Société

Le taux d’illétrisme en Outre-mer largement supérieur à la moyenne nationale

Le ministère de l’Education nationale a publié son étude annuelle sur le niveau de lecture des jeunes Français ayant participé aux tests de français de la JDC, Journée Défense et Citoyenneté. La statistique la plus inquiétante pourrait bien être le fossé entre Paris et les départements d’outre-mer, où le taux d’illettrisme est le plus important. Des extraits d’un article de Laurène Bertelle pour actualitte.com

Durant leur Journée Défense et Citoyenneté, tous les adolescents participent à un test de français qui permet au ministère de l’E.N de mettre au point une étude statistique sur les difficultés de lecture des jeunes Français. En 2016, l’étude a regroupé les résultats de quelque 760.000 jeunes âgés de 16 à 25 ans.

Ces tests permettent d’évaluer trois compétences principales : la connaissance du vocabulaire, l’automaticité de la lecture et les « traitements complexes » c’est-à-dire la bonne compréhension de textes écrits. À partir de ces critères, plusieurs profils sont définis : d’un côté, les lecteurs efficaces et les lecteurs médiocres (qui, malgré le nom peu flatteur, désigne les adolescents avec quelques difficultés, mais qui n’empêchent pas une bonne compréhension des textes lus). De l’autre, les jeunes en difficulté et en sévère difficulté soit en situation d’illettrisme.

L’une des conclusions flagrantes de cette étude est la différence entre certaines régions de France, et notamment entre la France métropolitaine et l’outre-mer. En effet, en métropole, le taux de jeunes en difficulté peut aller jusqu’à 20 %, mais en comparaison, aucun des cinq départements d’outre-mer n’affiche un taux inférieur à 25 %.

C’est la Réunion qui s’en tire le mieux avec un pourcentage de jeunes en difficulté de 26 %. S’en suivent la Guadeloupe, la Martinique, puis la Guyane avec 48,06 % et enfin Mayotte, avec 73,02 %. Dans ce dernier département, 49,3 %, soit environ la moitié des adolescents, sont même en situation d’illettrisme…

En comparaison, en France métropolitaine, 20 départements sur 95 affichent un pourcentage de jeunes en difficulté entre 12 et 20 %. Ce sont l’Aisne et la Somme qui s’en tirent le moins bien, avec 17 %. En revanche, Paris enregistre les meilleurs chiffres, avec seulement 5,03 % d’adolescents en difficulté, 2,2 % de jeunes en situation d’illettrisme, et 87,9 % de lecteurs efficaces.

Previous post

Guadeloupe : Comité de pilotage du futur CHU

Next post

Jean José Niger équipier de la yole SMEM, fauché par une voiture

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *