Sports

Un Tour de Guadeloupe formidable pour Maxime Le Lavandier

2ème au classement général du Tour de la Guadeloupe 2016, Maxime Le Lavandier parle de son vécu lors d’une course unique en son genre pour Vélo101.com. Des extraits

max vélo

« Nous nous sommes décidés un peu tard à partir au Tour de la Guadeloupe. L’épreuve était bien prévue dans notre calendrier en début de saison mais il nous restait à négocier les billets et à préparer la logistique du voyage. Notre victoire finale au Tour d’Auvergne en juillet, qui était l’objectif principal de l’équipe, nous a permis de convaincre notre sponsor Nicolas Roux de nous permettre de disputer cette course et tout le monde lui en a été reconnaissant…

Nous sommes donc partis le mercredi 27 juillet midi, deux jours avant la course, pour arriver à Pointe-à-Pitre vers 15h00. Il y a six heures de décalage horaire, mais dans ce sens ça ne pose pas de problème. Arriver deux jours avant était bien suffisant. C’est plutôt à la chaleur et à l’ambiance humide qu’il faut s’adapter et nous avons donc eu deux jours pour rouler et nous acclimater à ces conditions. Nous avons été très bien accueillis et logés avec une douzaine d’autres équipes dans la ville de Sainte-Anne. Il suffisait de faire 50 mètres pour aller à la plage !

La course a débuté par une présentation le jeudi soir devant une foule de spectateurs et j’ai déjà pu me rendre compte que l’ambiance était spéciale. Avant le prologue le lendemain vendredi 29 juillet. Les choses sérieuses ont vraiment commencé le samedi avec une étape propice aux bordures. L’objectif de l’équipe était de remporter des étapes et de faire un bon classement général pour moi et Sebastien Fournet-Fayard. Cela a bien commencé puisque Nicolas Thomasson a remporté l’étape du dimanche matin à Vieux-Habitants.

tour gwada 2

La ferveur populaire @97land

L’après-midi avait lieu un chrono en bosse, dans le mur de Saint-Claude : 6 kilomètres à 10/12 %. Nous avons réalisé le doublé avec Seb, qui l’emporte 17 secondes devant moi. L’ambiance était magique, plus de 20000 personnes, des motos de partout, une trentaine de journalistes à l’arrivée dont deux chaînes de télé qui diffusaient la course en direct, une conférence de presse pour les vainqueurs… Impressionnant !

… Lors de la dernière étape à disputer dimanche entre Les Abymes et Basse-Terre, je suis passé à l’attaque,… je termine 3ème de l’étape et donc 2ème au général. J’en suis satisfait car le niveau là-bas est très relevé. Il faut être un coureur complet et supporter à la fois la chaleur extrême et les orages tropicaux qui ont lieu parfois. Il faut également bien récupérer car la course dure dix jours. C’était la première fois que je disputais une course aussi longue et j’ai pu m’apercevoir que j’étais de mieux en mieux au fil des jours.

Cette course ressemble vraiment à un petit Tour de France. Il y a un monde fou sur le bord des routes… Et les gens sont connaisseurs. Les spectateurs donnent de l’eau, des Coca, des Powerade et autres sur l’ensemble du parcours. L’ambiance est assez indescriptible. Le soir, on peut revoir le replay de la course sur les chaînes locales et c’est sympa de se voir à la télé ! Ils font même des émissions débat (un peu comme les Rois de la Pédale) après le direct et les gens appellent à la radio pour discuter de tel ou tel choix tactique… Pendant deux semaines, toute la Guadeloupe vit pour cette course. Et les gens reconnaissent les coureurs dans la rue grâce à tout cet engouement médiatique. Les policiers vont même jusqu’à escorter les coureurs le soir pour rentrer à l’hôtel et ainsi éviter les bouchons !

… C’était vraiment une bonne expérience. Le Tour de la Guadeloupe est une très belle course, difficile, et avec un très bon niveau. Il faut y aller en forme pour pouvoir espérer y faire quelque chose et ne pas trop subir. J’en garderai de très bons souvenirs. »

Previous post

Un sursaut contre la violence en Guadeloupe ?

Next post

Philippe Naillet rencontre Ericka Bareigts

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

2 Comments

  1. DIdier
    septembre 7, 2016 at 07:48 — Répondre

    Tout va bien donc dans cette épreuve… Pas un mot sur le décès de Warren Errin, sur le dopage sévissant au sein du peloton guadeloupéen…
    Continuons a trouver ce tour formidable !

  2. saxo
    septembre 7, 2016 at 10:16 — Répondre

    Et au Tour de France il n’y a pas de problèmes ? Un jeune de l’hexagone vient dans une épreuve sportive en Guadeloupe et trouve la course belle. Jamais contents chez nous !!!

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *