Culture

LE PREMIER MARTINIQUAIS DANS L’ESPACE

Un cosmonaute noir, c’est déjà assez rare. Et que dire alors s’il est martiniquais ?

On a appris au début de l’année 2018, que Jeannette Eps qui aurait été la première personne noire à devoir participer à une mission de longue durée dans la station spatiale internationale avait été remplacée mystérieusement au dernier moment, sans aucune explication. ( Huffington Post du 19/01/2018).

Guion S. Bluford, colonel de l’US Air-Force, a la particularité d’être le premier noir à avoir volé dans l’espace.

Robert Lawrence a été le premier noir nommé en 1967 astronaute. Il n’a jamais pu voler parce que l’avion qu’il copilotait s’est écrasé le 8 décembre 1967.

Michael P. Anderson né le 25 décembre 1959, après  une maîtrise en physique, a servi dans l’armée de l’air américaine en tant que pilote instructeur. En 1998, il a piloté la navette spatiale Endeavour en mission pour la station Mir. Commandant de la charge utile pour la navette spatiale Columbia, iperd la vie ainsi que les autres astronautes quand celle-ci explose en vol le 1er février 2003. 

Mais marcher sur la Lune grâce à une fusée propulsée par l’énergie poétique, telle était la gageure de ce martiniquais hors du commun, Robert Sainte-Rose, « l’homme qui aurait du être le premier Français dans l’espace » selon son frère, et qui a commencé à construire sa fusée en 1974.

« Se mettre debout, s’élancer vers le ciel. Il avait pris Césaire au mot et pris ses mots pour carburant.

Ce génie de la poésie aéronautique est le produit d’une histoire, d’une société en crise qui n’offre d’autre choix que de partir, de quitter l’île », pouvait commenter Chamoiseau.

Robert Sainte-Rose cristalliserait ainsi toutes les contradictions de l’île, tous les impossibles, tous les désirs secrets, toutes les potentialités avortées.

On ne peut que s’incliner devant la démesure et le génie de Zétwal (L’étoile) tel était son surnom, fascinante illustration d’un peuple qui aurait conservé un rapport magique au verbe et à la parole.

Si une première tentative avait échoué, il a fallu constater la disparition de la fusée et de son passager quelques jours plus tard. La fusée a-t-elle décollé ?

Le réalisateur Gilles Elie-dit-Cosaque a retracé la vie et la disparition hors-normes de Robert Sainte-Rose dans un documentaire de 52 mn, multidistingué : Étoile de la Scam, prix du film court FIFAI La Réunion, sélectionné pour le FESPACO à Ouagadougou (Burkina Faso) en 2009, prix de la Fondation Beaumarchais SACD 2010.

Pour en découvrir un extrait : http://www.lamaisongarage.fr/zetwal/

Previous post

France Tv : heureusement il reste l’Outremer pour rigoler. 

Next post

A la Réunion, suspicion de peste aviaire

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *