Société

L’indignation d’Hélène Vainqueur-Christophe à propos de l’état de catastrophe naturelle a t-elle porté ses fruits ?

Hélène Vainqueur-Christophe, députée de la 4ème circonscription de Guadeloupe après s’entre insurgée contre la restriction dans l’annexe 1 des vents cycloniques de Maria aux seules îles des Saintes, entraînait l’ensemble des députés à demander au gouvernement de revoir sa copie. Il semblerait qu’elle ait été entendue.

Je viens de prendre connaissance, avec une certaine stupéfaction, du contenu de l’arrêté portant reconnaissance pour la Guadeloupe de l’état de catastrophe naturelle publié cette nuit au Journal officiel.

Certes, le Premier ministre a tenu parole en signant cet arrêté au plus vite. Mais, je dois faire part de ma grande incompréhension, et même de mon indignation, quant au périmètre retenu par le Gouvernement pour cet arrêté.

En effet, si celui-ci concerne bien toutes les communes de notre archipel pour les calamités liées à la houle et aux inondations, il restreint en revanche les dommages liés aux vents cycloniques aux seules communes de Terre de Bas et de Terre de Haut, alors que des vents puissants et ravageurs ont touché toutes les autres communes de l’archipel.

Cette rédaction scandaleusement restrictive risque de compliquer singulièrement les démarches des personnes sinistrées par les vents cycloniques auprès de leur compagnie d’assurance.

Je demande donc au Gouvernement de revoir sa copie et de permettre des conditions d’indemnisation justes aux nombreux foyers et acteurs économiques sinistrés par l’ouragan Maria de catégorie 5 qui a touché la Guadeloupe dans la nuit du 18 au 19 septembre 2017.


Arrêté portant reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle pour la Guadeloupe

ANNEXE I
Communes reconnues en état de catastrophe naturelle

DÉPARTEMENT DE LA GUADELOUPE

Inondations par choc mécanique des vagues du 18 septembre 2017 au 19 septembre 2017

Communes d’Abymes (Les), Anse-Bertrand, Baie-Mahault, Baillif, Basse-Terre, Bouillante, Capesterre-Belle-Eau, Capesterre-de-Marie-Galante, Gourbeyre, Désirade (La), Deshaies, Grand-Bourg, Gosier (Le), Goyave, Lamentin, Morne-à-l’Eau, Moule (Le), Petit-Bourg, Petit-Canal, Pointe-à-Pitre, Pointe-Noire, Port-Louis, Saint-François, Saint-Louis, Sainte-Anne, Sainte-Rose, Terre-de-Bas, Terre-de-Haut, Trois-Rivières, Vieux-Fort, Vieux-Habitants.

Inondations et coulées de boue du 18 septembre 2017 au 19 septembre 2017

Communes d’Abymes (Les), Anse-Bertrand, Baie-Mahault, Baillif, Basse-Terre, Bouillante, Capesterre-Belle-Eau, Capesterre-de-Marie-Galante, Gourbeyre, Désirade (La), Deshaies, Grand-Bourg, Gosier (Le), Goyave, Lamentin, Morne-à-l’Eau, Moule (Le), Petit-Bourg, Petit-Canal, Pointe-à-Pitre, Pointe-Noire, Port-Louis, Saint-Claude, Saint-François, Saint-Louis, Sainte-Anne, Sainte-Rose, Trois-Rivières, Vieux-Fort, Vieux-Habitants.

Vents cycloniques du 18 septembre 2017 au 19 septembre 2017

Communes de Terre-de-Bas, Terre-de-Haut.

 

DÉPARTEMENT DE LA MARTINIQUE

Inondations par choc mécanique des vagues du 18 septembre 2017 au 19 septembre 2017

Communes d’Anses-d’Arlet (Les), Carbet (Le), Case-Pilote, Ducos, Fort-de-France, Grand’Rivière, Lamentin (Le), Prêcheur (Le), Rivière-Pilote, Saint-Pierre, Sainte-Luce, Schœlcher.

Inondations et coulées de boue du 18 septembre 2017 au 19 septembre 2017

Communes d’Ajoupa-Bouillon, Basse-Pointe, Fonds-Saint-Denis, Fort-de-France, Gros-Morne, Lorrain (Le), Marigot (Le), Morne-Rouge (Le), Saint-Joseph, Sainte-Marie, Trinité (La).

 

COLLECTIVITÉ DE SAINT-BARTHÉLEMY

Inondations et coulées de boue du 18 septembre 2017 au 19 septembre 2017

Collectivité de Saint-Barthélemy (2).

 

COLLECTIVITÉ DE SAINT-MARTIN

Inondations et coulées de boue du 18 septembre 2017 au 19 septembre 2017

Collectivité de Saint-Martin.


Communiqué de presse du 1er Ministre

L’arrêté portant reconnaissance de catastrophe naturelle aux Antilles a été publié ce dimanche 24 septembre 2017.

Les Iles du Nord, l’ensemble de la Guadeloupe et les communes du centre et du nord de la Martinique ont ainsi été reconnues en état de catastrophe naturelle.

D’autres communes et collectivités non concernées par cet arrêté pourraient également bénéficier de cette reconnaissance une fois les expertises d’urgence complétées.
En parallèle, la ministre des outre-mer a décidé d’activer le fonds de secours pour les outremer.

Ce dispositif permet d’indemniser les dégâts matériels non assurés des particuliers sous conditions de ressources, des petites entreprises, des collectivités locales ainsi que les pertes de fonds et de revenus des exploitants agricoles. La ministre des outre-mer a demandé aux préfets de Guadeloupe et de Martinique de constituer les missions d’expertise des dommages agricoles.

Ce dispositif est complémentaire à celui des assurances. En effet, le taux de pénétration des assurances n’est que de 50% aux Antilles.
La combinaison du dispositif assurantiel (catastrophe naturelle) et de la solidarité nationale (fonds de secours pour les outre-mer) permettra ainsi au plus grand nombre d’être indemnisé des effets du cyclone Maria.

Previous post

Skerrit, 1er ministre de la Dominique à l'ONU : Nier le changement climatique c'est se moquer des milliers de mes compatriotes sans toit sur leurs têtes

Next post

Les conséquences de Maria sur les Bananes de Guadeloupe & Martinique

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *