Divers

LE VRAI CHRIST ETAIT-IL NOIR ET JUIF ?

Isaiah SHEMBE, « nazaréen », « sioniste », noir, et zoulou.

Né dans le Natal en 1870, Isaiah SHEMBE connaît une enfance agitée : il est sans cesse traversé de visions, qui surgissent au milieu de la foudre, du tonnerre ou de l’orage. Des voix lui crient de se libérer des liens terrestres pour servir JEHOVAH. Dés l’adolescence, il obéit à l’injonction divine, et devient vagabond.

On remarque qu’il y a quand même une différence avec le Christ des évangiles, car celui-ci ne commence ses prédications qu’à l’âge adulte. Sur le passage d’Isaiah, les guérisons miraculeuses foisonnent. En 1906, il reçoit le baptême protestant et devient ministre de l’African Native Baptiste Church.

Mais dés 1911, il scissionne pour fonder le culte des nazaristes, d’après le nom de sa toute nouvelle église : l’AMA- NAZARETHA- CHURCH. Pasteur dynamique, il fonde bientôt un village : religieux, Ekuphakameni.

Quelque temps plus tard, il a une nouvelle vision : Dieu lui a donné rendez-vous sur une montagne. Il décide alors d’installer son quartier général sur le mont Nhlangakazi, qui devient pour ses fidèles un nouveau «  mont Sion ».

Les partisans d’Isaiah se définissent maintenant comme «  sionistes » , en référence à cette montagne sud-africaine. Il est devenu la réincarnation de Moïse, et surtout le nouveau libérateur des peuples.

L’identification avec Jésus se poursuit, pour le nouveau Messie, tout en proclamant sa négritude. Le peuple zoulou est maintenant identifié au peuple juif : c’est la raison pour laquelle , le mont Sion a été «  déplacé » dans la jungle sud-africaine.

A la différence de bien des cultes messianiques,le mouvement d’Isaiah professe en permanence, un strict pacifisme. Le messie noir reste toujours sur le terrain religieux, sans jamais empiéter sur le politique. ( Ce serait une autre version de « Mon royaume n’est pas de ce monde »).

C’est pourquoi le nazarisme ne connaîtra aucune persécution. Son hostilité, il la réserve aux blancs. Mais il s’agit d’une animosité purement théologique !

Isaiah est le héros de la revanche noire. Il est le nouveau roi des juifs, et ce souverain est zoulou.

JESUS ne peut être donc que noir. Lorsqu’il s’éteint en 1935, ses disciples attendent fiévreusement sa résurrection et érigent un mausolée. Plus tard, son fils Johannes Sheme, prendra la direction du mouvement nazariste, sans toutefois se proclamer messie.

Il reste aujourd’hui environ 80 000 adeptes d’Isaiah Shembe, répartis en Afrique Australe.

Ces informations passionnantes proviennent du livre de Christophe Bourseiller «  Les faux messies » Editions Fayard, paru en 1993. Au terme d’une enquête incroyablement riche, Christophe Bourseiller a enquêté sur ceux qui se crurent d’essence divine, prêcheurs mystiques, chefs de sectes guerrières, assassins fanatiques, prophètes libertaires, théologiens délirants, gourous manipulateurs, aspirants au martyre, assoiffés de pureté, de verbe, de sexe, de pouvoir, tous revivent sous sa plume, des plus sombres aux plus flamboyants. L’éditeur ajoute qu’en lisant leurs errements, on comprend pourquoi les grandes religions reconnues, peu enclines à revendiquer ces illuminés qui menèrent au nom de la foi tant d’hommes et de femmes vers l’autodestruction, ont constamment occulté l’existence des faux messies.

Ajoutons qu’il y avait probablement déjà des messies à l’époque de l’Ancien Testament, mais que les premiers messies historiques connus apparaissent au début de l’ère chrétienne. Il s’agit de Judah de Galilée qui n’a rien à voir évidemment avec l’homme qui a trahi Jésus, et de Theudas.

Judah le galiléen, était par exemple en même temps chef de bande et fondateur des zélotes, selon l’historien Josèphe. Secte juive ultra-nationaliste, le mouvement zélote prône à la fois la soumission à Dieu, et la libération sociale.

La bravoure des zélotes est incroyable. Refusant de se soumettre à une autorité humaine, les partisans de Judah ne craignent ni la répression, ni la torture. Appuyé par le pharisien Sadoq, Judah commence par refuser le recensement, avant de lancer une véritable rébellion contre l’empire romain. On ignore tout de la mort du rebelle. On sait simplement qu’il avait jeté la région dans un chaos sans bornes, et que les Romains ont passé par les armes ses troupes. Tout ceci se passe en Galilée, à six kilomètres de Nazareth, où Jésus atteint sa dixième année, indique Christophe Bourseiller.

Quant au mystérieux Theudas, cet agitateur juif qui a des dons de magie, parvient à soulever contre les Romains une troupe de 400 hommes. On n’est pas sûr de la période exacte à laquelle vécut cet étonnant personnage. Il semblerait qu’il ait été tué lorsque Cuspius Fadus était procurateur de Judée, c’est-à-dire en 44 ou en 45 de notre ère. Theudas est donc un messie contemporain de Jésus, Il a convaincu un grand nombre de gens de le suivre jusqu’au Jourdain. Il veut répéter la sortie d’Egypte, et affirme que le Jourdain va s’ouvrir devant lui comme la Mer Rouge s’est entrouverte devant Moïse. Mais Cuspius Fadus envoie au lieu dit un escadron de cavalerie armé jusqu’aux dents. Les soldats romains massacrent les partisans de Theudas. Quant à notre messie, il est décapité face au Jourdain. Sa tête est ensuite emportée et exposée à Jérusalem.

Avons-nous des Messie aux Antilles ? A notre connaissance, excepté les gourous qui escroquent familles, et personnes en souffrance morale et psychologique, nous n’aurions pas connu d’individus de cet acabit, capables de faire lever comme un seul homme des centaines de convaincus. Quoique, si on réfléchit bien : nos hommes politiques nous ont fait croire depuis des décennies qu’ils allaient régler le problème de l’eau, de la violence, des déchets, et ils ont encore quelques partisans. Pensons à « Papa Césaire » qui lui a tenté d’éviter l’idolâtrerie. Il y a eu aussi Elie Domota, au prénom messianique, que les guadeloupéens ont accompagné, en foules immenses, pour défier l’occupant  « romain ». Heureusement pour eux, le pouvoir central moderne fait preuve de beaucoup plus de mansuétude à l’égard de ces prophètes extatiques qu’à l’époque des Cesar.

Previous post

UNE SOIREE CONSACREE À JACQUES ADELAÏDE-MERLANDE

Next post

Mort et viol de Joyanae, martiniquaise de 18 mois, à Agen. Ses parents suspectés.

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *