Evénements

LES « GLISSANTERIES » A LA CHANCELLERIE PUIS LA BNF

Une partie des archives d’Édouard Glissant, acquises par la Bibliothèque Nationale de France, ont été montrées le lundi 21 septembre jour de naissance de l’écrivain martiniquais au ministère de la Justice lors d’une réception animée par Greg Germain en présence de Christiane Taubira, Fleur Pellerin et George Pau-Langevin.

 
Bruno Racine, le directeur de la BNF ne pouvait cacher sa satisfaction, écoutant religieusement les extraits lus par Patrick Chamoiseau, Stephy Glissant, Sophie Bourel, Alexandra Fournier, Isabelle Fruleux et Jean-Michel Martial et des élèves du collège Edouard Glissant du Lamentin de l’œuvre du penseur de la créolisation. Ce n’est cependant qu’une étape dans la réappropriation des archives, l’appel aux mécènes lancé pour l’acquisition d’autres manuscrits. 

Ces brouillons, agendas, carnets, correspondances, documents dactylographiés parfois annotés ou corrigés de la main de l’auteur ont beaucoup à apporter à la compréhension de l’œuvre de cette figure de la lutte anticoloniale, penseur de l’identité antillaise et créateur du concept du « Tout-Monde ».

Romancier, poète et essayiste, Edouard Glissant (1928-2011) est un des grands écrivains du XXè et XXIè siècles. Celui qui disait écrire en présence de toutes les langues du monde est considéré comme une figure philosophique et littéraire emblématique dans le monde entier notamment aux Etats-Unis et au Japon. La Beinnecke Library à Yale possède 3 manuscrits originaux d’Edouard Glissant : La Lézarde et deux pièces de théâtre : L’homme d’été et La tragédie d’Askia. 

« Par arrêté de la Ministre de la Culture et de la Communication en date du 28 novembre 2014, est refusé le certificat d’exportation demandé pour les Archives personnelles d’Edouard Glissant ». C’est ainsi qu’un bien culturel est déclaré trésor national par le Ministre de la Culture.

Il s’agit d’une reconnaissance nationale de l’œuvre de Glissant mais aussi une garantie de leur conservation, les ayants-droits permettant d’éviter leur dispersion comme le précisait la Garde des Sceaux dans son discours, répondant ainsi à la polémique sur l’appropriation gouvernementale de l’esprit rebelle de Glissant. Après avoir remercié la ministre de la culture, elle tenait à souligner que l’initiative vient de sa famille. « Je veux saluer l’esprit dans lequel cette famille, qui aurait pu se perdre, s’égarer dans des querelles, a montré cet esprit d’unité, fidèle à Edouard Glissant, (elle) s’est élevée à la hauteur de ce qu’est Edouard Glissant, … et a permis que ces archives soient rassemblées », propos confirmé par son fils Mathieu : « Il est de la volonté de ses enfants, et de son épouse, de voir ses archives conservées, protégées, et partagées en ce lieu d’excellence (la BNF) pour la recherche française et étrangère ».

Glissant n’est pas qu’un penseur mais aussi un homme d’action. De toutes les luttes anticolonialistes, il crée en avril 1961 le Front Antillo Guyanais avec Paul Niger, Cosnay Marie-Joseph et Marcel Manville dissout en juillet de la même année par le gouvernement. De cette dissolution, naquirent l’OJAM (Martinique) et le GONG (Guadeloupe). Assigné à résidence en France après la dissolution du Front Antillo Guyanais, il ne reviendra dans son île qu’en 1965. En janvier 2000, il fait partie d’un comité publiant dans le Monde  un « Manifeste pour refonder les DOM « .

Le poète choisit, élit, dans la masse du monde, ce qu’il lui faut préserver, chanter, sauver, et qui s’accorde à son chant.

Et le rythme est force rituelle, aussi bien que le levier de conscience. 

L’intention poétique (1969)

Glissant 3

G. Pau-langevin, B. Racine, F. Pellerin, C. Taubira

Glissant 2 Glissant 1

 

 

Previous post

L'oasis : ambiance tropicale

Next post

ANTILLES : LE PLAN BANANE DURABLE 1 EVALUÉ

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *