Société

LETTRE OUVERTE AU NOUVEAU MAIRE DE POINTE-A-PITRE

La réaction de Tania GALVANI à l’élection de Josiane GATIBELZA, ex-premiere adjointe, au siège de maire lors du conseil municipal de POINTE-A-PITRE après la démission de Jacques BANGOU menacé par une procédure de révocation enclenchée par le Préfet.

 

Madame le Maire,

Permettez-moi en premier lieu de saluer votre élection car vous devenez la première femme Maire de notre ville dans un contexte il est vrai très particulier ; et dans cette étape de changement de gouvernance, l’histoire retiendra votre nom quoiqu’il arrive.

Nous savons tous que la période qui s’ouvre à compter d’aujourd’hui est une période transitoire au cours de laquelle il faut d’ores et déjà préparer l’après, la POINTE-A-PITRE de demain sur la base d’un nouveau modèle, sauf que l’action de la même équipe risque malheureusement d’aboutir aux mêmes résultats.

Dans ce laps de temps qui précède le grand rendez-vous des 15 et 22 mars 2020 avec la population qui aspire à un réel changement, il serait utopique de penser que vous et votre majorité allez résorber le déficit abyssal que vous avez vous-mêmes créé. Votre tâche consistera à tout mettre en œuvre pour au moins stopper l’hémorragie mais il sera difficile de faire mentir les prévisions les plus optimistes qui annoncent un déficit proche des 90 millions d’€uros pour la fin de l’année.

Une chose est sûre : les pointois, exilés ou encore sur place et plus largement les guadeloupéens ont soif de renouveau, de renouvellement du paysage politique, car excédés par cette déliquescence dans laquelle est plongée la ville-centre depuis tantôt.

Je l’ai expliqué au Centre Rémy NAINSOUTA le 7 mars dernier lors d’une conférence-débat que j’ai organisée, avec pour thème le développement économique de POINTE-A-PITRE : relance de la ville et relance économique basée sur un nouveau modèle sont étroitement liées.

Pour relancer l’économie à POINTE-A-PITRE et réussir ensemble, il faudra changer radicalement de méthode, savoir mieux anticiper, réagir en mettant toutes les forces vives, mais aussi notre jeunesse au centre de l’action municipale, dans l’optique d’un mieux vivre ensemble.

Il faudrait donc absolument réconcilier deux pans de notre ville : le social et l’économie, car l’erreur depuis plus de 50 ans, a été de faire seulement du social en délaissant l’aspect économique.

En effet, si le social est nécessaire car je suis convaincue qu’il faut donner plus à ceux qui en ont le moins, ne pas y associer le développement économique est une aberration avec laquelle il faut en finir au plus vite, sous peine de voir POINTE-A-PITRE disparaître.

Toujours dans cette optique de donner plus à ceux qui en ont le moins, un rattrapage entre les quartiers sera nécessaire car il n’est pas acceptable que des pans entiers de la ville et leurs habitants soient laissés à l’abandon : Mortenol, Louisy Mathieu, la sortie Sud-est, les Faubourgs pour ne citer que ces quartiers.

Voilà, Madame le Maire, quelques-uns des grands dossiers qui vous attendent et sur lesquels je demanderai des comptes car la population attend des réponses.
Mais il est évident que seul un changement de méthode radical permettra d’assainir les finances de la Ville durement éprouvées par une gestion calamiteuse qui laisse plus de 78 millions de déficit à l’heure où nous parlons.

Alors en ces heures particulièrement sombres pour la ville qui m’a vue naître, mes pensées sont plus que jamais tournées vers mes concitoyens qui sont inquiets par rapport à la situation de notre ville.

Je ne peux enfin m’empêcher d’avoir une pensée très forte pour le personnel municipal composé de pères et de mères de famille qui vivent des moments difficiles depuis de nombreux mois, s’interrogent quant à leur avenir professionnel et sur les moyens leur permettant de continuer à rendre à la population un service public de qualité. Qu’allez-vous mettre en place pour les rassurer ?

Car oui, la situation atteint à POINTE-A-PITRE un degré de gravité jusque-là inégalé, avec en toile de fond des faits susceptibles de recevoir une qualification pénale.
Tout ceci pour dire que l’heure est très grave.
C’est pourquoi la volonté de sauver POINTE-A-PITRE doit transcender la seule envie de fè on kout mè.

Pour ma part, j’ai déjà eu l’occasion de le dire : je m’inscris résolument dans l’écriture d’une nouvelle page de l’histoire de POINTE-A-PITRE avec l’aide de pointois de bonne volonté, des forces vives, des collectivités majeures et de l’Etat.

J’appelle une nouvelle fois à un grand rassemblement autour d’un projet bâti pour et avec les pointoises et les pointois « pou détòtiyé LAPWENT. »
Toutefois en républicaine convaincue, je vous adresse, Madame le Maire, tous mes vœux de succès pour POINTE-A-PITRE.

Previous post

Le Trophée Yvon LUTBERT

Next post

La réponse de l'UTS-UGTG à Mme Borel-Lincertin

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *