Société

Les eaux de Guyane, un lieu crucial pour la survie de nombreuses espèces

Au large de la Guyane, des scientifiques de Greenpeace et du CNRS dressent un catalogue de créatures marines nourries par un récif de corail l’Amazone Reef, découvert récemment mais déjà menacé, par la soif de pétrole de l’humanité.

« Nous parlons d’un écosystème unique, unique au monde, que nous connaissons à peine et qui est déjà menacé par le pétrole », déclare Thiago Almeida de Greenpeace Brésil, à bord de l’Esperanza, un ancien centre anti-incendie russe. navire écologique.

Le géant pétrolier britannique BP, le français Total et le brésilien Petrobras ont uni leurs forces pour lancer des opérations d’exploration dans les eaux brésiliennes, å la chasse aux combustibles fossiles, ce qui pourrait mettre en danger le récif.

« Beaucoup de pétrole s’ėpancherait en Guyane en cas de fuite, a déclaré Almeida. « Si nous examinons la modélisation des marées noires faite par les entreprises elles-mêmes, vous pouvez voir que la menace est réelle. »

L’eau, le récif, mais également les terres sont menacées, les forêts de mangroves s’étendant tout au long de la côte guyanaise servant de pépinières cruciales.

En décembre dernier, l’autorité de réglementation environnementale brésilienne a refusé à Total l’autorisation de forer, invoquant « de profondes incertitudes » dans les plans d’urgence, « aggravés par la possibilité d’un déversement d’hydrocarbures susceptible d’affecter le récif corallien présent dans la région et par extension biodiversité marine.

La mission a identifié plusieurs espèces de dauphins, d’épaulards, de voiliers et d’oiseaux marins.

« Nous avons également observé des baleines à bosse avec leurs petits; leur présence confirme qu’il s’agit également d’un lieu vital de reproduction et de soins. Les eaux de Guyane sont un lieu crucial pour la survie de nombreuses espèces de cétacés ».

Pour Edina Ifticene de la campagne Protégeons les océans de Greenpeace, la découverte de ces créatures montre « qu’il est insensé de forer du pétrole dans un environnement aussi critique; un déversement de pétrole pourrait avoir des conséquences irréversibles sur l’ensemble de la région ».

The Peninsula – 4 octobre 2019

Previous post

Michel Leeb : Des excuses du bout des lèvres

Next post

la Radio est dangereuse : on ne voit pas la couleur des noirs, uniquement leur talent ! 

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *