Société

La fronde des parlementaires Guadeloupéens à propos du 2nd TEP scanner

Communiqué de l’ARS
L’ARS  prend  lecture  du  communiqué  du  sénateur  Victorin  LUREL   et  souhaite  en  corriger  les  inexactitudes.

La  décision  administrative  d’autoriser  l’implantation  pour  le  moment  d’un  seul  tep-scan  sur  le territoire  n’a  aucunement  été  prise  de  manière  unilatérale  et  sans  consultation  des  élus guadeloupéens  par  l’ARS. En  effet,  elle  a  été  soumise  il  y  a  un  an  dans  le  cadre  d’une  commission  composée  d’acteurs de  santé  et  après  avoir  interrogé  les  collectivités,  Conseil  Régional  et  Conseil  Départemental, suite  à  un  avis  de  consultation  ayant  fait  l’objet  d’une  publication.

Cette  décision  temporaire est  motivée  par  deux  éléments  objectifs  :  la  sous-utilisation  pour  le  moment  du  tep-scan  en place  sur  notre  territoire  et  la  volonté  de  se  concentrer  dans  l’immédiat  sur  la  mise  à  disposition de  scanners  classiques  en  proximité  (4  nouvelles  implantations  ont  été  ouvertes).

Le  Projet Régional  de  santé  permet  l’ouverture  d’une  implantation  d’un  deuxième  tep-scan,  cela  reste donc  toujours  possible  d’ici  2023  si  le  besoin  est  avéré.  Cela  se  fera  bien-entendu  dans  le respect de  la  règlementation  et de  la  consultation  avec  les  élus.

 L’ARS  rappelle  que  la  lutte  contre  le  cancer  en  Guadeloupe  est  une  de  ses  priorités  et  qu’elle a  toujours  soutenu  le  projet  du  cyclotron  et  du  tep-scan  installés  sur  notre  territoire. L’ARS  a  autorisé  et  finance  sur  son  propre  budget  le  tep-scan  actuel  à  hauteur  de  600K€  par an  pendant  7  ans.  Elle  l’a  attribué  au  CHU  qui  dispose  du  plateau  technique  et  des compétences  nécessaires  pour  la  mise  en  œuvre  de  cet  équipement  innovant.

L’ARS  a  également  autorisé  récemment  le  CHU  de  Guadeloupe  à  utiliser  un  nouveau médicament  radio  pharmaceutique,  la  fluorocholine,  indispensable  pour  un  meilleur  dépistage des  cancers  de  la  prostate.  Ce  médicament,  utilisé  avec  le  tep-scan,  permet  de  révéler  la présence  de  cellules  cancéreuses  non  détectées  à  ce  jour  par  le  traceur  jusqu’ici  utilisé.  C’est donc  bien  une  démarche  volontariste  de  la  part  de  l’ARS  d’innover  et  de  développer  l’emploi du  cyclotron  en  Guadeloupe.

L’ARS  est  attentive  aux  besoins  de  la  population  et  c’est  toujours  dans  cet  esprit  qu’elle  agit afin  de  trouver  le  meilleur  équilibre  entre  les  équipements  de  proximité  et  les  équipements techniques  d’innovation.

Previous post

Vivre et affirmer pleinement l'identité réunionnaise

Next post

Mwaka boss la nuit du 30 octobre sur France 2

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *