Société

L’université des Antilles sommée de publier son algorithme de tri des étudiants

Soupçonnant les universités  de pratiques discriminatoires envers les jeunes de la banlieue, le syndicat étudiant Unef vient d’obtenir une première  victoire… en Guadeloupe. Une décision qui peut servir de jurisprudence pour les autres universités.

Le tribunal administratif de Basse Terre a ordonné à l’université des Antilles de publier ses algorithmes pour Parcoursup permettant la classification des candidats à ses licences et « communiquer » à l’Unef, « les procédés algorithmiques utilisés dans le cadre du traitement des candidatures d’entrée en licence via la plateforme Parcoursup, ainsi que le ou les codes source correspondants », selon l’AFP.

« Contrairement à ce que soutient l’université des Antilles, la communication à l’UNEF des traitements algorithmiques sollicités ne porte pas atteinte au secret des délibérations, protégé par l’article 612-3 du code de l’éducation, estime la juridiction administrative, puisque cette communication ne portera que sur la nature des critères pris en compte pour l’examen des candidatures, leur pondération et leur hiérarchisation, et non sur l’appréciation portée par la commission sur les mérites de chacune de ces candidatures. »

L’université des Antilles a décidé de se pourvoir en cassation devant le Conseil d’Etat.

La seule condition requise jusqu’alors était l’obtention du bac pour accéder à la licence de son choix, les candidats tirés au sort en cas d’inscriptions trop nombreuses.

Le Défenseur des droits Jacques Toubon avait demandé au gouvernement de rendre publiques toutes les informations relatives au traitement des dossiers des candidats étudiants.

Previous post

PRECISIONS SUR UNE CHRONIQUE DIFFUSÉE SUR GUADELOUPE 1ERE

Next post

Qualitropic soutenu pour une nouvelle labellisation

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *