Société

Le Precheur vers l’interdiction de l’usage des pesticides

Le 13 février, le conseil municipal du Prêcheur a voté à l’unanimité une motion soutenant le projet du maire visant à interdire l’usage des pesticides dans certaines zones du Prêcheur pour un territoire d’environ 20 hectares.

ARRÊTÉ MUNICIPAL VISANT A INTERDIRE L’USAGE DES PESTICIDES DANS CERTAINES ZONES DU TERRITOIRE PRECHOTAIN

Considérant la réalité de la pollution d’une bonne partie des terres agricoles martiniquaises

Considérant le développement dans notre pays de nombreuses pathologies (cancers, diabète) dont le lien avec la présence de certaines molécules chimiques dans les aliments que nous consommons et résultant de certaines pratiques agricoles n’est pas improbable ;

Considérant l’impact de certaines molécules sur nos écosystèmes et notre biodiversité :

Considérant la volonté de notre municipalité de faire du Prêcheur un territoire exemplaire en matiére d’agriculture et d’alimentation, à travers, notamment, notre Projet Agricole Territorial (PAT)

Nous conseillers municipaux du Prêcheur déclarons à travers la présente motion soutenir le projet du Maire de notre commune, Marcellin NADEAU d’un arrêté municipal visant interdire l’usage des pesticides dans certaines zones du territoire préchotain – La zone du Morne-Folie d’une part et de Case-Roland d’autre part.

Le choix de la première zone se justifie par sa proximité avec un nombre important d’habitations et la seconde parce que très proche de l’EHPAD et de la ferme agroécologique du Prêcheur au sein de laquelle se développe une expérience intéressante en permaculture et en agroécologie.

Cette première action devra étre le début d’une démarche de nature faire de notre commune un territoire entièrement biologique dans un délai de trois ans.

Cette démarche ne devra pas un caractère punitif vis-à-vis de agriculteurs et devra se mener dans la plus grande concertation avec les acteurs du secteur agricole au Prêcheur. Nous souhaitons, par ailleurs. que notre municipalité s’engage résolument dans l’accompagnement des professionnels, s’agissant notamment de leur formation en matière de pratiques culturales alternatives.


La commune du Prêcheur est la première de Martinique à prendre cette décision en faveur de la santé du peuple martiniquais.

Previous post

Je remercie les arbitres du carton jaune parce que je défends ma couleur de peau

Next post

Harry Roselmack : Je n'échapperai pas à ma responsabilité si j'ai commis une erreur

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *