Divers

Le MEMORIAL ACT(e) EN ARABIE SAOUDITE ? : Esclaves noirs en Terre d’Islam

Les spécialistes évaluent de douze à dix-huit millions d’individus le nombre d’Africains victimes de la traite arabe au cours du dernier millénaire, du VIIe au XX e siècle ! L’économiste Paul Bairoch indique que c’est la traite la plus importante en nombre d ‘individus asservis !

Cette première traite négrière fut non seulement la plus longue de l’humanité, puisqu’elle a duré treize siècles sans interruption, mais elle aura également opéré une ponction humaine largement supérieure à celle de la traite transatlantique vers les Amériques du XVI e siècle au XIXe siècle…

Comment cet esclavage exceptionnel par sa précocité, sa durée et sa cruauté a pu ainsi «  se faire oublier » ?

Pourquoi les révoltes des esclaves noirs sont-elles omises et  passées sous silence ? Ainsi le califat de Bagdad a connu entre 869 et 883 une grande révolte d’esclaves noirs, la révolte des Zanj dans les plantations du sud de l’Irak.

Zanj

L’approche anthropologique de Tidiane N’Diaye

Tidiane N’Diaye dans «  le génocide voilé  »  Editions Gallimard, indique qu’il ne reste guère de trace des esclaves noirs en terre d’Islam tout simplement en raison de la généralisation de la castration, et des sévices monstrueux infligés aux esclaves noirs, même s’il n’oublie pas de rappeler que les premières victimes de cette calamité furent les slaves que les Vénitiens et les Marseillais allaient razzier en Europe centrale et orientale, pour les vendre aux notables du monde arabo-musulman.

Les esclaves razziés par les chefs noirs à la solde des marchands arabes étaient systématiquement castrés avant leur mise sur le marché.

Selon ce chercheur, cette absence de descendants d’esclaves participe sûrement à l’absence de débat sur la reconnaissance de l’esclavage arabo-musulman.

«  Le douloureux chapitre de la déportation des Africains en terre d’Islam est comparable à un génocide. Cette déportation fut aussi – et dans une large mesure – une véritable entreprise programmée de ce que l’on pourrait qualifier d’extinction ethnique par castration ».

Pour Tidiane N’Diaye, nombreux sont ceux qui souhaiteraient voir la traite négrière arabe recouverte à jamais du voile de l’oubli, souvent au nom d’une certaine solidarité religieuse, voire idéologique. C’est comme un pacte virtuel scellé entre les descendants des victimes et ceux des bourreaux, qui aboutit à ce déni.
Cette sorte de syndrome de Stockhlom à l’africaine et ce silence, doivent permettre de réaliser la fusion des arabes et des populations négro-africaines, longtemps « victimes solidaires » du « colonialisme occidental ».

Selon Malek Chebel dans son livre «  L’esclavage en terre d’islam », Editions FAYARD, il existerait encore trois millions d’esclaves dans le monde musulman. Il montre comment une culture esclavagiste s’est greffée sur l’Islam. Il a justement sous-titré son ouvrage : un tabou bien gardé.

malek chebel

Spécialiste du monde musulman, il s’est penché sur ce sujet rarement abordé, sans se limiter aux traites négrières. A travers des références littéraires ( les Mille et une nuits ) et de récits de voyageurs,  il dépeint le statut des esclaves, leur déshumanisation, et leur exploitation à des fins sexuelles.

L’esclavage moderne
Pour se rendre compte de la prégnance de l’esclavage dans le monde arabo-musulman, quelques dates sont révélatrices ; L’esclavage  a été aboli par l’Arabie Saoudite ( le pays de la Mecque ) en 1968, et par la Mauritanie en 1980 !

En Arabie Saoudite, le traitement des domestiques, provenant du Kenya et de la Mauritanie et des  travailleurs asiatiques,  avec confiscation de passeports, et interdictions de déplacement  est considéré comme de l’esclavage moderne.

Savez-vous que les Etats arabes du Golfe Persique qui recourent massivement à des travailleurs étrangers, empêchent ceux- ci de faire souche sur place ?

A Dubaï, la tour de Burj Khalifa, symbole de la puissance financière des Emirats, du haut de ses 828 mètres, a nécessité l’emploi de plus de 10 000 travailleurs pour 2,85 euros par jour, sans filet de sécurité, ni harnais, avec des papiers confisqués à leur arrivée.

173 népalais sont ainsi morts au Qatar en 2013 : il s’agissait d’ accidents de travail, de suicides ou d’arrêts cardiaques mystérieux.

La Confédération syndicale internationale estime que si les conditions de travail ne changent pas, plus de 4000 ouvriers pourraient mourir au Qatar d’ici la coupe du monde de 2022.

slavre qua

Previous post

Un antillais suspecté d'être l'artificier des attentats ?

Next post

OFFRE D'EMPLOI : Chef de service Energie H/F GUADELOUPE

Théo LESCRUTATEUR

Théo LESCRUTATEUR

1 Comment

  1. Henri Dauber
    novembre 21, 2015 at 16:34 — Répondre

    Bonjour,
    si vous voulez en savoir davantage sur la fameuse révolte des zanj en Irak, il faut lire le livre de henry moa, la révolte des zanj.
    Le livre détaille cette révolte menée par la spartacus arabe ali ibn muhammad et qui a duré 15 ans.
    Moi j’ai lu le livre… Un régal.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *