Société

Le projet Cabaré : un défi relevé pour la banane durable

Le séminaire de clôture du projet Cabaré se déroulait du 24 au 26 Juin en Guadeloupe. Les objectifs fixés au départ ont été atteints.

La banane est la première production fruitière au niveau mondial. La zone Caraïbe regroupe de nombreux pays producteurs de bananes et contribue pour 2,8 % à la production mondiale et pour 4,7 % aux exportations mondiales.

La production bananière de l’ensemble de la région Caraïbe est cependant menacée par l’émergence et l’extension de maladies comme les cercosporioses, dont la maladie des raies noires (MRN) ou cercosporiose noire ayant considérablement réduit la production à Sainte Lucie et Saint Vincent notamment.

Les spécialistes de la  cercosporiose lors d'un précédent séminaire @Cabaré

Les spécialistes de la cercosporiose lors d’un précédent séminaire
@Cabaré

Le projet Cabaré vise à renforcer la coopération technique et scientifique dans la Caraïbe par la création d’un réseau pour la prévention et le contrôle des maladies du bananier. Arrivant à son terme, d’une durée de 4 ans, démarré en 2011 il concerne 5 instituts de recherche agronomique : le Cirad (Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement) en Guadeloupe, l’IDIAF en République Dominicaine et trois instituts cubains : l’INISAV, l’INIVIT et l’IBP.

Ce projet a permis de construire un réseau caribéen de spécialistes des maladies du bananier et de renforcer les capacités des acteurs de laboratoire et de terrain, cela, grâce à de nombreux échanges et formations qui ont bénéficié à 12 territoires caribéens.

Il s’agissait d’élucider les causes de la résistance observée chez certaines variétés hybrides initialement résistantes, d’évaluer le risque de diffusion du virus de la mosaïque en tirets du bananier, mettre au point des méthodes de contrôle de ces deux maladies.

Une harmonisation des pratiques a été menée : 95 professionnels de 13 territoires caribéens (Cuba, Dominique, Grenade, Guadeloupe, Guyane Française, Haïti, Martinique, Porto Rico, République Dominicaine, Sainte Lucie, Saint Vincent et Grenadines, Surinam, Trinité et Tobago) ont été formés au diagnostic et à la reconnaissance des symptômes de la cercosporiose noire, des maladies virales des bananiers et à la reconnaissance des cochenilles du virus de la mosaïque en tirets et 170 participants à 6 réunions de projet organisées en République Dominicaine, à Cuba et en Guadeloupe.

banane pa

 

 

Previous post

LA CONFERENCE IRENA A LA MARTINIQUE

Next post

Guadeloupe :  Sophie ELIZEON Une visite passée inaperçue

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *