Société

Le Député Loïc Prud’homme : « Bordeaux (doit) accepter son passé négrier »

Le Député de la 3eme circonscription de la Gironde, par un courrier adressé à Mémoires & Partages demande à Bordeaux « d’accepter son passé négrier à la hauteur de ce qu’il fut. » Extraits

… Bordeaux est à l’origine de la déportation de près de 150 000 esclaves noir.e.es entre 1672 et 1837. Avec 508 expéditions, Bordeaux se place en deuxième position des ports français pour l’ensemble de la période concernée.

Ce commerce a meurtri des chairs mais il a aussi façonné notre ville et certaines rues en portent encore les traces comme autant de cicatrices d’un passé peu glorieux. Elles ne manquent pas à Bordeaux : Place Lainé, Cours Balguerie, Cours Portal, rue David Gradis, rue Gramont, rue de la Béchade, rue De Bethman, rue Desse, Place Mareilhac, Cours Journu-Auber, Place Ravezies, rue Daniel Guestier, Place John Lewis Brown, rue De Kater, Place Johnston, rue Fonfréde et rue Baour.

Tous ces noms honorent la mémoire des armateurs de bateaux négriers ou de propriétaires de plantations où travaillaient des esclaves jusqu’à l’épuisement.

Ces cicatrices, rien ne sert de les masquer, il est au contraire urgent de savoir qu’elles sont là et pourquoi. « Simplement » débaptiser les rues n’est donc pas la solution pour connaître notre passé car cela efface la trace, sans expliquer. La démarche de l’association Mémoires et Partages qui propose de poser des plaques explicatives « pour rappeler la complexité de ces personnages éponymes » est dans ce sens la plus efficace pour sensibiliser le plus grand nombre et pour simplement rétablir la vérité historique.

Cette initiative serait bienvenue dans cette ville pour qu’elle commence à accepter son passé négrier à la hauteur de ce qu’il fut. Comment imaginer que les citoyen.ne.s, les touristes de passage ou les étudiants en quête d’information puissent connaître cette histoire sans cette démarche ? Aujourd’hui leur seul recours est de pousser la porte du musée d’Aquitaine. Nous ne pouvons nous contenter de cela.

Merci donc à l’association Mémoire et partages pour cette initiative et à toutes celles et ceux qui par leur engagement luttent contre l’oubli et réveillent les consciences.

Villenave d’Ornon, le 16 février 2018

Loïc Prud’homme, Député de Gironde

Previous post

Il y a urgence à séparer l'Audiovisuel Public ultramarin de France Télévisions

Next post

La soirée "CINQUANTE NUANCES - PLUS SOMBRES" au Rex

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *