Société

Le coup de com des navires hôpitaux européens dans les Caraïbes

Alors que le porte-hélicoptères amphibie Dixmude est attendu mi-avril aux Antilles et le Mistral dans l’océan Indien, un navire de guerre britannique a quitté Plymouth jeudi. Les Néerlandais pensent suivre le mouvement. L’objectif affiché : la lutte contre le coronavirus dans les Caraïbes. Beaucoup de bruit pour une efficacité toute relative dans cette pandémie.

Environ 220 000 personnes vivent dans les territoires britanniques d’outre-mer; les Îles Turques et Caïques 31 000 h, les îles Caïmans 68 000 h, les îles Vierges britanniques 32 000 h, Anguilla 14 000 h et Montserrat 4 600 h, enfin les Bermudes 70 000 h.

La Royal Navy a choisi le navire auxiliaire RFA Argus, bâtiment polyvalent pouvant fonctionner comme un hôpital flottant avec à son bord 130 marins et équipé d’un centre médical de 100 lits afin de faire face à l’épidémie de COVID-19 (10 pour les soins intensifs, 20 lits à haute dépendance et 70 en salle commune).

Pour le gouvernement britannique, il s’agit surtout d’un effet d’annonce. La majorité des soignants de la Royal Naval sont généralement embarqués pour de courtes périodes. Le bâtiment est connu pour avoir servi en 1982 lors de la guerre des Malouines, la 1ère guerre du Golfe en 1991, la Bosnie en 1993, le Kosovo en 1999, la Sierra Leone en 2001, la 2ème guerre du Golfe en 2003 et de nouveau la Sierra Leone lors de l’épidémie d’Ebola en 2014.

Le 1er ministre, lui-même mal en point physiquement, envisage de renforcer l’équipe médicale en cas de besoin. Mais avec quelles recrues ?

« Le RFA Argus, dont le personnel est composé d’éléments de la Royal Fleet Auxiliary et de la Royal Navy, relèvera ce défi », a déclaré le commandant du navire, le capitaine Terence Barke. « Nous comprenons qu’il y a des personnes dans le besoin dans les territoires britanniques d’outre-mer et qui ont besoin de notre soutien ».

Venir au secours des populations caribéennes n’est cependant pas la priorité des britanniques. L’opinion anglaise, traumatisée par le décompte quotidien des victimes du virus souhaitait garder l’Argus dans le port de Londres afin qu’il soulage les hôpitaux de la région. Une info erronée qui a obligé la Royal Navy à publier un communiqué précisant que ce transfert était prévu de longue date en prévision de la saison cyclonique, le RFA Mount Bay, positionné depuis 3 ans dans la mer des Caraïbes venant de rallier le Royaume-Uni pour des opérations de maintenance.

Pour la Guadeloupe, la Martinique et probablement la Guyane, la mission officielle du Dixmude : « renforcer les capacités de gestion de crise des autorités locales et mettre à disposition sa polyvalence au profit des concitoyens d’Outre-Mer ». Des propos alambiqués mais concrètement pas d’accueil prévu de malades Covid 19. 4 hélicoptères, 1 million de masques chirurgicaux, 170 000 masques FFP2 et plusieurs centaines de litres de gel hydro-alcoolique. L’opération résilience d’Emmanuel Macron prend désormais une tournure assez modeste.

Les Pays-Bas ont mis en quarantaine leur plus grand navire, le HNLMS Karel Doorman, pour soutenir Aruba, Curaçao, Bonaire, Saba, St Eustache et Sint Maarten. Le Doorman peut transportet une cargaison importante mais ne dispose que d’un petit établissement médical : 2 salles d’opération, 3 lits de soins intensifs, 10 lits de soins normaux. Et si le lieutenant-amiral Rob Bauer est prêt à déployer le navire-hôpital. « L’une des choses qui préoccupent les gens en général, c’est bien sûr les soins médicaux dans les Caraïbes. C’est une zone vulnérable en termes d’infrastructures. Comme ils font partie du royaume, nous avons donc une grande responsabilité », il avertit aussi qu’il ne fera pas de miracle.

Une coordination entre les forces navales est probable, mais il ne s’agit pas d’une opération officielle conjointe, ni de l’UE ni de l’OTAN. Les métropoles cherchent simplement à prouver à leurs territoires d’Outremer qu’ils ne sont pas abandonnés. Et hasard de l’histoire, les États-Unis amorcent une importante opération navale dans le cadre d’une opération anti-drogue contre le régime vénézuélien.

Previous post

Thuram : À Anse-Bertrand, je sais que je suis chez moi

Next post

MESSAGE D'ALFRED MARIE-JEANNE AU PERSONNEL DE LA CTM

97land

97land

Des infos, des potins, des événements... Toute l'actu du 97.

No Comment

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *