. Et effectivement, nous avons tous à y gagner, notamment en qualité.

En cette période footballistique, je dirais que l’on doit tous mouiller le maillot !

– LA 1ère (ex France Ô) doit repenser, améliorer et développer sa production de contenus Tv et
digital afin d’être en adéquation avec son temps, et avec les attentes du public ultramarin résidant en métropole, et également afin de toucher un plus large public, mais pas au détriment de son ADN, ni en opposant le numérique à la TV.
L’un est le complément de l’autre, ils ne sont pas en compétition. De même que la radio n’est pas en opposition ou en compétition avec la TV. Ce sont des usages différents,complémentaires. Nous sommes un Média Global RADIO TV INTERNET.

Concernant ceux qui prétendent le contraire, en disant que les gens ne regardent plus la télé, que tout se passe dans la poche avec le smartphone, je les invite à se reconnecter avec la réalité du terrain et les invite surtout à tenir le même discours concernant toutes les autres chaines de notre beau groupe France télévisions, et donc de faire basculer toutes les chaines de France Télévisions uniquement sur le numérique. Là, au moins, leur discours serait logique et cohérent……

AUDIENCES

On m’a toujours dit que lorsque l’on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage. Alors c’est vrai, les audiences de France Ô ne volent pas Ô, elles tournent en moyenne autour de 0,6points pour un budget de 25 Millions d’Euro.
S’il est clair dans notre tête que nous devons parvenir à augmenter ces audiences, pour autant, faut-il remettre en question le bienfondé de cette chaîne ? Voir même son existence en fonction des audiences ?
Le service public est-il là pour répondre au seul critère des audiences ou afin d’apporter un service au public ?
Les audiences de la chaine France Info, qui réalise à peu près 0,3 points de moyenne en part
d’audience pour un budget de 50 Millions d’Euro, soit la moitié des audiences de France Ô pour le double du budget de France ô, ne semblent pas remettre en question l’utilité de cette chaîne, ni même sa présence sur la TNT.

Le passage en HD de France Ô sur la TNT a même été abandonné à la dernière minute afin de libérer de la place sur la TNT pour la chaîne France Info. On ne parle pas de « périphérie » lorsqu’il y a une chaine exclusivement réservée à l’information. Et ceci est toutafait normal car cette chaine est également d’utilité publique​. Tout comme la notre.

Il ne faut pas tomber dans une opposition ou une compétition entre les différentes chaines de notre groupe, et ce n’est pas notre but, mais il est hors de question d’accepter le 2 poids 2 mesures, que l’on nous sert et ce qui est valable pour l’un doit également l’être pour l’autre.
A moins qu’il y ai une hiérarchie des chaines ?

 ECONOMIES BUDGETAIRES

Les propositions ci-dessus ne demandent pas plus de budget que celui qui existe actuellement.
Tout cela nécessite juste une réorganisation, une seule et même ligne éditoriale, de la bonne volonté, de la motivation, ainsi que des personnes compétentes aux postes clés.

Vu l’effort d’économies budgétaires qui est demandé à l’audiovisuel public, nous pouvons mêmeappliquer les propositions évoquées, tout en réalisant des économies​. Nous nous devons d’être plus efficaces, et nous sommes prêts à l’être.

– On pourrait par exemple produire moins de documentaires à l’année​.
– On pourrait également arrêter de produire certains programmes / magazines qui ne sont pas
pertinents, et dans lesquels notre public ne se retrouve pas, mais qui, par contre, coutent des
centaines de milliers d’Euro par an à notre antenne.
– On pourrait également être intégrés systématiquement dans les contrats de droits de diffusion des autres chaines 1ères, ce qui nous permettrait de pouvoir diffuser plus de programmes des 1ères, et donc à moindre coût pour notre chaïne La 1​ère​. Si on peut le faire dans un sens, on peut le faire dans l’autre.
– Des économies peuvent également être faites en supprimant certains doublons dans notre
organisation interne​, qui est parfois bicéphale, avec des cerveaux gauches pour diriger les équipes de la 1ère et des cerveaux droits pour diriger les équipes de France Ô. Une réorganisation interne dans l’esprit d’un média global La 1​ère​ ​pourrait donc aider à faire des économies à ce niveau.

Beaucoup d’autres pistes existent, je n’en doute pas.
Je n’ai pas la prétention de Sauver le monde, ni même l’Outremer, mais nous pouvons, tous
ensemble apporter notre pierre à l’édifice de l’audiovisuel public en rassemblant cette belle famille Outremer​, en la transformant pour la rendre meilleure, plus performante et ainsi répondre aux attentes de notre public, tout en touchant un public beaucoup plus large.
Battons-nous pour la valorisation de l’Outremer à tous les niveaux, sur tous les supports ​(hertziens comme numériques)​ et sur tout l’Archipel de France.

Si nous n’y croyons pas nous même, personne ne le fera pour nous.

 

Signé un Jeune Ultramarin de 36 ans, (Jeune dans sa tête à défaut de l’être physiquement) motivé, combatif, loin d’être conservateur, et souhaitant apporter sa contribution, dépourvue d’ambition personnelle, en se battant tout simplement pour une cause qu’il estime NOBLE.

 

Previous post

Alé ViréMartinique, terre d'avenirs

Next post

La banane au Tour de France 2018

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *