DiversEvénements

L’université Georgetown reconnaît son passé esclavagiste

L’université Georgetown, fondée en 1789, a pris une série de mesures historiques pour expier les actes des jésuites qui la dirigeaient au XIXe siècle, possédant des esclaves et ayant vendu 272 d’entre eux à des plantations du sud des États-Unis en 1838 afin d’éponger les dettes de l’établissement pour une somme correspondant actuellement à environ 3,3 millions de dollars. Les noms des esclaves vendus ont été consignés par écrit par les jésuites directeurs de l’établissement, leur descendance ainsi identifiée.

En septembre 2015, DeGioia avait convoqué un groupe de travail composé de professeurs, d’étudiants, d’anciens élèves et du personnel et présidé par David Collins afin de formuler des recommandations sur la meilleure façon de reconnaître  les torts de l’Université concernant tous les faits esclavagistes.

Voici les mesures engagées par l’Université :

  • Une messe de réconciliation en coordination avec l’archidiocèse de Washington et des Jésuites aux Etats-Unis et l’engagement de la collectivité de Georgetown dans un « voyage de Reconciliation »
  • Désignation de l’immeuble Liberty Hall (autrefois Mulledy Hall) sous la dénomination de Isaac Hall (un des 272 esclaves) et du bâtiment de la mémoire (autrefois McSherry Hall) Anne Marie Becraft Hall (enseignante noire qui œuvrait à l’éducation des jeunes filles au début du XIXe siècle).
  • Etablissement d’un mémorial vivant et évolutif pour les esclaves de la Georgetown, y compris leurs descendants
  • Création d’un Institut pour l’étude de l’esclavage à Georgetown
  • Considérer de la même manière les descendants de ces esclaves dans le processus d’admission qu’aux autres membres de la communauté de Georgetown
  • Instauration de bourses d’études dans le domaine de la justice raciale et les ressources archivistiques
  • Identifier de nouvelles façons d’améliorer l’accès à l’Université  et poursuivre le soutien aux écoles comme Cristo Rey qui visent à fournir des voies d’entrée à l’enseignement supérieur

georgetown image

« Nous devons comprendre que notre histoire est en partie celle de la possession et du commerce d’esclaves (…) Et cela nous ouvre les yeux sur les problématiques sociales plus larges qui ne sont pas encore résolues dans notre pays », a déclaré David Collins, président du groupe de travail.

« Nous nous trouvons dans une période critique de notre histoire en ce qui concerne les relations raciales et la manière de faire face sur le long terme aux conséquences des inégalités », a souligné lors de la conférence l’historienne Marcia Chatelain.

Previous post

AMBIANCE ETINCELLE AU  MORNE ACAJOU !

Next post

Disparition d’Halima Laza Mze

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

SHARE

L’université Georgetown reconnaît son passé esclavagiste