Société

Les gendarmes antillais nouveaux garants de l’anti racisme ?

A Boulevard Voltaire, site d’information d’extrême droite lancé en par Robert Ménard le maire de Beziers, on ne connait pas encore la députée européenne Maxette Pirbakas mais apres avoir voté contre l’amendement déclarant l’esclavage crime contre l’humanité, ils ne manqueront pas de lui ériger une statue. En attendant, les gendarmes antillais sont leur joker dans l’affaire Traoré. Extraits.

« Ce qu’une source proche de l’enquête nous a confirmé de façon certaine, pourquoi les grands médias, qui bénéficient d’une capacité d’investigation bien plus importante que Boulevard Voltaire, n’en parlent-ils pas ? Pourquoi restent-ils si discrets sur cette information qui sonne « la fin de partie », pour reprendre une expression devenue célèbre, de cette vaste fumisterie ?

Pourquoi les journalistes de BFM TV, par exemple, si pointilleux habituellement quant au fact-checking, n’apportent-ils aucune contradiction à Assa Traoré quand, s’exprimant sur l’arrestation de son « petit frère », elle évoque un « comportement déviant, raciste et violent » ?

Peut-elle l’ignorer ? Deux des gendarmes ayant participé à l’interpellation d’Adama Traoré – sur ordre d’un juge d’instruction souhaitant mettre fin aux agissements du gang des frères Traoré, ils n’ont pas joué au shérif dans la ville mais obéi à des ordres, faut-il le rappeler – sont d’origine antillaise. « Noirs », pour le dire autrement, puisque la religion antiraciste binaire nous impose désormais de classer tous les individus en fonction de leur couleur de peau.

Selon l’avocat des deux gendarmes, Rodolphe Bosselut, s’exprimant sur CNews (l’un des rares médias osant évoquer la question), l’interpellation se serait passée en deux temps, constitutifs cependant d’une seule et même action : Adama Traoré aurait réussi à fuir une première fois puis aurait été rattrapé. Toujours selon l’avocat, les gendarmes « issus de la diversité », un mot qui n’a d’ailleurs aucun sens pour évoquer des Antillais, ne seraient pas concernés par la deuxième partie. Mais TOUS les gendarmes ont été cependant prudemment « mutés ».

Alors, on fait quoi, les gars ?

Ah, d’accord. On n’a qu’à dire qu’un Noir qui choisit d’être flic, en France, c’est un peu comme un Noir qui vote Trump aux États-Unis : il n’est « pas noir », selon les mots de Joe Biden. Parce que la couleur de peau, c’est sans doute comme la jeunesse, d’abord un état d’esprit ? Sa peau est donc sombre comme l’ébène, mais son cerveau ressemble au crâne de Boris Johnson : blond, lisse et rose.

Il est même pire que raciste, car c’est un renégat, un « traître », comme le scandaient certains à la manif, une sorte de Judas version subsaharienne »…

Previous post

Younous Omar qui ?

Next post

Murielle BRÉTER

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *