CultureEvénements

Ma plus grande honte, ma participation à « All inclusive »

Dans l’émission Clique de Mouloud Achour sur Canal +, le vidéaste, humoriste et rappeur Mister V,  Yvick Letexier dans la vraie vie, a avoué sa plus grande honte dans sa vie, sa participation au film All Inclusive. Triste anniversaire pour ce flop sorti le 13 février 2019.

« J’ai fait All Inclusive…

(Stupeur de Mouloud)… Tu veux que je dise une honte, c’est une honte parce que le film a plutôt mal servi les Antilles. C’est assez dur quand tu passes un super bon moment sur place à tourner.. Et qu’au final tu vois le film… Quand tu lisais le script ça paraissait respecter la région Guadeloupe et au final chaque personne qui est d’origine guadeloupéenne passe pour quelqu’un de pas très futé va-t-on dire… ».

Pour rappel, la Region Guadeloupe a financė à hauteur de 300 000 € un (navet ?) film aux critiques acerbes. Folyr. « Comment les producteurs peuvent-ils accepter un scénario aussi indigent ? Les dialogues sont pathétiques, les gags sont nuls, c’est un sous-camping, vulgaire, jamais drôle ».
Ou Franz F. « Rarement vu un film aussi mauvais et mal joué. Rien de crédible. On se demande s’il ne s’agit pas d’une blague ». Allez un dernier de PG. « Pas vu pire film depuis… ben pas vu pire film tout court. et ce malgré tout le respect que je porte au casting 5 etoiles ».

Le mot de la fin revient à Fabien T., touriste lambda qui s’interroge sur la vision donnėe de la Guadeloupe. « Ayant assisté avec ma femme au tournage de ce film durant nos vacances au « Caraïbes club princess ». Ou plutôt le P&V Sainte Anne ou le all inclusive n’existe pas. Nous avions envie de voir le résultat et nous remémorer nos vacances en Guadeloupe… Nous avions beau y aller en sachant que ça serait moyen, nous avons quand même été déçus… Il est dommage de payer cher une place de cinéma pour voir çà… Comme la très bien dit une autre critique, à partir du troisième jour on trouve le temps long, je rajouterai même, heureusement que Bruno a gagné un séjour 6 jours /7nuits…

Rien n’est bon, on se demande où nous emmène le film, entre des phases gay friendly puis son inverse, de bonne dose d’infidélité, de clichés pourris, on se demande si le réalisateur a entendu une fois une personne parler le créole… Parce que l’entendre dans le « bidonville » de Pointe à Pitre c’est gênant… Pour l’île et ces habitants surtout… On se demande également s’il est aussi allé se promener dans la ville. Dans le film une seule et unique visite en ville… Une agression… On pourra donc rajouter la mauvaise image que ça renvoie de l’île à la liste…

Bref, là où on rêve de profiter de la Guadeloupe et de ces paysages magnifiques, on ne voit rien… A part les fesses de Dubosc, et la poitrine de Balasko… Ce qu’il faudrait garder ? La bande annonce, visionnez la, vous aurez vu le meilleur du film, nous on retiendra le tournage, parce que ce fut vraiment un moment sympa à voir »…

Previous post

Que pèse le groupe Bernard Hayot à la Réunion ?

Next post

JOURNÉE D'ETUDES SUR LA LOUISIANE COLONIALE, le 21 fevrier

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *