Société

Les risques de pollution en Guadeloupe

Les particules fines sont préoccupantes pour la santé. Dix fois plus petites que l’épaisseur d’un cheveu, elles peuvent entrainer des maladies graves.

Le seuil d’alerte est déclenché à partir d’une concentration de 80 microgrammes de PM10 (particules de diamètre inférieur à 10 microns) par mètre cube d’air.

Les particules fines sont présentes naturellement dans l’environnement du fait de l’érosion provoquée par le vent, de tempêtes ou d’éruptions volcaniques. Mais les activités humaines ont considérablement augmenté leur concentration atmosphérique.

Les particules fines étant en suspension dans l’air, il y a un risque constant de les inhaler. Deux catégories de particules sont particulièrement encadrées par les normes de qualité de l’air : les PM10 particulate matter » en anglais), de diamètre inférieur à 10 micromètres (ou 10 µm, soit 10 millièmes de millimètre) et les PM2,5, qui mesurent 2,5 microns et peuvent donc facilement pénétrer dans l’organisme.

Elles sont nocives pour l’organisme, car elles progressent jusqu’au bout des voies respiratoires, atteignent les alvéoles et entraînent des maladies pulmonaires. Elles pénètrent ensuite dans la circulation sanguine et provoquent aussi des problèmes cardiovasculaires en bouchant les petits vaisseaux. La liste des maux est longue : bronchite chronique, asthme, cancer du poumon, accident vasculaire cérébral, infarctus du myocarde ou encore problèmes placentaires.

Le chiffre de 42 000 morts en France, et de 386 000 en Europe, est régulièrement avancé par les hommes politiques et les médias, mais il est fondé sur une étude de la Commission européenne utilisant des données datant d’une quinzaine d’années.

Une étude conduite à l’université d’Utrecht a conclu qu’une exposition prolongée aux particules fines a un effet néfaste sur la santé, même lorsque les concentrations restent dans la norme de l’Union européenne (de 25 microgrammes par mètre cube d’air). Selon ces travaux, chaque hausse de 5 microgrammes par mètre cube de la concentration en PM2,5 sur l’année augmente le risque de mourir d’une cause naturelle de 7 %.

 

Previous post

Les festivités du Nouvel an Tamoul à la Réunion

Next post

Des Délices Coquins à consommer sans modération

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *