CultureEvénements

L’œuvre du Chevalier Saint-George jouée au Los Angeles Opéra

Le 14 novembre, sera joué « L’Amant Anonyme » au Los Angeles Opéra, « une oeuvre injustement négligée datant de 1780 de Joseph Bologne, Chevalier de SaintGeorgeun compositeur noir pionnier et contemporain de Mozart » comme indiqué dans la présentation de la saison lyrique.

Cette collaboration autour de l’oeuvre du Guadeloupéen entre la Colburn School et l’Opéra de L.A, est expérimentale et novatrice en cette période de Covid. Les chanteurs se produiront dans le Zipper Hall, tandis que l’orchestre sera dans la grande salle de répétition voisine.  

Le directeur du L.A Opéra, Christopher Koelsch dans un communiqué de presse, a précisé son intention artistique. « L’opéra nous rappelle que les artistes de couleur ont créé, joué et travaillé dans le domaine de la musique classique pendant des siècles, confrontés trop souvent à des obstacles insurmontables. Je suis ravi de travailler avec le metteur en scène Bruce Lemon, Jr., pour la première fois, dans nos efforts pour que cette œuvre remarquable trouve sa juste place dans le répertoire »

Mêlant à la fois modernisme et mise en scène traditionnelle, le spectacle sera diffusé en ligne pour atteindre un large public. La brillante partition de Bologne est dirigée par le directeur musical du L.A Opera Orchestra, James Conlon.

@The L.A Opéra est le 4ème le plus important des USA.

James Conlon explique sa découverte de Saint-George. « Ma mission consiste à restituer aux amateurs de classique la musique de compositeurs interdits, victimisés et parfois assassinés par le régime nazi. Une grande partie de la musique des années 20, 30 n’a jamais été entendue par le public ».

« Je découvre un opéra d’un compositeur atypique du XVIIIe siècle et je m’interroge sur le pourquoi de sa non diffusion. C’est fondamentalement le même problème : le racisme. Le racisme est un des nombreux crimes du régime nazi, mais il y a eu un crime silencieux pratiqué par les sociétés européennes et américaines à majorité blanche. Je n’ai jamais entendu personne suggérer que le manque d’intérêt pour la musique de St. George était pour une raison autre que le fait qu’il soit noir ».

« Sa vie n’est pas aussi bien documentée que nous le souhaiterions; il y a beaucoup de trous. Le meilleur livre sur lui est une biographie de Gabriel Banat, violoniste de l’Orchestre philharmonique de New York, que j’ai rencontré dans les années 70 ».

« Étant un fan de Beaumarchais, je trouve très touchant que cet homme soit mort moins de trois semaines après Beaumarchais en 1799. Ils n’ont aucun rapport, mais comme j’aime Beaumarchais et sa vie fascinante, j’ai fait ce rapprochement ».

@James Conlon

« Il y a beaucoup d’opéras où l’on peut dire que l’intrigue est ridicule, mais je ne pense pas que nous devrions juger les opéras principalement par leurs intrigues et leur manque supposé de profondeur littéraire… Je suis très enthousiaste. La musique est d’un lyrisme direct très simple que je trouve attrayant. Cela semble calqué sur la musique de Gluck, mais je retrouve le XIXe siècle à certains moments dans cet opéra. L’air d’Ernestine est extraordinaire et résonne comme un prédécesseur de Berlioz ».

L’intrigue de l’opéra : Une jeune veuve, Léontine (soprano Tiffany Townsend), est secrètement courtisée par son ami prétendument désintéressé, Valcour (ténor Robert Stahley). Après une résistance farouche, elle est touchée par cet admirateur anonyme et accepte de l’épouser. En chemin, nous rencontrons plusieurs autres personnages dont l’amie de Léontine, Dorothée (soprano Alaysha Fox), l’assistant de Valcour, Ophémon (baryton Michael J. Hawk). Il y a aussi deux jeunes amoureux, Jeannette (mezzo-soprano Gabriela Flores) et Colin (contre-ténor Jacob Ingbar). Tous les chanteurs sont de jeunes artistes de LA Opera. Come dans l’histoire il n’a pas de méchant, il n’y a pas de bassiste.

La perspective d’une mise en scène avec des chanteurs et un orchestre distanciés est un des nombreux défis que doit relever  Bruce Lemon Jr. Lemon, qui dirige ici son premier opéra.

@Bruce A. Lemon, Jr.

« Je fais beaucoup de choses. J’ai réalisé la mise en scène et animé une série de contes communautaires intitulés Unheard LA. J’ai écrit un poème pour le nouveau centre de santé Dr Martin Luther King de mon quartier. Je suis un touche-à-tout. J’aime expérimenter autant que je peux. Je suis aussi un conteur. C’est ce que je fais sur tous les supports. Il s’agit de varier les expériences afin qu’il y ait plus d’exemples pour les enfants de mon quartier, en particulier les jeunes enfants noirs ».

« Originalité étincelante … complexité musicale et dramatique étonnante … précision comique d’une netteté remarquable » sont les commentaires élogieux de Callum John Blackmore de Parterre Box.

Chanté en français (sous-titré en anglais), avec des dialogues en traduction anglaise.

Durée : 1 heure et 40 minutes.

Previous post

Parmi les tués de la 1ere guerre, 4 000 Ultramarins

Next post

L'Etat des routes en Martinique

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *