Divers

Le NEGRE Antillais esclave jusqu’à la mort

En cette période de vacances, nous vous faisons découvrir des blogs où nous reproduisons des écrits de quelques années. Ici Le blog de Harent le Varent et son post du 12 fevrier 2013.

C’est par hasard que je suis tombé sur l’article « qui a vidé la banque des békés ? » du Le Nouvel Observateur. Il faut se rendre à l’évidence, les préjugés raciaux ont la peau dure, le plus déconcertant de toute l’histoire, c’est bien l’importance qu’à  la mémoire des hommes dans leur histoire.

Lors du procès du crédit Martiniquais, le Maire du Vauclin a tenu des propos choquant à la barre des institutions juridiques de la République Française.

Paragraphe sorti dans le Nouvel observateur du 17 janvier 2013 N 2515. {Devant la cour, le maire-socialiste-lui rend un vibrant hommage : « je suis l’arrière-petit-fils d’un esclave et M. Rimbaud, celui d’un esclavagiste. Mais il fait le bien dans notre ville. Et le soir, pour dîner, il y a des nègres à sa table. » Comment éviter que l’histoire et ses plaies mal refermées ne s’invite à la barre ? }

Le Maire de cette ville a été clair, de tels propos sont un retour en arrière. En temps que descendant d’Africain déporté pour asservissement (en d’autre terme esclave), ce sont des propos choquant d’un représentant de l’état, antillais et martiniquais.

J’aurais préféré lire de la part du Maire à la barre du tribunal, « je suis le premier magistrat de la ville du Vauclin et M. Rimbaud, producteur de banane. Il participe au développement économique de la ville. Et le soir il y a des compatriotes à sa table ».

Ces paroles sont indignes d’un garant des lois de la république. Visiblement vu les propos, le maire s’est trompé de siècle ; dans l’Amérique esclavagiste, on disait qu’il y avait deux types de nègres : celui qui disait qu’il fallait se battre pour sa liberté et celui qui disait que le maitre est bon.

Devons- nous comprendre que ces propos faisaient allusion à la différence entre race qui existe encore et toujours dans la tête du NOIR NEGRE ET ESCLAVE. On naît NEGRE esclave, on reste NEGRE esclave et on meurt NEGRE esclave même dans le pays des droits de l’Homme. Cela est-il la pensée de tous les Antillais, tous les NEGRES esclaves ? Il faut croire que oui car personne n’a été offensé.  Pour ne pas avoir réagi à ces propos, devons-nous comprendre que les médias Antillais et les politiciens les cautionnent ?.

Pauvre NEGRE, tu n’es pas esclave des blancs, non tu es esclave de l’image que tu as de toi-même.

NEGRE esclave tu es, NEGRE esclave tu resteras.

Previous post

Peace and Yole : le cri d'une association pour la non-violence

Next post

Olivier SERVA président de la délégation outremer à l'assemblée nationale

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *