Divers

Le Diwali conjugaison de saveurs indiennes et antillaises

Le jeudi 22 septembre avenue de Colmar à Rueil-Malmaison, par une de ces soirées annonciatrices de la fin de l’été, Didier Gobardhan l’homme qui a fondé sa réputation par une cuisine belle, savoureuse et légère recevait ses amis pour le cocktail d’inauguration de son restaurant le Diwali. Et le guadeloupéen a conquis ses invités dès la première bouchée.

divali-2

97L : Vous vous lancez dans un nouveau pari ?

Effectivement à 52 ans, je repars sur une nouvelle aventure. J’étais installé sur les quais de seine à Asnières, j’ai cédé mon restaurant en mars 2014 qui avait reçu deux toques par le célèbre Gault et Millaut. Je suis parti au Portugal pour y vivre. Au bout de 4 mois je m’ennuyais et j’ai décidé de rentrer. Me voilà à a tête de cette affaire.

J’ai un ami qui me demandait : « Où puis-je manger antillais ? »  Nous n’avons pas de référent de haute qualité dans ce domaine. Je me suis lancé un défi : j’ai recruté un chef antillais. Et là nous pourrons manger un bon court bouillon, un fricassé de lambi. Il y a d’un côté les saveurs antillaises et de l’autre la gastronomie indienne, à la charge de deux chefs indiens. C’est un challenge : on allie cuisine indienne et cuisine antillaise.

divali-1

97L: Visez-vous un clientèle particulière ?

On n’a pas de clientèle particulière comme cible. On avait à Asnières des cadres supérieurs le midi, ici c’est exactement la même chose. Lorsqu’on vient, c’est pour passer un bon moment ; partage, convivialité… Quand vous recevez chez vous, le summum est que vos invités n’aient plus envie de partir tant ils sont à l’aise, ayant laissé leurs soucis sur le pas de la porte.

97L: Le petit plus qui fait la différence ?

Tout d’abord, pour les amateurs d’apéritif, des punchs avec des fruits venus de la Grande Terre. Willy mon cousin m’envoie à la demande : quenette, carambole, cajou, tamarin… pour retrouver chez nous les odeurs du pays.

Ensuite ici pas de souci pas de galère de parking : on a un voiturier qui prend votre véhicule en charge. Et on est à 5 mns du RER A.

Pour les familles qui vont venir, je rassure les parents : les enfants sont les bienvenus. Notre cadre se prête pour les anniversaires. Pour finir, je dirai que vous avez 14 personnes à votre disposition. Sur une base de 28 €, je dirai : Venez, mangez, nous faisons le reste. 

Previous post

Les gloires du passé se meurent

Next post

Quand André Malraux rencontre Aimé Césaire

Joël DIN

Joël DIN

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *