Culture

Shuck One : L’esclavage sur un timbre ! De qui se moque-t-on ?

La Fondation pour la mémoire de l’esclavage célèbre cette semaine son partenariat avec La Poste pour inscrire dans l’histoire de la philatélie le mouvement des peuples pour leur libération dans le sillage de la Révolution française. De qui se moque-t-on ? La Fondation doit prendre ses responsabilités ! Que dit le choix de cette icône pour parler de notre histoire ?

Bientôt sur nos courriers le symbole d’une histoire apaisée au sujet de la question de l’esclavage et de la colonisation, de la France dominatrice qui, à coup d’introspection contrite, accepte de laisser un peu place à l’histoire de ceux qu’elle a exploité et continue de discriminer.

Bientôt dans nos boîtes aux lettres, un exemple de cette histoire faux cul que Macron essaye d’offrir en partage au peuple de France.

Le timbre reproduit le Portrait d’une femme noire ou Portrait de Madeleine de Marie Guillemine Benoist. Le modèle de ce tableau est noire. L’historienne de l’art Anne Lafont a eu le mérite de restituer il y a peu son identité à cette figure exotique. Une figure exotique qui, et c’est le paradoxe, symbolise l’abolition de l’esclavage. Mais quelle abolition ? A-t-elle brisé les chaînes qui sont absentes de ses poignets ? Elle se trouve juste à la place du maître, dans la position de la maîtresse. On lui a dit de s’asseoir. On lui a offert une place au centre de l’histoire. Mais de quelle manière ? Et dans quel but ?

Ce tableau, son nom d’origine est Portrait d’une négresse. Dans les années 2000, il a été édulcoré et blanchi à deux fois pour les besoins du politiquement correct, passant de Portrait d’une femme noire à Portrait de Madeleine.

Une libération condescendante

De cette « négresse », on fait en 2020 le symbole d’une libération condescendante. Deux ans après ce tableau peint en 1800, Napoléon rétablit l’esclavage. Et c’est la révolte de Toussaint Louverture qui montre au monde de quel bois sont les Noirs. Imputrescible !

A la Fondation qui choisit de célébrer les servantes de l’histoire, au colonialisme contemporain, à ses éternels serviteurs et leurs masques, nous opposons La Dignité!

Notre génération ne subira pas l’attente des précédentes. Elle ira jusqu’au bout de ses idées, pour que Notre Histoire soit réellement inscrite dans les livres, malgré les approximations et les euphémismes sur les réalités de l’esclavage et de la lutte du peuple noir pour sa propre libération.

L’Histoire Coloniale est La Dette Française!!!

Shuck One.

www.vivrelibreoumourir.fr

@Intervention de Shuck One Triennale de Paris 2011

Previous post

Mutation de Pédophiles : Nous parents enfants et professeurs des Outre-mer voulons savoir

Next post

E. DOMOTA : Rendre justice aux éventuelles victimes de chasseurs de petits enfants

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *