Société

Monter son atelier des Assises des Outre-mer. Pour qui ?

Vous ne maitrisez ni la langue, ni les codes de la société française. Le gouvernement, bourré de bac +6/7/8 aux idées géniales, propose aux exclus de nos sociétés, d’organiser eux-mêmes leur atelier. Annick Girardin l’avait promis : « Les Assises sont… l’occasion de redonner la parole à tous ceux qui ne la prennent plus ». Censé « aider tous les citoyens d’outre-mer qui souhaitent apporter leur contribution et s’impliquer dans la démarche collective des Assises des Outre-mer, chaque contribution sera étudiée par l’équipe nationale des Assises et par des représentants de la société civile. Elles pourront être transmises jusqu’au 1er mars 2018.

A moindres frais, l’Etat vous propose donc de récupérer vos contributions. Avec des taux de jeunes en difficulté de lecture de 74 % à Mayotte, 48 % en Guyane, 34 % à la Martinique, 31 % en Guadeloupe et 27 % à La Réunion, il paraît évident que ces derniers vont se regrouper, et échanger sur leurs difficultés.

 

« En plus d’être un guide facile à prendre en main, ce mode d’emploi permet de rappeler que les Assises appartiennent à chaque citoyen concerné par l’avenir de son territoire », précise Annick Girardin, ministre des outre-mer. «À ce stade, nous demandons à ceux qui le souhaitent d’apporter une contribution, d’émettre des idées, de prendre la parole. Cette étape est fondamentale pour la réussite des Assises. »

On peut donc etre sur que spontanément les juniors ultramarins se mettent à organiser des rencontres et que leurs idées se retrouvent dans le livre bleu outre-mer au printemps 2018, synthèse de l’ensemble des consultations, qui « servira de feuille de route en matière de politique publique durant le quinquennat ».

On attendra de voir aussi à cette occasion, dans l’hexagone, ces présidents d’associations si « représentatifs » de la communauté et leur capacité à fédérer leurs adhérents sur d’autres projets que les chanté nwel. Mais sans subvention, sans cocktail, sans caméra, leurs idées tariront vite.

 

 

Previous post

Violences faites aux femmes : la parole tend à se liberer en Outre-mer (Girardin)

Next post

La centaine de morts a St Martin, 3eme fausse information la plus partagée sur Facebook

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *