Société

LE CRAN FAIT RETIRER DE LA VENTE LE CAFÉ « AU NÉGRILLON » DES ENSEIGNES AUCHAN ET CASINO.

Prévenu par plusieurs lanceurs d’alertes, le CRAN a fait retirer de la vente les articles de la marque Chapuis, qui commercialisait dans la région de Saint-Etienne et de Clermont-Ferrand un café nommé « Au Négrillon ».

Or, « le terme  »négrillon » a été forgé dans le contexte de l’esclavage colonial, crime contre l’humanité. Fabriquer et commercialiser ce produit sous cette appellation est tout à fait inacceptable », a déclaré Ghyslain Vedeux, le président du CRAN.

Après l’intervention de Ghyslain Vedeux, Auchan a immédiatement déréférencé et retiré de la vente le produit incriminé. Le CRAN salue la réactivité du groupe qui, en moins de 24h, a pris les mesures nécessaires, et s’est engagé à rencontrer l’organisation pour mieux lutter contre les discriminations.

L’attitude de Casino a été plus ambiguë. Interpellé par Ghyslain Vedeux début août, le groupe affirme : «ce café (…) n’a plus vocation à être commercialisé dans nos magasins », mais en même temps, Casino continue à vendre ces produits choquants, comme l’ont constaté plusieurs membres du CRAN sur place. Selon Casino, il s’agit juste de « reliquats » ; selon Ghyslain Vedeux, ce sont en effet « les reliquats de la honte ».

On s’en souvient, ces dernières années, le CRAN a mené, et gagné, de nombreuses batailles dans ce domaine, qu’il s’agisse des « têtes de nègres » de Culture Miel ou de 123 Bonbons, des « Négros et Bamboulas » d’Auxerre, des Dieux et Déesses de Grasse, désormais modifiés, sans parler des multiples affaires de blackface portées par le CRAN, qui montrent à quel point les références coloniales qui sont liées à un crime contre l’humanité sont à la fois célébrées et banalisées dans notre pays.

Le CRAN avait également interpellé Alliance 7, le plus grand syndicat de France dans le secteur de l’agro-alimentaire qui, en juillet 2017, a reconnu la justesse de cette cause. Les confiseurs de France ont ainsi mis en place une « charte de déontologie » présentée à la presse en juin dernier .

Désormais, le syndicat veille « à ne pas donner de nom ou de forme à caractère discriminant » aux produits mis en vente.

« Auchan s’est engagé concrètement ; de même pour Alliance 7 l’an dernier, et le syndicat des pâtissiers et boulangers il y a deux ans. Ils ont pris des mesures que ne pourront plus ignorer les producteurs qui promeuvent le racisme ou le colonialisme. Pour ce qui est de Casino, le groupe devra rendre des comptes dans les semaines à venir, compte tenu de ses compromis et compromissions », a conclu Ghyslain Vedeux.

Previous post

Le forum des étudiants des Outremer

Next post

Guérir les blessures de la traite négrière et l'esclavage : un processus de rétablissement mutuel

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *