Culture

Le village du carnaval tropical, une première à Paris !

Les 1er, 2 et 3 juillet, le Hall 5 de la Porte de Versailles vivra à l’heure antillaise devenant le village du carnaval Tropical. Aux commandes de cette manifestation, le producteur Harold Singamalon qui nous en explique les tenants et aboutissants.

97L : Comment avez-vous eu l’idée d’un village de carnaval ?

J’ai produit beaucoup d’artistes et beaucoup de spectacles en Martinique, Guadeloupe et ici dans l’hexagone dans différentes salles : Cigale, Bataclan, Zénith. J’ai aussi beaucoup voyagé et j’ai vu partout des festivals. A Paris, bizarrement il n’y en a pas. Il y a de gros concerts, certes Bercy, le Stade de France mais pas de festival pour nos musiques. Je parle de manifestations sur 2 jours au minimum. Concernant le carnaval tropical, à l’époque de Jallier cela se passait sur 2 jours et il y avait un village à la pelouse de Reuilly ou l’Esplanade du château de Vincennes.
Ensuite, quand le carnaval a repris il y a une quinzaine d’années il y a eu un podium artistique dont j’ai été responsable. Mais j’ai abandonné je ne me sentais pas en sécurité.
Depuis que l’on fait des directs avec Télé Antilles, j’ai constaté que les gens assistent à un défilé très bien fait, d’ailleurs mais avant ou après ils n’y a rien. Avec la reine 2014, on a pensé faire un festival dans un espace fermé pour que les familles soient tranquilles. Quand on réfléchissait au concept, on ne savait pas qu’il y aurait eu des attentats. Le choix s’est porté sur la Porte de Versailles en plein Paris lieu que tout le monde connaît et hyper sécurisé.

97L : Et pourquoi le thème du carnaval ?

Qu’y a-t-il de commun à ces trois territoires : Guadeloupe, Guyane, Martinique ? Le carnaval. C’est le socle commun. Au travers de cette thématique, on montre les spécificités et le vécu de trois carnavals différents. Pour la Guyane, on va mettre en avant le côté Touloulou. Tu pourras vivre le bal Touloulou sur la social room (la piste de danse) avec le groupe Carnivore l’un des meilleurs groupes. Et sont invités les chanteurs lead des Mécènes et des Blue Stars. Le top !

97L : Comment s’est fait le choix de la date ?

Pour les Antillais, dans l’inconscient collectif, le Carnaval Tropical c’est le premier weekend de Juillet. Mais attention je tiens à préciser que quand j’ai réservé, je savais que le défilé se ferait avant. En choisissant le 1er weekend de juin, la mairie de Paris a avancé ce rendez-vous. C’est dommage. Dans les associations, il y a des jeunes, il aurait été plus simple que ce soit au début des vacances. Et il faut penser aussi aux délégations qui viennent des Antilles.

97L : Justement, quels sont vos groupes invités ?

On a fait le choix de la qualité et de la notoriété pour les groupes. Kassialata pour la Guyane, Akiyo pour la Guadeloupe. Le 1er jour ils vont débouler, le samedi ils seront en concert et le dimanche animeront des master class pour apprendre à jouer aux enfants afin de les rattacher à la tradition. Pour les enfants toujours, un accès à la culture avec des spécialités culinaires comme les beignets et confection de costumes. Pour la Martinique, il y aura un groupe très connu (pour l’instant je garde le secret) avec la chanson du carnaval pour mettre une ambiance de folie. On aura le must de nos trois régions.
De notre côté, on a choisi notre ambassadrice Stella et on a enregistré une chanson avec Krys « Viens pour le Carnaval » qui sera notre hymne cette année. C’est mon côté producteur qui ressort. Kareen Guiock, journaliste sur M6 et Kévin Seraphin, basketteur professionnel NBA aux Knicks de New York sont les marraines et parrains de la manifestation.

carnaval tropical

97L : Parlons du tarif. Est-il abordable ?

Il est de 10 euros pour les groupes, 12,50 en individuel, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans et des pass pour 2 ou 3 jours. Je rappelle que c’est un accès pour toute une journée de 10 h jusqu’à 22 h sauf le dimanche 20 h. Nous avons pensé à l’accessibilité pour les personnes à mobilité réduite. On cherche à faire une opération pour équilibrer le budget, pas à gagner de l’argent.
Il est quand même bon de rappeler que c’est une initiative privée faite par l’Union des Carnavaliers donc ne bénéficiant d’aucune subvention.

97L : Quel public attendez-vous ?

La communauté antillo-guyanaise bien sûr mais notre objectif est d’ouvrir le village aux compatriotes de l’hexagone. Cette année, il va y avoir l’Euro, à la Porte de Versailles il y aura des animations. Et surtout les journalistes du monde entier seront sur le site. C’est une manière, on l’espère de vendre la destination Antilles-Guyane. Si on réussit à donner envie aux européens de découvrir nos territoires à cette période, notre but sera atteint.

Singamalon 2 Singamalon 3 Singamalon 4

Previous post

Condamnation des propos d’Henry de Lesquen

Next post

SUICIDE D’UN POLICIER GUADELOUPEEN A DRANCY

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *